Philippe VI ou Felipe Ier ?

Depuis quelques semaines, on ne cesse de voir ou d'entendre les médias parler de Felipe VI d'Espagne, mais comment est-ce possible puisqu'il est le premier souverain d'Espagne à être présenté comme le roi Felipe ? Ne devrait-il donc pas être considéré comme le roi Felipe Ier ?! À moins que... le roi ne s'appelle en réalité Philippe ! 

Je manie en effet l'ironie pour souligner l'absurdité et l'incohérence dont font part les médias aujourd'hui.

La tradition et l'usage en France, ainsi que dans de nombreux pays, imposent que l'on traduise les noms des monarques et de leurs épouses. En effet, qui a déjà entendu parler du baptême de Chlodowig ? de la piété de Blanca de Castilla ? de l'abdication de Carlo V ? de l'exécution de Maria Antonia von Habsburg-Lothringen ? ou encore de la canonisation de Ioannes XXIII et Ioannes Paulus II ?

Si la francisation des noms est si importante c'est parce qu'ils ont une histoire, un sens étymologique et historique. Ils sont le symbole de la continuité d'une dynastie, d'une famille, d'une institution. Le souverain pontife, par exemple, choisit son nom de règne après son élection : le pape Jean-Paul Ier a, par exemple, choisi son nom en hommage à ses deux prédécesseurs, marquant ainsi la continuité de l'Église. Plus récemment, le pape François a choisi son nom en hommage à François d'Assise, assumant ainsi sa personnalité et sa vision de l'Église.

Chez les rois de France, le prénom « Louis » bat des records : il signifie « illustre » ou « glorieux » et sert d'abord aux capétiens, à partir de Louis VI, à se rattacher à leur ascendance carolingienne, puis, à partir de Louis X, à se rattacher à Saint Louis.

Revenons au prénom qui nous intéresse : Philippe. Il signifie « chevalier » et est emprunté, au milieu du XIe siècle, à la culture byzantine par les Capétiens qui soulignent ainsi l'importance de la chevalerie au sein de leur dynastie. Philippe est ainsi un héritier des rois de France, qui comptent parmi eux six Philippe ainsi que l'héritier des rois d'Espagne dont le fondateur de sa dynastie n'est autre que Philippe V d'Espagne, petit-fils du roi Louis XIV.

Avec son seul prénom, Philippe VI nous impose ainsi toute son ascendance capétienne, française et espagnole. Toute sa légitimité est symbolisée par son prénom : si Philippe V n'était pas monté sur le trône, Philippe VI n'aurait jamais existé.

Marc Auchenne

Commentaires  

#4 VOLLET 27-11-2015 18:57
A ce sujet, j'ai vu quand il vint en France avec son épouse, qu'à l'Élysée tout était marqué "Philippe VI" et non Felipe VI, c'est curieux qu'on trouve encore des gens qui connaissent vraiment le protocole !
Citer
#3 PELLIER Dominique 08-07-2014 08:48
Puisse le roi Felipe être un bon roi pour l'Espagne et puisse bientôt qon cousin, le roi Louis en être un aussi bon pour nous ! Dieu garde la France et son Roi et son peuple !!
Citer
#2 Benoît LEGENDRE 05-07-2014 00:03
Normalement, il me semble que c'est Philippe VI qui doit être employé pour désigner le nouveau roi d'Espagne ; nous aurons bien sûr droit aux "Félipé" de la part des journalistes, mais peut on demander un quelconque effort à ce ramassis de coquefredouille s ignorants et prétentieux ?
Vive le roi Philippe VI !
Citer
#1 AudeLys 03-07-2014 11:08
Très bon choix de photo. A quand la photo inverse : Philippe VI d'Espagne félicitant son cousin Louis XX de France avec à ses côtés Maria Margarita (Pardon, Marie-Marguerit e) ?...
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 4 novembre 2017
« La république des privilégiés »

Aucun événement