Lettre ouverte d’un royaliste à M. le président de la république

     Monsieur le président,

   La France s’écroule. Vous n’y êtes pour rien et vous n’y pouvez rien. Votre politique ou, plutôt, votre absence de politique, encombrée de conceptions périmées, ne répond nullement aux besoins du temps mais les Français vous ont précisément élu pour cela : afin de n’entendre aucune parole qui les incite à s’efforcer de redresser leur pays, et aussi pour se débarrasser de votre prédécesseur, dont le style et les manières faisaient un peu honte au pays de Ronsard, de Lamartine, de De Gaulle, etc.

  Ils vous ont donc choisi comme on choisit une voiture d’occasion, sans passion, mais en connaissance d’un modèle éprouvé, et parce que l’ancien véhicule était à bout de souffle. En somme, et beaucoup de nos compatriotes ont hélas du mal à le comprendre, ce n’est pas parce que vous êtes là que la France va mal, c’est parce que la France va mal qu’elle a voté pour vous.

    Vous êtes cependant un homme de qualité, courtois, chaleureux, instruit, cultivé, ayant le sens de l’humour, le respect de vos concitoyens et, je crois, le désir de bien faire.

    À la croisée des chemins à laquelle vous êtes parvenu, il vous faut maintenant trancher entre deux voies : tenter de vous faire réélire, objectif unique de tout républicain normal, ou bien essayer de sauver votre pays du déclin. Sans être extralucide, je parierais pour la première option, mais ne négligerai pas pour autant la seconde.

     Voici donc pour la première : facile, déjà utilisée par votre ancien maître François Mitterrand, et somme toute payante. Elle tient en cinq actes, ainsi qu’un comédie classique :

    - acte I : vous vous débarrassez au plus vite de votre premier ministre, qui porte un costume tellement trop grand pour lui que même les journalistes les plus habitués à flatter le pouvoir en place s’en sont rendu compte ;

    - acte II : vous le remplacez par Manuel Valls.  Il ne fera rien de mieux que son prédécesseur mais il est populaire ;  au bout d’un an, peut-être moins, il sera tout autant démonétisé ; pourquoi, me direz-vous alors, le nommer ? C’est ici qu’intervient la finesse politique de l’acte suivant.

   - acte III : constatant le total discrédit de votre gouvernement, vous en appelez au peuple en dissolvant l’Assemblée nationale ; héritant d’une majorité UMP, vous nommez Jean-François Copé, ou n’importe quel autre, c’est sans grande importance, premier ministre.

  - acte IV : en deux ans, le nouveau gouvernement de droite perd à son tour tout crédit et, vous connaissez la versatilité des Français, ils en viennent presque à regretter Ayrault ou Valls, comme aujourd’hui beaucoup croient regretter Sarkozy.

   - acte V : vous feignez d’hésiter à vous représenter et, bien sûr, vous le faites. Quel que soit votre compétiteur de droite, vous le battez alors sans difficulté. Vous avez sauvé votre poste. Mais pas la France, bien sûr ... 

    Pour cela, il faudrait être d’une autre trempe et oser sortir des sentiers battus. Mais peut-être en êtes vous capable. Voici donc la seconde option, beaucoup plus rapide à exposer.

     Interrogez les royalistes et demandez nous comment rappeler le roi, sans coup de force, sans guerre civile, sans dommage pour quiconque, sauf pour les politiciens épuisés qui vous encerclent et ruinent ce pays. Mais avec un immense profit pour la France, ce dont l’Histoire vous sera longtemps reconnaissante. Vous en doutez ? Venez nous voir, nous allons vous expliquer.

    Je vous prie de croire, Monsieur le président, à l’assurance de l’espoir, aussi mince soit-il, que je place encore en votre discernement, 

Henri de Villehardin

Article initialement publié le 8 mars 2014

 

Commentaires  

#15 hathoriti 18-08-2015 10:21
Votre lettre est trop courtoise, le hollande ne mérite pas autant de considération. Il est immonde et son gouvernement idem, les socialauds tous partis confondus, idem. Ces gens-là sont les dignes héritiers "les grands ancêtres" de la révolution, alors, comment s'étonner de leur collaboration avec l'ennemi? Non! Jetons ces voyous à la porte de la France, dans les poubelles de l'Histoire et prions le Seigneur de rétablir la royauté en nous rendant le Roi. Seuls, nous n'y arriverons pas!
Citer
#14 PELLIER Dominique 18-08-2015 08:01
Ce courrier lui est-il parvenu ? Et quand bien même, l'a-t-il lu, pris en considération ? Au risque de déplaire à mon Dieu, je n'ai même pas envie d'écrire quoi que ce soit à des gens qui méprisent autant les Français, la FRANCE, comme il le font. Ils ne méritent que notre dédain, notre mépris.
Citer
#13 Charles Meret Zolver 17-08-2015 12:14
Magnifique!Il est juste de rappeler que,notre pays ayant abandonné des pans entiers de sa souveraineté à des instances supranationales contrôlées par des oligarques apatrides,le chef de l'état ainsi que le gouvernement ne disposent plus que d'une marge de manoeuvre très restreinte (surtout ds le domaine économique un peu moins pr les questions "sociétales"... ). En conséquence, il ne sert à rien de se déchainer sur un seul homme pour dénoncer une situation, qui elle, par contre, est pour le moins critique. En effet, contrairement à la Confédération Helvétique par ex,la France est gouvernée, à tous les (nombreux) niveaux, par des "professionnels " de la politiques ds 1 système "autoverrouillé " qui les contraint à se "fabriquer" de l'électorat pour pouvoir se faire réélire avec les conséquences que l'on sait: clientélisme, démagogie, "dictature des minorités"(phén omène aggravé par le mode d'acquisition de la nationalité française aboutissant à un vote "ethnique" de plus en plus déterminant),93 %des allogènes votant à "gauche"...
Citer
#12 Villehardin 31-03-2014 22:12
Et voilà, comme prévu l'acte I est joué et l'acte II commencé. Attendons la suite avec certitude.
Citer
#11 Montplaisir 11-03-2014 17:25
Villehardin a bien raison.
Certaines réactions, hélas, montrent que les royalistes manquent cruellement de deux choses qui les perdent :
- le sens de l'humour
- le sens du temps : nous ne sommes plus sous Louis XIV pour agir comme lui; de surcroît, chacun sait où nous ont conduit les méthodes de l'Ancien régime.
Citer
#10 SOPHIE DROUIN 11-03-2014 02:16
Il n'y a pas de président de la France assez stupide pour ignorer que la France a été faite par les Roys de France. D'ailleurs ils en sont tous jaloux un peu, secrètement et aime bien mimer leur côté majestueux quand ils y arrivent...en y rajoutant une surenchère imaginative digne d'un Voltaire décrivant Louis XIV dans ses bons moments.
Bref, ils aiment souvent faire le paon dans les situations officielles, avoir la meilleure cuisine, vivre dans leur palais (l'Élysée, demeure du comte de Berry) et une demeure d'été digne de la noblesse, tout en oubliant que la grandeur, les Roy de France allaient AUSSI et SURTOUT la chercher ailleurs: dans leur sang même qui représentait l'histoire de France, dans leur religion et leur charité-même quand ils étaient, comme nous, pécheurs... et en montrant un soucis de la France et du bien-être de son peuple auquel les Français sont rétrospectiveme nt incapables de croire car ils se disent comme des enfants mal aimés: si même nos élus ne nous aiment pas, comment le pourrait-il ce descendant de St-Louis? Et c'est aussi pourquoi beaucoup osent croire car ils comprennent l'ineptie de l'alternative républicaine: ils ne seront jamais aimés-ce que les politiciens recherchent, c'est la gloire que leur naissance ne leur a pas donné.Et l'amour de son peuple, de sa patrie est ce qui amène à servir réellement...et pas qu'en paon vaniteux qui ne peut pas oublier ceux qui l'ont précédé avec une gloire que les présidents ne pourront jamais atteindre. C'est aussi pourquoi de Gaulle a été aimé- difficile de soupçonner celui qui a tout risqué d'opportunisme dépravé.
Citer
#9 Pascal 10-03-2014 12:22
Quand on voit à qui on donne le droit de vote , à des soudards , des lobotomisés , des clonés , des idiots utiles , même aussi bêtes que vulgaires, nous n en sortirons jamais ! Je suis d accord avec Castelfulgens , il faut agir autrement , avec plus de combativité , à l opposé d un royaliste de salon ! De toute manière celle lettre ouverte ? Quand ils verront l expéditeur, ce sera classement vertical , il ne l aura jamais dans les mains ! Ne rêvons pas !

Vive le Roi !
Citer
#8 Jean-Yves Pons 10-03-2014 12:15
Beaucoup d'humour et même de pertinence dans ce billet. Hélas encore faudrait-il pour qu'il soit entendu que son destinataire (et ses électeurs )sachent encore que la France eut des rois et que ces rois la firent grandir. Mais la République s'est acharnée, depuis 220 ans, à leur faire perdre la mémoire et même le sens du bien commun.
Alors, comme le dit l'auteur, il faudra "être d’une autre trempe et oser sortir des sentiers battus". Cela ne peut venir que de nous.
Citer
#7 Stanislas Desrues 09-03-2014 22:57
Monsieur Hollande n'a d'autre conseiller que lui-même, et il se met au-dessus de Dieu, tant son ego est surdimensionné. Il faut vivre sur une planète "Bisounours" pour imaginer un seul instant que cet homme peut se soucier de la France, notre France. Monsieur Hollande semble s'être donné pour mission de vivre heureux, sans autre objectif que son bonheur à lui, égoïste, et sans la moindre analyse pour tous les scandales qui secouent notre pays. Le chômage ne cesse de progresser : quelle importance, ses ministres (à ses ordres) continuent de vouloir nous faire croire que nous sommes toujours sur une sortie de crise. Il est lamentable, pitoyable, épouvantable et il n'a vraiment qu'une ambition : celle de broyer par tous les moyens qui ose se mesurer à lui. L'ancien chef d'état est sa proie préférée. Monsieur Hollande est très dangereux et ne mérite aucune pitié. Il n'en a pour personne. A se demander si l'affaire DSK n'a pas été le complot qui lui a permis d'arriver au pouvoir. Monsieur François Hollande est tellement machiavélique qu'il arrive à vous faire croire qu'il est récupérable. Craignez pour votre tête monsieur...
Citer
#6 perrin 09-03-2014 18:57
Bravo! et vive le Roi.
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 22 avril 2017
« Présidentielle : l'impossible choix »

02/05 | [Conférence à Paris] "Il y a quelque chose de pourri au royaume de France"
04/05 | [Conférence à Paris] "Les grands dîners qui ont fait l'Histoire de France"
26/05 | Pèlerinage pour le Roi et la France au Puy-en-Velay
10/06 | Journée hommage à Jean-Nicolas Stofflet en Lorraine
17/07 | Université Saint-Louis 2017, Camp Chouan