[CEH] XVIIIe session - Avant-Propos

 

Les actes des communications des sessions du centre d'études historiques paraissent une fois par semaine, chaque samedi.

 

Centre d’Etudes Historiques

1661, la prise de pouvoir par Louis XIV.

 

Actes de la XVIIIe session du Centre d’Études Historiques (7 au 10 juillet 2011)

 

Avant-Propos

Il n’est pas d’un usage courant, dans les commémorations historiques, de célébrer les cinquantenaires entre deux siècles. Le Centre d’Études Historiques a cependant voulu faire une exception en 2011 pour un anniversaire particulièrement important, celui de la prise personnelle du pouvoir par Louis XIV en 1661, il y a trois cent cinquante ans.

 

Le règne du Roi Soleil avait certes déjà fait l’objet de la session de 2005, Louis XIV et le grand siècle : une autre idée de l’Europe, mais sans aborder, en tant que tel, cet épisode fondamental de notre histoire par lequel le monarque a libéré la France des ultimes relents de féodalité après que la Fronde en avait exhalé les derniers barouds d’honneur.

 

Ce fut un moment si marquant qu’il inspira abondamment romanciers et cinéastes et que nos manuels, scolaires et universitaires, le présentèrent toujours comme déterminant et assurant l’avènement de l’absolutisme.

 

En réalité, le principal apport du changement voulu par Louis XIV dans l’organisation du pouvoir consista à rendre celui-ci plus clair et plus objectif, plus transparent dirait-on de nos jours. Désormais, le monarque assume la pleine responsabilité de sa fonction, assigne à ses Conseils un rôle précis et offre ainsi à ses peuples une vision de la couronne conciliant autorité, unité et adhésion. Un dialogue direct s’instaure entre le Roi et le pays, sans ingérence excessive et, surtout, opaque, des corps intermédiaires.

 

Bien sûr, l’acte fondateur de Louis XIV nécessita encore bien des perfectionnements, sous son règne comme sous le suivant, avec notamment, 1771, la réforme des parlements, voulue par Louis XV et mise en œuvre par le chancelier Maupeou, sujet capital qui pourrait faire l’objet d’une prochaine session. Mais, dès 1661, la direction avait été donnée.

 

Tout au long de notre histoire la question du lien direct entre le chef de l’Etat et les citoyens ferait l’objet d’inépuisable débats. Elle demeure encore vivace après les bouleversements institutionnels survenus au cours des siècles suivants. Si plus personne aujourd’hui ne peut raisonnablement plaider en faveur d’une monarchie d’ancien régime, il n’en demeure pas moins que les tendances, toujours renouvelées, à la dispersion et à la dilution des pouvoirs selon des mécanismes obscurs, montrent la nécessité de procéder régulièrement à une clarification. En ce sens, Louis XIV avait ouvert la voie à l’avenir.

Les différentes conférences prononcées au Mans du 7 au 10 juillet 2011 ont prouvé, si besoin était, la richesse du sujet et le dynamisme de notre recherche historique. Retenons tout particulièrement les propos centrés sur la notion de prise de pouvoir, qu’il faut distinguer de celle de prise du pouvoir, et qui rendent un écho très actuel.

 

La synthèse de leurs réflexions montre, une fois encore, que le pouvoir est une chose fragile, son exercice périlleux, sa détention aléatoire. Mais que, associés l’un à l’autre, le cœur et la fidélité aux principes forment un couple invincible.

 

Une session qui fut donc pleinement réussie et nous fait attendre avec impatience la suivante.

 

Daniel de Montplaisir

Jean-Christian Pinot

Président du CEH

 

Liens des anciennes communications :

 

Préface : http://vexilla-galliae.fr/civilisation/ histoire /2653-ceh-xviiie-session-preface-de-monseigneur-le-duc-d-anjou

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 28 mars 2018
« Blocage de Montpellier »

Aucun événement