Le Figaro reconnaît Louis XX !

Dans son numéro du vendredi 17 et samedi 18 juillet 2015, LE FIGARO magazine publie, en première de couverture pleine page, une photographie de Louis de Bourbon, pour nous royalistes : Louis XX, Roi de France ! Cette photographie illustre la présentation d’un article de Stéphane Bern intitulé : « Rois sans couronne » et annoncé page 24 dans le sommaire de la page 3.

Louis XX en première de couverture du FIGARO magazine en début d’été est déjà une magnifique surprise, mais l’essentiel est dans le cartel de présentation de la photographie sur le côté gauche en bas : « Louis de Bourbon, aîné des Capétiens ». Aîné des Capétiens, tout est dit ! La Couronne de France, indisponible, revenant exclusivement en droit monarchique français, selon les lois fondamentales du Royaume nées de mille ans d’expérience politique nationale, à l’aîné des descendants d’Hugues Capet, LE FIGARO magazine reconnaît donc par ce cartel laconique Louis de Bourbon comme seul et unique Roi de France de jure !

Page 3 : l’article qui parle de Louis XX de France, de Jean d’Orléans… (j’y reviendrai), de Michel Ier de Roumanie, de Siméon II de Bulgarie, de Leka II d’Albanie, de Karl d’Autriche, d’Emmanuel-Philibert de Savoie et de dom Duarte de Portugal est annoncé en page 24 sous la photographie une nouvelle fois de Louis XX ! Ayant eu les honneurs de la première de couverture qui est « le graal » pour un magazine, on eut compris qu’ils eussent choisi un autre « Roi sans couronne » pour l’illustration de la page d’annonce. Louis XX à nouveau !

Page 24 : début de l’article : colonne de texte serrée à gauche pour laisser les trois-quarts de la double page à la magnifique photographie de Louis XX, le regard décidé sous les brocards de l’embrasure d’une porte d’un palais madrilène ! Si ce n’est pas une présentation photographique exclusive du Roi de France Louis XX, je ne sais pas ce que c’est et n’ai pas de mots pour la décrire !

Or, dans cette presse à grand tirage de début d’été où l’image prime sur le texte en ce sens qu’elle sert d’accroche à l’intérêt très sollicité des vacanciers, le traitement réservé par LE FIGARO magazine à Louis XX est véritablement princier ! L’image prime sur le texte et quelles images ont été choisies : celles du Roi dans un décor royal (très « Grande Galerie des Glaces » à Versailles). L’analogie visuelle est immédiate et je pense qu’il ne s’agit pas d’un hasard ! Louis XX, assis, presqu’à l’écoute du lecteur sur la couverture, ou debout, le regard décidé d’un Roi volontaire sur fond d’enfilade de salons à miroirs en début d’article… Elles le placent d’emblée dans une aura royale, à la fois proche du peuple et maître de la plus ancienne, noble et sainte maison royale de l’univers, ayant inscrit sa gloire dans les murs de ses palais. C’est de cette aura prodigieuse dont use encore aujourd’hui la république quand elle reçoit ses invités dans les ors des anciens palais royaux ou princiers (Palais du Luxembourg, palais Bourbon…).   

Que dire, sinon remercier LE FIGARO magazine et Stéphane Bern qui viennent d’apporter à notre juste cause le relai sensationnel d’un magazine de très grande diffusion ! La dernière couverture du FIGARO évoquant un Roi de France était celle de  février 1989 ! Triste souvenir… 

Louis XX, par cette tribune, vient de faire une très grande avancée dans la connaissance de son peuple. Je vous l’ai déjà dit, d’abord faire connaître le Roi, pour le faire ensuite reconnaître ! Le Roi vient de faire un pas de géant !

Saisissons l’occasion que nous offre la Providence, ne la laissons pas passer : nous avons la rentrée à préparer pour le Roi : La cérémonie des Invalides (fondé par Louis XIV) en septembre, les cérémonies du tricentenaire de la mort de Louis XIV, du cinquième centenaire de l’avènement de François Ier… Il faut que Louis XX soit partout, sinon physiquement, en tous cas représenté par des royalistes fidèles ! Vexilla Galliae sera là, évidemment, pour vous transmettre tous les événements à venir, mais l’I.M.B., l’institut du Roi (Institut de la Maison de Bourbon) a un grand rôle à jouer dans cette fin d’année. Il doit représenter le Roi où il ne pourra être ou le seconder où il sera !

Je reviens, presque malgré moi tant je suis content de la place d’honneur réservée au Roi dans cet article, sur les erreurs récurrentes, qui m’écorchent toujours les yeux, des dénominations du prince Henri d’Orléans, duc d’Orléans, en tant que « comte de Paris » titre usurpé qui n’a jamais fait partie de l’apanage d’Orléans et surtout  de la titulature de « Dauphin de France » accordée au prince Jean d’Orléans, frère cadet du prince François d’Orléans, duc de Chartres, qui, lui, a été frauduleusement titré « Dauphin de France » par son père en 1999 ; Jean d’Orléans, titré « duc de Vendôme » par son grand-père en 1987, fut titré « Régent du Dauphin » par son père en 1999… titulatures fantaisistes dont j’ai déjà parlé (cf. Incorrigibles Orléans !).

Il est regrettable que Monsieur Bern, que je sais si averti des titulatures et généalogies royales et princières d’Europe, se laisse aller à relayer ces fantaisies orléanistes et dénomme Louis XX comme le « challenger » de Jean d’Orléans…

Mais j’arrête là mes remarques, nécessaires pour toujours préserver le socle de la Légitimité intact de toute approximation, mais qui ne saurait aujourd’hui porter une ombre à l’éclatante lumière dans laquelle LE FIGARO magazine vient de placer notre Roi, le très haut, très puissant et très excellent prince Son Altesse Royale Louis de Bourbon, par la grâce de Dieu Louis XX, Roi de France !

Vive la France ! Vive le Roi ! Vive Louis XX !

Franz de Burgos

Ndlr : Article initialement publié le 18 juillet 2015

Durant le mois d’août, et comme chaque année, nous proposons à la lecture quelques articles sélectionnés par la rédaction de Vexilla Galliae et déjà publiés en 2015 sur le site. Toute la rédaction de Vexilla Galliae vous souhaite un excellent été.  

 

Commentaires  

#2 Meuse 24-08-2016 19:48
Je regrette, Monsieur de Burgos, mais si Louis de Bourbon est roi de France, vous ne pouvez pas lui donner le prédicat d'Altesse royale, mais de Majesté. Je vous rappelle d'ailleurs que la question avait été réglée par le Comte de Chambord qui avait interdit d'employer l'un et l'autre. Le premier car il était au dessous de sa place, le second parce que,ne régnant pas de facto, il ne pouvait arborer la maiestas.
Citer
#1 NOEL Hugues 23-08-2016 14:01
Bonjour,
Serait-il possible de demander à M. Emmanuel MACRON s'il entend diriger son mouvement "En Marche" vers le rétablissement de la royauté, comme on pourrait l'espérer après son article de juillet 2015 consacré au thème: "il manque un Roi en France"? De toute façon, toute initiative visant à actualiser la question auprès des citoyens sera utile. Qu'enfin on parle d'autre chose que des candidats à la présidentielle: ils nous fatiguent, tous!
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 16 juin 2017
« La République en marche ! »

17/07 | Université Saint-Louis 2017, Camp Chouan