[Anniversaire Louis XX] Les discours du roi et album photo suite

Chers Amis du Bourbon-Club,

« Joindre l’utile à l’agréable ! » n’est-ce pas un peu votre devise.

Puisque en mêlant convivialité, voire festivité, à service vous parvenez à vous rendre utiles aux plus humbles.

Le bénéfice de vos soirées, géré par l’établissement du « Concorde-Atlantique » est destiné aux œuvres françaises de l’Ordre de Malte dont l’action humanitaire est reconnue de tous, tant en France qu’à l’étranger. Fort de ses origines catholiques, l’Ordre perpétue le devoir de charité qui doit animer tout chrétien.

Soyez donc infiniment remerciés de ce don que vous faîtes à l’Ordre souverain de Malte,

Et c’est avec un grand plaisir que je le remets sans tarder à son plus haut représentant en France, le Président de l’association des membres de l’Ordre de Malte.

 

Chers Amis du Bourbon-Club,

Merci d’avoir souhaité partager mon anniversaire, avec votre réseau d’étudiants et de Jeunes actifs. Belle occasion pour moi de vous rencontrer en dehors des cérémonies commémoratives, toujours nombreuses dans mon agenda. Conséquences  de l’œuvre des Rois,  si importante. Ils nous ont légué beaucoup d’évènements à fêter ou commémorer ! Des évènements fondateurs pour notre société.

Mais, place à l’avenir ! A vingt ans, à trente ans et encore à la quarantaine c’est à l’avenir que nous pensons. Vous comme moi.

Nous avons un monde nouveau à bâtir, comme chaque génération l‘a fait avant nous, mais peut-être encore plus aujourd’hui,  tant le XXIème siècle s’annonce comme celui de profondes mutations.

Pour cela,  vous avez vos talents réciproques, le fruit de vos études, votre énergie, votre volonté et, surtout, votre ardent désir de réussir et de faire mieux. Votre enthousiasme !

Quant à moi, au-delà de cet enthousiasme que je partage avec vous, je vous apporte ce que je représente en tant qu’héritier de la dynastie qui a fait la France.

Je vous transmets les vertus de la royauté française :

La durée. Les quinze siècles d’histoire, d’expériences et de progrès.

Voilà le véritable antidote de ce qui ronge actuellement la société, voire la civilisation occidentale : le relativisme et les idéologies niant le réel. La royauté repose sur des valeurs de droit naturel qui dépassent le temps et les contingences. Quelle force que cette ancienneté ! Surtout dans un monde qui donne souvent l’impression d’aller trop vite ! Ne prenant plus le temps de réfléchir aux conséquences de ses actes. La durée permet une meilleure compréhension des hommes et de la société.  C’est une des clefs du succès. C’est la sagesse et une certaine stabilité sans lesquelles rien de grand ne peut se faire.

Le sens du Bien commun, la res publica, qui animait la royauté française.

La royauté est d’abord une éthique sociale née des principes chrétiens et approfondie au cours des siècles. Bien loin du cynisme contemporain. Elle garantit les institutions en leur conférant la légitimité qui les rend acceptables par tous. Notamment quand le temps des efforts imposent de

nécessaires sacrifices. Elle donne du sens à l’action des hommes, pour le présent comme pour l’avenir.  

Ce bien commun commence dans la famille, cellule de base de la société, et  se poursuit dans celle qui  s’étend  de la famille royale à toutes les familles de France, réunies dans un lien de fidélité et de soutien réciproque.

La souveraineté, enfin. Etre maître de son destin. Corps et âme. Combat sans cesse renouvelé par les rois durant 15 siècles. 

Souveraineté qui était à la fois celle de l’Etat dont l’indépendance est garantie par rapport aux autres puissances, tout en permettant, et garantissant, des libertés locales et celle qui s’affirmait par le lien qui existait entre le Roi et tous ceux qui le reconnaissaient quelles que soient les distances, concept dont on perçoit l’importance renouvelée à l’heure de la mondialisation.

Oui ! Héritage de la royauté toujours actuelle et retrouvant une nouvelle pertinence.

Tel est bien le défi que notre génération  doit affronter. Et en vous plaçant dans la filiation « Bourbon » votre réseau place la barre très haut,  au niveau de l’excellence de la qualité. Tache exaltante car beaucoup est à refaire et à reconstruire.

C’est pourquoi je répète régulièrement que je ne place pas mon action dans une nostalgie des époques passées mais bel et bien dans une perspective d’avenir. Quelle société demain ?

Que faire devant un monde de plus en plus inégalitaire, où les exclus et les déshérités  sont de plus en plus nombreux ? Enfants et jeunes abandonnés à eux-mêmes et mal instruits ; chômeurs et précaires toujours en plus grand nombre ; agriculteurs transformés en sous prolétaires vivant de subventions ; famille abandonnées par l’Etat ; personnes humaines marchandisées ; personnes âgées bientôt livrées à l’euthanasie …

L’avenir est entre vos mains et il commence à émerger, grâce à votre génération de veilleurs d’abord, et, à mesure que vous avancez en âge, d’entrepreneurs. Nouvelles écoles pour une pédagogie renouvelée, qualitative, ouvrant d’abord vers l’estime de soi et ensuite vers l’emploi ; mise en œuvre partout et dans tous les milieux de nouvelles structures sociales ; renouveau d’une agriculture de proximité et non livrée à la seule finance ; redécouverte de l’esprit d’entreprise ; éthique préférée au profit ; familles retrouvant le sens des valeurs autour du trio naturel père / mère / enfants.

Ce monde nouveau est à bâtir. 

Cela se fera par l’effort, le travail de tous. Chacun à notre place. Notre avantage, forts de notre tradition, est que nous savons ce que nous voulons.

Encore merci de m’avoir permis de le rappeler ce soir.

Louis XX avec le prince Charles-Emmanuel de Bourbon-Parme en pleine dégustation du gâteau d'anniversaire

Et avec le pdt de l'Ordre de Malte, le Comte de Beaumont Beynac

Scéance de dédicace sur les autocollants Vexilla Galliae : "Affectueusement, Louis"

Présentation au prince par Dominique Hamel et Stéphane Piolenc du cadeau Vexilla Galliae :  "Louis XX, Roi de France", un ouvrage imprimé en un seul exemplaire relatant l'activité royaliste de janvier 2013 à avril 2016.

En bas, le cadeau de Vexilla Galliae et en haut la toile offert au prince Louis de notre ami Du Landreau (notre caricaturiste maison)

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 28 mars 2018
« Blocage de Montpellier »

Aucun événement