Haut les cœurs ! Manifeste pour la restauration royale

Sujets du royaume de France, haut les cœurs ! Le royaume est en danger de mort définitive. Nous avons un roi, notre bon Louis, nous avons un royaume, nous avons une âme. Qu’attendons-nous pour restaurer ?

Nous ne pouvons plus nous contenter d’attendre passivement que la Restauration s’opère providentiellement. L’œuvre incarnée n’existe dans ce monde que par les mains qui la réalisent. La Providence agit, certes, mais, sans la prise volontaire des occasions offertes au gré de la Providence par ses agents humains, rien ne se passera. Mettons-nous à l’école de saint Ignace de Loyola : il nous faut prier comme si tout dépendait de Dieu, et agir comme si tout dépendait de nous. Nous sommes appelés à la conversion. Il ne suffit d’acquiescer silencieusement au fond de sa campagne, dans son cabinet confortable ou avec quelques subreptices moments de dissidence au milieu d’une vie d’embrigadé républicain. Il faut répondre à l’appel et agir royalement.

Haut les cœurs pour la Restauration ! Ceci est un manifeste pour la restauration royale française qui rompt avec tous les manifestes de ces deux derniers siècles : il n’y aura pas d’appel à s’emparer du pouvoir, de son appareil ; pas de doctrine idéaliste et idéologique, pas d’avant-garde manipulatrice, pas de subversion ni de perversion. Juste une incarnation de principe, une alliance du corps et de l’esprit, une intransigeance charitable, une fermeté souple, une résolution sans faille et pragmatique, une contemplation dans l’action, une authenticité sans peur, une simplicité franche, une marche toujours sûre et opiniâtre, aussi lente soit-elle, le passé et l’avenir dans le présent éternel, le soutien du ciel et des aïeux dans un regard juste et bienveillant, une conscience joyeuse qui prend plus plaisir dans la beauté du bien qu’elle ne se dépite de la laideur du mal qu’elle a parfois sous les yeux, un service entier et complet, un dévouement d’un fils à son père envers son roi. Une incarnation sacrée porteuse d’une histoire immémoriale, axe de la spiritualité nationale dans sa concrétisation réelle.

Haut les cœurs ! Il va falloir agir, mais hors de tous les cadres révolutionnaires et républicains qui empoisonnent la pensée et les actions depuis trop longtemps. Nous n’avons plus rien à perdre puisque presque tout a été détruit, sauf le plus important : nos âmes ardentes ; et le plus central : notre famille royale de France. Nous n’avons pas à nous occuper à conserver ce que nous connaissons, mais simplement à restaurer, c’est-à-dire reconstruire, sur les fondations droites et bonnes qui nous restent : restaurons droitement et lentement, mais sûrement. Réagir ? Point besoin, il suffit de devenir des rocs royaux lancés vers le ciel avec les pieds solidement enfoncés dans la terre, et l’inertie emportera le reste. Marchons, marchons, oui, sur le chemin royal qui n’a jamais bougé à travers les temps, plutôt que d’être distraits par les laideurs environnantes. Reprendre conscience de notre état de sujet, restaurer l’incarnation active digne du sujet, et la Restauration progressera.

Haut les cœurs ! Car oui, nous vous le disons, la Restauration est l’œuvre magistrale. Nul besoin de politiciens ou de systèmes, la Restauration agit dans les esprits et les cœurs, point de départ de l’action et de la concrétisation pure, harmonieuse et simple.

Cela dit, il ne suffit plus de rester hors du monde, et il nous faut restaurer dans le monde que l’on connaît, s’y jeter à corps perdu sans s’y jeter, être au milieu – dans l’arène – tout en refusant les règles iniques des gladiateurs, être dans le monde sans être du monde. Ce ne veut pas dire devenir un fantôme translucide et invisible, pur esprit, ou pur autarcique, deux cas contraires à la royauté par définition incarnée et clef de voûte d’une construction de rocs encastrés les uns aux autres par des liens puissants. Procédons au contraire de l’esprit royal, cet esprit qui par notre roi insuffle et réalise dans le monde le bien, pour qu’il n’y ait pas de contradictions à être dans le monde et du monde, alors forcément divin et céleste.

Nous lançons par ce manifeste une campagne royale destinée à tous les sujets du royaume, pour concrétiser la restauration royale indispensable qui commence déjà par l’existence du principe incarné qu’est la famille de France.

Il faut en finir avec les oppositions qui n’existent que dans la tête étriquée des rationalistes béats et les cercles vicieux entretenus par l’esprit révolutionnaire. L’homme est l’union du corps et de l’âme, voilà la seule réalité tangible ! Et une société est l’union de la cité céleste et terrestre par le roi, voici la seule réalité politique tangible !

Tant que le roi existe dans sa chair et dans sa descendance, la France existe. La question n’est pas de savoir comment sauver la France de la destruction, mais comment la restaurer en chacun de nous par le lien précieux des sujets au roi, et du roi à Dieu.

La tâche est immense, mais nous avons le temps sans l’avoir. Réfléchissons sur plusieurs générations tout en agissant dans l’éternel présent ! Et si la France ne sera pas ce qu’elle fut dans son aspect matériel, elle sera un reflet divin comme elle le fut toujours, mais dans ses couleurs particulières du temps, et dans les proportions possibles.

Ce n’est pas une campagne royaliste, car le principe royal et la royauté ne sont ni un parti ni une idéologie. C’est une campagne royale pour la prise de conscience par tous les sujets du royaume, c’est-à-dire tous les Français, de leur condition de régnicoles et d’exhorter à la restauration active qui passe par chacun des sujets, et des sociétés de sujets, dans la communion autour du roi en sa direction bienveillante orientée vers le bien commun et la justice.

Nous vous proposons de nous suivre dans une série que nous ouvrons par ce manifeste et que nous nommons « campagne royale », pour une restauration incarnée, concrète et réelle intégralement et dans toutes ses parties du royaume de France, fondée dans l’essence française.

Elle doit se lire dans son ensemble, et se comprendre synthétiquement.

Elle pourrait se résumer en une phrase : la Restauration n’est pas une prise de pouvoir politique, elle est un mode de vie pratique fondée sur des principes éternels qui s’incarnent dans notre quotidien, et elle aboutit en dernière instance à une restauration politique des institutions ; elle est une énergie royale et une dynamique active vers le bien et le vrai.

Haut les cœurs ! Haut les cœurs ! Il est temps de restaurer !

Il va falloir se résoudre à être résolu, sinon la restauration restera à jamais un vœu pieu et sans avenir ! Haut les cœurs !

Vive le roi ! Vive la France !

Pour Dieu, pour le roi, pour la France,

Paul-Raymond du Lac

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 28 mars 2018
« Blocage de Montpellier »

Aucun événement