Commémoration des martyrs foréziens

Chaque année, l’Association de la Chapelle des Martyrs de Feurs fait dire une messe dans la chapelle éponyme de cette petite ville du Forez. En décembre 2014, dans un article intitulé Pro Rege et Fide , j’avais eu l’occasion d’évoquer pour les lecteurs de Vexilla Galliae la tragédie qui s’abattit sur cette région et sur le Lyonnais en 1793 et 1794. Le 14 novembre dernier, je suis retourné à Feurs et j’ai pu participer à la messe annuelle célébrée par le Père Jean Mazenod. Cette célébration revêtait,  pour moi, une signification particulière puisque, dans l’ossuaire situé dans le sous-sol de cette petite chapelle de style néoclassique se trouvent les restes de deux de mes aïeux, aux côtés de ceux de dizaines d’autres martyrs.

Nous étions une trentaine dans cette Chapelle des Martyrs, pour commémorer ces victimes de l’infâme Claude Javogues, envoyé par la Convention afin de « rétablir » l’ordre républicain dans le département de la Loire. La messe fut agréablement animée grâce au son de la flûte d’Elise Bouchet et au chant de Chrystelle Tami. Dans son homélie, le Père Mazenod évoqua le sacrifice de tous ces martyrs, morts pour leur foi et pour leur fidélité. Il rappela aussi le souvenir de deux autres martyrs : le Frère Salomon Leclercq, l’un des martyrs des Carmes, canonisé le 16 octobre dernier par le Pape François, et le Père Jacques Hamel, victime de la barbarie du terrorisme islamiste dans son église de Saint-Étienne du Rouvray, en juillet dernier. Comment, d’ailleurs, ne pas faire un rapprochement entre le fanatisme sanglant des terroristes révolutionnaires de 1793 et 1794 et celui des assassins du soi-disant État islamique qui sévissent en Irak et en Syrie, mais aussi en Belgique et en France, depuis 2014 ? La folie meurtrière et les méthodes d’un Claude Javogues et celles d’un Omar al-Bagdadi sont en tous cas étrangement semblables. L’assemblée réunie dans la Chapelle des Martyrs de Feurs associa donc, dans ses prières, tous ces martyrs, ceux des terribles années de la Terreur et ceux du terrorisme moderne.

Je tiens à saluer l’action de l’Association de la Chapelle des Martyrs[1] de Feurs et son président, Alain Gilibert qui, 194 années après la souscription lancée par le maire de l’époque, Pierre-Marie d’Assier de Valenches, pour l’édification de cette chapelle, continuent à perpétuer la mémoire de nos martyrs et à lutter contre l’oubli et la réécriture officielle de l’Histoire.

Le 16 novembre j’ai pu moi aussi un peu contribuer à la perpétuation de cette mémoire en rappelant aux auditeurs de la Loire le souvenir de cette époque troublée, lors d’une émission de RCF[2], à Saint-Étienne. Quelques jours plus tôt, je l’avais également fait en répondant aux questions d’Estelle Margnac, journaliste de « La Tribune – Le Progrès[3] ». Je remercie cette journaliste et Monsieur Jean-Claude Duverger, président de RCF – Saint-Étienne, ainsi que le président et les membres de l’Association de la Chapelle des Martyrs pour leur chaleureux accueil.  Le 25 janvier 2017 une nouvelle messe sera célébrée à la Chapelle des Martyrs de Feurs, cette fois en mémoire du Roi Louis XVI, le plus illustre des martyrs de cette sinistre période de la Terreur révolutionnaire.

Hervé Cheuzeville

[1] Association de la Chapelle des Martyrs, Maison de la Commune, 42110 Feurs – http://perso.wanadoo.fr/forezien/

[2] Radio Chrétienne Francophone, Saint-Etienne 94.7, Bourg-Argental 105.1 et Montbrison 102.1 – tel 04 77 59 32 32

[3] Voire article dans l’édition forézienne du 13 novembre 2016 de ce quotidien.

Hervé Cheuzeville à droite au côté du président de l'Ass. de la Chapelle des Martyrs (monsieur Alain Gilibert)

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 16 juin 2017
« La République en marche ! »

17/07 | Université Saint-Louis 2017, Camp Chouan