28.03.2017 : Retour à Dieu de Son Altesse Royale la princesse Alice de Bourbon, Princesse de Parme, Infante d’Espagne, Duchesse douairière de Calabre !

Le 5 octobre 2015, nous déplorions le retour à Dieu de son fils, Son Altesse Royale Monseigneur Charles de Bourbon, duc de Calabre, comte de Caserte, de droit le Roi du Royaume des Deux-Siciles et de Jérusalem. Ce 28 mars 2017, la princesse Alice, âgée de 99 ans, est allée rejoindre les siens…

            Qui était cette princesse très discrète, témoin vivant d’un siècle de bouleversement monarchique européen… ?

            La princesse Alice naît le 13 novembre 1917 à Vienne, septième enfant du prince Elie de Bourbon, prince de Parme, alors tuteur de ses frères et sœurs mentalement handicapés, et de l’archiduchesse Marie-Anne d’Autriche, princesse de Teschen.

            Après la mort de ses frères aînés, les princes Henri, duc de Parme, Plaisance et Etats annexés de 1907 à 1939, et Joseph, son successeur de 1939 à 1950, le prince Elie devient à son tour duc de Parme, Plaisance et Etats annexés et Chef de la Maison de Bourbon-Parme.

            Dès sa naissance, la princesse Alice est l’héritière de l’Histoire : descendante par sa quatrième fille, Marie-Thérèse de Savoie qui sera la bisaïeule de son père Elie, de Victor-Emmanuel Ier de Savoie, Roi de Sardaigne, prince de Piémont et duc de Savoie, mais aussi aîné des successeurs et descendants d’Edouard le Confesseur, Roi d’Angleterre et de David Ier, Roi d’Ecosse, elle pouvait, selon certains, revendiquer l’héritage « jacobite » de son quadrisaïeul. Mais cette revendication s’appuyant sur le postulat de l’illégitimité d’un mariage que l’Eglise catholique a reconnu légitime, la défense cette dernière reste très marginale.

            Ensuite, à la mort de sa sœur aînée, la princesse Marie-Françoise de Bourbon, princesse de Parme, en 1994, la princesse Alice devient aussi « légataire fictive » des trônes de Navarre et d’Andorre. Cette revendication reposant une nouvelle fois sur le postulat que l’Histoire aurait suivi la loi de succession traditionnelle navarraise et andorrane qui était la « primogéniture à préférence masculine ». Seulement, cette revendication fait fi de l’édit de Louis XIII, en date du 19 octobre 1620, qui instaure la loi salique dans ces deux monarchies. Dès lors, les droits sur ces deux couronnes reviennent au Chef de la Maison de Bourbon, Monseigneur le prince Louis de Bourbon, duc d’Anjou, que les Légitimistes reconnaissent comme le Roi de France Louis XX.

            Enfin, en tant que descendante de Louis XIV et de son épouse et cousine l’Infante Marie-Thérèse d’Espagne, sœur aînée et héritière des droits de son frère cadet Charles II à la mort de celui-ci en 1700, toujours selon le principe de primogéniture à préférence masculine alors en vigueur dans les Royaumes d’Espagne, la princesse Alice aurait aussi été l’héritière des couronnes des Royaumes de Castille, d’Aragon, de Naples et de Sicile... Toutes revendications que les aléas de l’Histoire ont rendues caduques, mais qui signalent néanmoins la qualité du sang qui coulait dans ses veines.

            Le 16 avril 1936, la princesse Alice épouse, en l’église des Minimes de Vienne, mais selon le rite de la Cour espagnole, SAR le prince Alphonse de Bourbon, Infant d’Espagne et prince des Deux-Siciles, fils de l’Infante Maria-Mercedes, princesse des Asturies, sœur aînée d’Alphonse XIII, Roi d’Espagne et de Charles de Bourbon, prince des Deux-Siciles. Comme son père Charles en 1901, le prince Alphonse de Bourbon, prince des Deux-Siciles, avait été nommé Infant d’Espagne par le Roi Alphonse XIII, par décret royal en 1903. La princesse Alice, princesse de Parme, devient donc, par son mariage, Infante d’Espagne.

            Le 7 janvier 1960, à la mort de SAR Ferdinand-Pie de Bourbon, successeur légitime du trône des Deux-Siciles sous le nom de Ferdinand III, l’Infant Alphonse, prince des Deux-Siciles, devient le nouveau Chef de la Maison des Deux-Siciles et l’Infante Alice devient, de droit, la Reine-consort du Royaume des Deux-Siciles et de Jérusalem.

            De leur union naissent trois enfants :

            SAR la princesse Thérèse de Bourbon, princesse des Deux-Siciles, duchesse de Salerne, qui a épousé en 1961, don Inigo Moreno y de Arteaga, 12e marquis de Laula et 1er marquis de Laserna ;

            SAR le prince Charles de Bourbon, prince des Deux-Siciles, feu le duc de Calabre, mort en 2015, qui a épousé en 1965 la princesse Anne d’Orléans ;

            SAR la princesse Inès de Bourbon, princesse des Deux-Siciles, duchesse de Syracuse, qui épouse en 1965, don Luis de Morales y Aguado.

 

          Sitôt que l’annonce de la mort de SAR la duchesse douairière de Calabre a été connue, Leurs Majestés le Roi Juan-Carlos et la Reine Sophia sont venues présenter leurs condoléances à SAR Pierre de Bourbon, prince des Deux-Siciles, duc de Calabre, comte de Caserte, à sa mère, SAR Anne, duchesse douairière de Calabre et à ses tantes, les duchesses de Salerne et de Syracuse.

            Puis, Leurs Majestés le Roi Felipe VI d’Espagne et la Reine Letizia sont venues à leur tour rendre hommage à l’Infante Alice de Bourbon, princesse de Parme, Infante d’Espagne, duchesse douairière de Calabre.

 

            Conformément à ses volontés, l’Infante Alice sera inhumée dans le caveau des Bourbon-Parme, en Autriche, et non à l’Escorial.  

 

Franz de Burgos

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 16 juin 2017
« La République en marche ! »

Aucun événement