Haut les cœurs ! Manifeste pour la restauration royale

Sujets du royaume de France, haut les cœurs ! Le royaume est en danger de mort définitive. Nous avons un roi, notre bon Louis, nous avons un royaume, nous avons une âme. Qu’attendons-nous pour restaurer ?

Nous ne pouvons plus nous contenter d’attendre passivement que la Restauration s’opère providentiellement. L’œuvre incarnée n’existe dans ce monde que par les mains qui la réalisent. La Providence agit, certes, mais, sans la prise volontaire des occasions offertes au gré de la Providence par ses agents humains, rien ne se passera. Mettons-nous à l’école de saint Ignace de Loyola : il nous faut prier comme si tout dépendait de Dieu, et agir comme si tout dépendait de nous. Nous sommes appelés à la conversion. Il ne suffit d’acquiescer silencieusement au fond de sa campagne, dans son cabinet confortable ou avec quelques subreptices moments de dissidence au milieu d’une vie d’embrigadé républicain. Il faut répondre à l’appel et agir royalement.

Haut les cœurs pour la Restauration ! Ceci est un manifeste pour la restauration royale française qui rompt avec tous les manifestes de ces deux derniers siècles : il n’y aura pas d’appel à s’emparer du pouvoir, de son appareil ; pas de doctrine idéaliste et idéologique, pas d’avant-garde manipulatrice, pas de subversion ni de perversion. Juste une incarnation de principe, une alliance du corps et de l’esprit, une intransigeance charitable, une fermeté souple, une résolution sans faille et pragmatique, une contemplation dans l’action, une authenticité sans peur, une simplicité franche, une marche toujours sûre et opiniâtre, aussi lente soit-elle, le passé et l’avenir dans le présent éternel, le soutien du ciel et des aïeux dans un regard juste et bienveillant, une conscience joyeuse qui prend plus plaisir dans la beauté du bien qu’elle ne se dépite de la laideur du mal qu’elle a parfois sous les yeux, un service entier et complet, un dévouement d’un fils à son père envers son roi. Une incarnation sacrée porteuse d’une histoire immémoriale, axe de la spiritualité nationale dans sa concrétisation réelle.

Haut les cœurs ! Il va falloir agir, mais hors de tous les cadres révolutionnaires et républicains qui empoisonnent la pensée et les actions depuis trop longtemps. Nous n’avons plus rien à perdre puisque presque tout a été détruit, sauf le plus important : nos âmes ardentes ; et le plus central : notre famille royale de France. Nous n’avons pas à nous occuper à conserver ce que nous connaissons, mais simplement à restaurer, c’est-à-dire reconstruire, sur les fondations droites et bonnes qui nous restent : restaurons droitement et lentement, mais sûrement. Réagir ? Point besoin, il suffit de devenir des rocs royaux lancés vers le ciel avec les pieds solidement enfoncés dans la terre, et l’inertie emportera le reste. Marchons, marchons, oui, sur le chemin royal qui n’a jamais bougé à travers les temps, plutôt que d’être distraits par les laideurs environnantes. Reprendre conscience de notre état de sujet, restaurer l’incarnation active digne du sujet, et la Restauration progressera.

Haut les cœurs ! Car oui, nous vous le disons, la Restauration est l’œuvre magistrale. Nul besoin de politiciens ou de systèmes, la Restauration agit dans les esprits et les cœurs, point de départ de l’action et de la concrétisation pure, harmonieuse et simple.

Cela dit, il ne suffit plus de rester hors du monde, et il nous faut restaurer dans le monde que l’on connaît, s’y jeter à corps perdu sans s’y jeter, être au milieu – dans l’arène – tout en refusant les règles iniques des gladiateurs, être dans le monde sans être du monde. Ce ne veut pas dire devenir un fantôme translucide et invisible, pur esprit, ou pur autarcique, deux cas contraires à la royauté par définition incarnée et clef de voûte d’une construction de rocs encastrés les uns aux autres par des liens puissants. Procédons au contraire de l’esprit royal, cet esprit qui par notre roi insuffle et réalise dans le monde le bien, pour qu’il n’y ait pas de contradictions à être dans le monde et du monde, alors forcément divin et céleste.

Nous lançons par ce manifeste une campagne royale destinée à tous les sujets du royaume, pour concrétiser la restauration royale indispensable qui commence déjà par l’existence du principe incarné qu’est la famille de France.

Il faut en finir avec les oppositions qui n’existent que dans la tête étriquée des rationalistes béats et les cercles vicieux entretenus par l’esprit révolutionnaire. L’homme est l’union du corps et de l’âme, voilà la seule réalité tangible ! Et une société est l’union de la cité céleste et terrestre par le roi, voici la seule réalité politique tangible !

Tant que le roi existe dans sa chair et dans sa descendance, la France existe. La question n’est pas de savoir comment sauver la France de la destruction, mais comment la restaurer en chacun de nous par le lien précieux des sujets au roi, et du roi à Dieu.

La tâche est immense, mais nous avons le temps sans l’avoir. Réfléchissons sur plusieurs générations tout en agissant dans l’éternel présent ! Et si la France ne sera pas ce qu’elle fut dans son aspect matériel, elle sera un reflet divin comme elle le fut toujours, mais dans ses couleurs particulières du temps, et dans les proportions possibles.

Ce n’est pas une campagne royaliste, car le principe royal et la royauté ne sont ni un parti ni une idéologie. C’est une campagne royale pour la prise de conscience par tous les sujets du royaume, c’est-à-dire tous les Français, de leur condition de régnicoles et d’exhorter à la restauration active qui passe par chacun des sujets, et des sociétés de sujets, dans la communion autour du roi en sa direction bienveillante orientée vers le bien commun et la justice.

Nous vous proposons de nous suivre dans une série que nous ouvrons par ce manifeste et que nous nommons « campagne royale », pour une restauration incarnée, concrète et réelle intégralement et dans toutes ses parties du royaume de France, fondée dans l’essence française.

Elle doit se lire dans son ensemble, et se comprendre synthétiquement.

Elle pourrait se résumer en une phrase : la Restauration n’est pas une prise de pouvoir politique, elle est un mode de vie pratique fondée sur des principes éternels qui s’incarnent dans notre quotidien, et elle aboutit en dernière instance à une restauration politique des institutions ; elle est une énergie royale et une dynamique active vers le bien et le vrai.

Haut les cœurs ! Haut les cœurs ! Il est temps de restaurer !

Il va falloir se résoudre à être résolu, sinon la restauration restera à jamais un vœu pieu et sans avenir ! Haut les cœurs !

Vive le roi ! Vive la France !

Pour Dieu, pour le roi, pour la France,

Paul-Raymond du Lac

Commentaires  

#16 AudeLys 06-02-2017 13:48
@ Georges Tartaret et @ Noêl Hugues.
Là, je commence à être intéressé sérieusement. Cela n'est pas la première fois - et je ne suis pas tout seul : Tant mieux ! - à dire qu'il nous appartiens à nous, les Sujets du Roi (mais c'est entre nous), à devoir entrer dans l'infâme bourbier républicain (Eh, je fais des efforts !).
Campagne Royale ? Allons-y ! C'est sur ce site ou un site dédié ? Je pense qu'un site dédié MAIS lié à V.G. serait la meilleure solution et, bien sûr, avec des règles modérées déontologiques d'expression.
Aaaaaaaaaah ! ça commence à bouger.
Citer
#15 NOEL Hugues 05-02-2017 15:44
"voir les royalistes participer au combat dans les organisations que le peuple se donne:les syndicats, les associations de parents d'élèves, LMPT, (perso, j'avoue une ignorance crasse quant à la signification de ce sigle mais ça doit être très bien)S'ils (i.e. les citoyens)voient que ce sont les royalistes qui sont les plus efficaces dans le combat, alors ils commenceront à croire à la royauté." écrit Georges Tataret. Voilà un avis très juste: participer efficacement à la vie sociale, associative, municipale, politique, pour le bien public, -la res publica-le tout honnêtement, d'une manière désintéressée (ce qui, je le crains, n'est peut-être pas à la mode de nos jours, mais justement, c'est significatif); C'est ainsi que nos concitoyens "commenceront à croire à la royauté".
Allons, enfants...au boulot!
Citer
#14 Georges TARTARET 04-02-2017 19:29
Cher Paul-Raymond du Lac,
Vous écrivez "Haut les cœurs ! Il va falloir agir. (...)
Nous vous proposons de nous suivre dans une série que nous ouvrons par ce manifeste et que nous nommons « campagne royale ».
C'est une bonne initiative, mais qui ne gêne en rien le pouvoir républicain en place. Soyons optimistes : un discours, le meilleur soit-il, ne peut être accessible (je n'ai même pas dit "convaincre") 1% de la population française. Les 99% restants ne peuvent adhérer au royalisme qu'à une condition : qu'ils voient les royalistes participer au combat dans les organisations que le peuple se donne pour se défendre : les syndicats, les associations de parents d'élèves, LMPT. S'ils voient que ce sont les royalistes qui sont les plus efficaces dans le combat, alors ils commenceront à croire à la royauté.
Citer
#13 AudeLys 04-02-2017 16:10
Bon d'accord ! Plus de Ripouxblique, zélite ripouxblicaine, journalopes, meridas, gauche-marakkec h, etc etc ... j'aimais bien.
Je ne sais pas si nos adversaires - je l'ai bien dit là - vont s'en rendre compte car je pense qu'effectivemen t nous nous trouvons "dans le cercle fermé de V.G.".
Mais on ne sais jamais, ledit cercle peut s'ouvrir, voire s'agrandir, et l'on ne doit pas prêter le flanc à la critique mais être irréprochables sur notre idéal. Donc acte !....
Citer
#12 NOEL Hugues 02-02-2017 11:17
Merci à Audelys d'avoir traduit l'article du quotidien espagnol. Il serait souhaitable que nos politiciens le lisent et le méditent. Agissons chacun comme nous le pouvons en nous inspirant de ce que j'ai écrit plus haut (ou en prenant ailleurs son inspiration, évidemment!) Mais ne restons pas dans le cercle fermé de VG...et respectons ceux qui ne partagent pas notre idéal: ils sont excusables car notre formation intellectuelle est assurée par le régime vainqueur.Respe ctons nos adversaires, ce ne sont pas nos ennemis. Essayons de les convaincre par nos arguments et ne les méprisons pas ne serait-ce qu'en déformant le vocabulaire politique: ex "ripouxblicains " au lieu de "républicains"; c'est la meilleure façon d'exiger qu'on nous respecte! Si possible, immisçons-nous dans la campagne présidentielle. .pour qu'elle sente moins mauvais!
Citer
#11 Ivannick 01-02-2017 17:33
Nous en sommes tous à faire le même constat....comm ent enrayer le système mafieux qui favorise l'élection et l'alternance des corrompus ? Comment permettre le retour de la monarchie et du roi légitime ?
Chose étonnante, un article dans "courrier international" qui est très loin d'être royaliste publie un article sur les fakes news qui sont à l'origine de la révolution française et de tout ses abus.... On progresse, on progresse !!!
http://l.news.courrierinternational.com/rts/go2.aspx?h=80917&tp=i-H43-Q5V-3o9-be4KH-21-DJE-1c-bdzn6-Lw1Ry
Citer
#10 AudeLys 01-02-2017 11:53
Très bon article que notre Roi à nous, pourrait également prononcer ici, chez nous.
Au cas ou vous souhaiteriez le publier pour nos amis non hispanophones, je vous adresse la traduction (à vérifier quand même) :
31/01/2017 09:27h / ALMUDENA MARTíNEZ-FORNéS / Madrid

Don Philippe de Bourbon et Grèce, Roi d'Espagne.

Le Roi, le meilleur veilleur de la marque Espagne sur la scène internationale.

L'arme précieuse d'un Roi constitutionnel du début du XXI siècle, sans pouvoir exécutif, est sa capacité d'influence, à l'intérieur et à l'extérieur de nos frontières. Sans autorité morale il ne pourrait pas exercer ses fonctions institutionnell es ni sa responsabilité sociale. Les avertissements et les recommandations d'un Roi sans influence entreraient par une oreille et ressortiraient par l'autre de ses interlocuteurs.

Don Philippe le sait depuis qu'il a l'usage de la raison et découvert en quoi consistait la fonction particulière du Roi. Il a aussi appris très tôt qu'il ne pourrait seulement être crédible de cette autorité morale qu'avec une conduite intègre, honnête et transparente dans sa vie officielle et privée, avec intelligence politique dans l'exercice de ses fonctions et avec la reconnaissance et le respect des citoyens.

Bien qu'en Espagne il n'est pas eu à se faire connaître, car il fut une personne publique dès sa naissance, il est sûr qu'il s'est investi dans de nombreuses heures vols, nuits d'hôtel, prises de position et rencontres internationales , jusqu'à ce qu'il arrive à se convertir en un interlocuteur privilégié à l'étranger. Et lorsqu'il fut proclamé Roi, après l'abdication de Don Juan Carlos, Il a profité de l'occasion pour intervenir en tant que Chef d’État dans les plus grands forums du monde. Aujourd'hui, il serait difficile de trouver un agenda meilleur que celui de Don Philippe non seulement en nombre de contacts mais aussi par son importance. Il connaît personnellement à beaucoup de personnes qui sont, ont été et seront.

La capacité d'influence d'un Roi est très différente de celle d'autres personnes, car il ne peut l'exercer qu'au bénéfice de l'intérêt général, sans jamais mettre en danger l'indépendance de la Couronne, sa neutralité politique ou l'égalité des chances de tous les Espagnols. S'il ne respectait pas ces règles, son influence disparaîtrait.

A la différence des politiques, qui tous les quatre ans doivent se soumettre au verdict des urnes, le Roi dispose de délais à longs termes pour exercer son influence. Il peut ainsi impulser de grands changements dont a besoin un pays pour se moderniser et progresser. Ou, comme aujourd'hui, pour s'adapter à la nouvelle ère technologique qui est en train de changer radicalement le monde.

Don Philippe est convaincu que « jamais auparavant dans l'histoire de l'humanité et dans un espace de temps aussi court se sont produits de changements si importants ». Ou nous anticipons, ou nous seront emportés. « Nous ne devons pas attendre que cette nouvelle réalité s'impose à nous – avertit-il -. Nous avons, par contre, la force et les ressorts suffisants comme pays pour anticiper et assumer le rôle nécessaire dans la nouvelle ère qui s'ouvre devant nous ». C'est précisément l'idée qui revient dans les discours les plus importants du Roi, depuis celui de sa proclamation jusqu'au dernier message de Noël. « Le temps n'est pas aux divisions internes », dit-il, mais à travailler tous ensembles « pour une Espagne meilleure».
Citer
#9 Catoneo 01-02-2017 00:03
Citation en provenance du commentaire précédent de AudeLys :
Il faudra bien, à un moment donné" s'engager sur le terrain pourri de la politique et travailler à l'établissement de cette monarchie en mettant en oeuvre les moyens pour y parvenir.

C'est ce que je voulais dire par "se salir les idées". Les rogations ne ramèneront pas la monarchie. On attend la formation d'unités de combat politique dans le seul champ ouvert à l'exercice : la démocratie représentative. Pour le moment, il n'y a ni chef, ni moyens.
Citer
#8 NOEL Hugues 31-01-2017 18:06
je signale l'article "EL Rey, el mejor valedor de la marca Espana en la escena internacional" dans le numéro d'ABC, quotidien espagnol du 31 01 2017. Cet article contient des arguments utilisables pour les militants royalistes français.
Viva el Rey!
Citer
#7 AudeLys 31-01-2017 17:55
@ Noël Hugues.
Je suis tout à fait d'accord avec vous. Vos propositions pour faire connaître notre roi sont bonnes et certainement efficaces. Ce serait déjà une victoire qu'il soit l'objet de reportages, portraits et de toute autre émission permettant aux Français de faire ainsi sa connaissance, éveillant par là même leurs esprits anesthésiés depuis plus de 200 ans. Mais après tout, que sont 200 ans à l'échelle de l'histoire d'un pays. Ce serait un vrai premier pas, mais cela ne suffira pas suffisant.
Il faut bien garder à l'esprit que la zélite ripouxblicaine qui nous gouverne ne nous laissera pas faire sans réagir. Il n'est qu'à voir ce qu'ils sont capables de faire, en ce moment et depuis toujours, pour se couler les uns les autres y compris au sein d'un même parti, pour imaginer la haine qu'ils seraient capables de déverser sur la résurrection de l'idée du retour du roi. N'oublions pas que toutes les journalopes des grands merdias sont aux ordres de cette zélite.
Que reste-t-il à faire :
- " l'établissement d'une monarchie constitutionnel le et parlementaire dans un cadre institutionnel clairement démocratique ainsi que dans les moyens d'y parvenir" ;
- "tous ceux qui oeuvrent pour l'avenir et qui s'engagent" (Voeux du Prince).
Il faudra bien, à un moment donné" s'engager sur le terrain pourri de la politique et travailler à l'établissement de cette monarchie en mettant en oeuvre les moyens pour y parvenir.
Soyons sûrs que notre zélite actuelle fera tout pour nous en empêcher. Et quand je dis "nous", j'exclue bien sûr notre Roi qui n'a rien à faire dans ce bourbier. C'est à nous d'y aller pour lui.
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 16 juin 2017
« La République en marche ! »

17/07 | Université Saint-Louis 2017, Camp Chouan