Vous aussi,... devenez chroniqueurs ! Contribuez à l'essor de la Légitimité !

Chers amis,

 

Vexilla Galliae existe depuis maintenant quatre ans, et c’est aujourd’hui une équipe de plus de 15 personnes qui contribue à la visibilité et au rayonnement du principe que nous défendons tous et de l’homme qui incarne ce principe, le prince Louis de Bourbon.

 

Vous aussi, vous pouvez participer au combat que nous menons. !

 

Oui, vous pouvez vous lever, résister et combattre avec nous en participant au développement de Vexilla Galliae.

 

Vous aimez rebondir sur l’actualité ?  Vous avez du talent ? Un domaine d’expertise ?

 

Intégrez et rejoignez l’équipe Vexilla Galliae en devenant aussi chroniqueur !  

 

Ça vous dit d'essayer ? D'être cette plume au service de la Légitimité afin de contribuer à son essor et porter la voix du prince ?

 

Vous pouvez être publié. Vexilla Galliae est toujours preneur de bons papiers.

 

Contactez-moi en me communiquant votre adresse courriel et téléphone. Je vous informerai de nos conditions et conseils pour la publication de vos articles.

 

Pour Dieu et le roi !

 

Frederic de Natal

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Commentaires  

#5 NOEL Hugues 10-05-2017 22:11
Dans La Croix du mardi 9 mai,à la dernière page, François Sureau signe une chronique intitulée:"Le fauteuil du roi" (indestructible image royale!) Je lis:"En élisant un président, nous élisons à la fois un monarque et un chef du gouvernement. Le monarque doit être au-dessus des partis.Le chef du gouvernement ne l'est pas. Par chef de gouvernement,j' entends en réalité le président lui-même, le premier ministre n'étant qu'un chef du gouvernement délégué. Cette véritable chimère qu'est le président de la République doit disposer d'une majorité parlementaire pour continuer de régner, ce qui est extrêmement paradoxal et explique les insatisfactions de toute nature qui finissent, tôt ou tard, par se concentrer sur lui, jamais entièrement monarque, jamais entièrement ministre."
Ne pensez-vous pas que cette analyse particulièremen t judicieuse porte le scalpel dans le mal français le plus profond et le dénonce publiquement ? Il y manque la conclusion qu je souhaiterais, évidemment mais, sous la loi du tabou que j'évoquais l'autre jour, aucun journaliste sérieux et soucieux de sa réputation ne peut la tirer. D'ailleurs c'est inconsciemment que tout observateur sérieux de notre politique, mieux: que tout citoyen respecte cette loi du silence. Nous sommes tous formatés, conditionnés, contextualisés par l'idéologie républicaine depuis tant de générations! Reste que le nouveau président élu connaît ce mal français! voudra t-il et même pourra t-il faire avancer la cause du Roi? On peut raisonnablement en douter.
Citer
#4 NOEL Hugues 05-05-2017 16:44
Dans Le Monde du vendredi 5 mai 2017, page 22, Patrick Weil écrit un article intitulé:"M. Macron présidera la République, il ne gouvernera pas la France."Il rappelle qu'après la réforme (gaullienne) de 1962, "le président élu pour sept ans pouvait rester au-dessus des partis, et s'occuper principalement des matières de souveraineté, la défense et les affaires étrangères." Je lis, plus loin: "Le gouvernement tient sa légitimité constitutionnel le d'une majorité à l'Assemblée nationale, pas du président." Et encore: "...les Français ne veulent plus du pouvoir personnel." "De l'Assemblée nationale que vous élirez sortira une majorité qui imposera au président un gouvernement".. .Remplacez le mot "président" par celui de "Roi", vous obtenez une royauté contemporaine adaptée aux souhaits des citoyens, donc démocratique. Et supérieure à la République en ce sens qu'un président élu peut satisfaire ses électeurs, probablement pas ses opposants.De plus, que ce soit pour un quinquennat ou un septennat,il s'agit d'une courte période, ensuite l'élu retourne à la vie privée. Le travail des royalistes militants consiste à essayer de convaincre leurs concitoyens qu'il est de l'intérêt de la légitimité démocratique obtenue par l'élection de reconnaître la légitimité historique et réciproquement bien sûr! Pas évident, parce qu'un tabou pèse sur notre langue, notre plume, le clavier de notre ordinateur: on n'évoque point l'idée d'une renaissance de la royauté si on veut passer pour un citoyen sérieux et responsable! J'étais à Londres il y a un peu plus d'une semaine, je me suis entretenu avec une dame britannique, épouse d'un français, ayant la double nationalité, elle évoquait, sans mots grandiloquents, le "respect"quasi religieux dont jouit la Reine: quel président peut s'en vanter? Dans un royaume démocratique dont on aime et respecte le Roi ou la Reine, aucune chance de parvenir au pouvoir pour un apprenti dictateur!
Citer
#3 Frederic de Natal 02-05-2017 13:02
@ Claude Bertin : ce sera avec plaisir que nous lirons et publierons votre article.

@Noel Hugues : Contactez-moi et parlons-en :)
Citer
#2 Claude Bertin 29-04-2017 16:38
Cher M. de Natal
Je vous enverrai mon petit papier sur la Monarchie telle que la presenta le roi Louis XVI aux Etats-Généraux en juin 1789. Il me semble que bien peu de royalistes-légi timistes ont étudié ce document capital et nécéssaire pour rétablir un jour notre roi. Le programme est remarquable.
Bien à vous
Claude Bertin
Citer
#1 NOEL Hugues 28-04-2017 11:51
Bonjour,
J'apprécie la hauteur de vue du Prince Louis et je souhaite qu'il devienne notre Roi mais je ne peux m'associer à ceux qui méprisent le très honnête et honorable Prince Jean, membre éminent de la Famille royale. Par ailleurs, je souhaite une monarchie démocratique, constitutionnel le et parlementaire dans laquelle le Roi serait le symbole vivant de l'unité du peuple français, son premier "Serviteur"et jouirait du droit d'arbitrage dans les conditions prévues par la Constitution. Je ne suis pas sûr que cette mini-profession de foi soit celle de l'équipe de VG que je remercie cependant d'avoir publié mes réflexions..
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 4 novembre 2017
« La république des privilégiés »

Aucun événement