Mgr le Prince Louis, duc d'Anjou, sera présent le 1er Avril à Argenteuil pour vénérer la Sainte Tunique du Christ

Le vendredi 1er avril, un grand moment d'émotion, fidèle à la tradition de ses illustres ancêtres, Mgr le Prince, duc d'Anjou, sera parmi les très nombreux pèlerins, à venir se recueillir devant la Sainte Tunique du Christ. Confiée au IXème siècle par Charlemagne à sa fille Théodrade, elle demeure depuis douze siècles à Argenteuil, et depuis cent cinquante ans dans la basilique construite spécialement pour la recevoir.

A l'occasion de ce 150ème Anniversaire, du 50ème Anniversaire du diocèse de Pontoise et de l'année Sainte de la Miséricorde, S. Ex. Monseigneur Stanislas Lalanne, évêque de Pontoise a souhaité qu'une Ostentation de la Sainte Tunique soit organisée du 25 mars au 10 avril 2016. La Sainte Tunique sera présentée, dépliée dans un reliquaire, au cœur de la Basilique.

M. l'Abbé Guy-Emmanuel Cariot, recteur de la Basilique Saint-Denys d'Argenteuil, a invité Mgr. Le duc d'Anjou à venir à la suite de ses ancêtres, de Louis VII à Louis XIII, vénérer à son tour la Sainte Tunique.

Une messe pour la France sera célébrée à 19H00 par Monseigneur Luc Ravel, évêque aux Armées. La vénération de la Sainte Tunique aura lieu à l'issue de la messe, soit vers 20H45.

L'Histoire de la Sainte Tunique : Un fabuleux destin venu du Ciel

Les premières mentions de la relique d'Argenteuil remontent à l'année 1156, en plein Moyen Age. C'est le règne de Louis VII, fils de Louis VI. Hugues d'Amiens, théologien français, archevêque de Rouen en 1129 reçoit le Pape Innocent I à Rouen en 1131 en compagnie de Bernard de Clairvau. Lié à l'Abbé Suger, participe à la consécration en 1141 de l'abbatiale de Saint-Denis. C'est autour de ces personnages qu'a lieu l'Ostension de 1156 et la rédaction du texte connu sous le nom de " Charte de 1156."

Dans les années suivantes, de nombreux chroniqueurs mentionnent la présence de la relique. Au XIIème Siècle, Louis IX et la Reine Blanche ont séjourné au monastère d'Argenteuil, il est possible qu'il est fait extraire un fragment de la relique pour le déposer à la Sainte Chapelle. Le XIVème Siècle voit la création d'Hymnes et d'une messe votive. Et le XVIème Siècle est le temps des grandes processions. Le 1er mai 1529, fut apportée " La Robe de Dieu " depuis le prieuré d'Argenteuil jusqu'à l'église du " Glorieux martyr Saint Denis ".

Le 30 novembre 1544, François 1er délivre des lettres patentes afin de protéger la relique de la fureur des calvinistes. Les XVIIème et XVIIIème Siècle est le temps de la consécration. Au 17ème siècle de nombreux récits et témoignages évoquent la Sainte Tunique et sa présence au prieuré d'Argenteuil.

De nombreuses personnalités viendront à Argenteuil, le Roi Louis XIII, Marie de Médicis, et ses trois filles, le Cardinal de Richelieu, la famille de Guise... En 1673 débute les enquêtes sur les miracles liés à la Sainte Tunique, des rapports seront établis jusqu'en 1746.

Marie de Lorraine, duchesse de Guise, vient vénérer en 1680 la Sainte Tunique et fait don au monastère d'une chasse en vermeil, un fragment de la Tunique sera en retour déposé dans l'abbaye de Montmartre. Au 18ème siècle le culte de la Sainte Tunique reste important jusqu'à la révolution. Avant d'être emprisonné, le curé assermenté Ozet protège la relique et les actes la concernant, après avoir découpé le tissu en plusieurs morceaux. Au XIXème siècle c'est le renouveau, en 1804, c'est le rétablissement du culte de la confrérie de la Sainte Robe et en 1844 une translation de la Sainte Tunique de sa chasse initiale dans une nouvelle chasse en bronze doré.

L'année 1844 voit le retour d'une ostension. Léon XIII, en 1898, consacre l'église paroissiale d'Argenteuil comme basilique mineure en raison des pèlerinages liés au culte de la Sainte Tunique. Des milliers de pèlerins du monde entier participent à l'ostension de 1934 qui se déroula du 30 mars au 21 mai. Des processions se poursuivent dans les années 50 et le silence retombe jusqu'en 1980. Mais plus personne ne sait où se trouvent les chartes et documents renfermés dans une boite métallique que l'on retrouvera vide. En mai 1979 la relique est classée monument historique. La tradition d'une grande ostension tous les 50 ans se pose alors pour l'année 1984.

Le 12 décembre 1983 est constaté le vol de la Sainte Tunique. En février 1984, elle est mystérieusement rendue en parfait état sous le secret de la confession au père Guyard. Une grande ostension solennelle se déroule comme prévu pendant la semaine sainte, encore une fois, de nombreux pèlerins viennent du monde entier. Après 2016, et si rien ne change, la prochaine ostension aura lieu en 2034.

Eric Muth

Information importante :

Afin de faciliter votre présence et d'accompagner le Prince à cet évènement exceptionnel, l'Institut de la Maison de Bourbon organisera un déplacement en autocar selon le programme suivant. 17H Départ pour Argenteuil devant l'Ecole Militaire, Place Joffre. Paris 7ème. 20H30 Retour vers Paris.

Prix: 10 euros pour les Membres / 12 euros Non Membres

(L’autocar ne contenant que 59 places, les réservations seront prises par ordre d'arrivée à réception du règlement).

Renseignements : Secrétariat IMB, tél: 0145502070

81, Avenue de la Bourdonnais. 75007 PARIS

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Commentaires  

#18 Romain 01-04-2016 11:26
Citation en provenance du commentaire précédent de NOEL :
Une réponse à M. Pellier Dominique: "démocratie" signifie un régime politique dans lequel commande le peuple. (voir Dict etymologique Dauzat) Si "démocratie" et "royauté" n' étaient pas compatibles, il n'y aurait pas de monarchies (ou "royautés") démocratiques en Europe! or il semble bien que ces deux termes y soient compatibles pour les peuples qui ont à leur tête un Roi ou une Reine...
Evidemment, le mot "Roi" n'a plus la même définition que dans l'Ancien Régime: "Monarque qui commande seul et souverainement à une région de la terre" (Dict. Furetière, 1690). Nous sommes en "démocratie", "le pire de tous les régimes exceptés tous les autres". selon le mot de Churchill.
Dans une démocratie contemporaine, le Roi est le premier Serviteur de son peuple, héritier d'une légitimité dynastique enracinée dans l'histoire de la nation. Son autorité est symbolique: il fait le lien entre tous les citoyens indépendamment de leur parti politique, de leur religion, de leur race. Par sa présence officielle là où le peuple travaille, il met en valeur les résultats de ce travail; il va où le peuple souffre pour partager sa souffrance, là où le peuple fête pour se réjouir avec lui. Ainsi, il unit et fonde tous les citoyens dans une même famille. Fonction irremplaçable que ne peut exercer aucun de ceux qui concourent à la grande foire aux enchères publiques qu'est l'élection présidentielle!
Pour parler comme Pascal, je dirais qu'il y a une différence d'"ordre", de dignité. Servire regnare est!


Je ne vois pas trop l’intérêt d'avoir un roi si son autorité est symbolique. Pour moi le Roi doit régner ET gouverner.
Citer
#17 Catoneo 24-03-2016 17:00
Citation en provenance du commentaire précédent de NOEL :
Des réactions à ces suggestions, S.V.P..? Merci!

Au roi le régalien, au peuple tout le reste. C'est assez facile à argumenter.
Citer
#16 NOEL 24-03-2016 15:54
Une réponse à M. Pellier Dominique: "démocratie" signifie un régime politique dans lequel commande le peuple. (voir Dict etymologique Dauzat) Si "démocratie" et "royauté" n' étaient pas compatibles, il n'y aurait pas de monarchies (ou "royautés") démocratiques en Europe! or il semble bien que ces deux termes y soient compatibles pour les peuples qui ont à leur tête un Roi ou une Reine...
Evidemment, le mot "Roi" n'a plus la même définition que dans l'Ancien Régime: "Monarque qui commande seul et souverainement à une région de la terre" (Dict. Furetière, 1690). Nous sommes en "démocratie", "le pire de tous les régimes exceptés tous les autres". selon le mot de Churchill.
Dans une démocratie contemporaine, le Roi est le premier Serviteur de son peuple, héritier d'une légitimité dynastique enracinée dans l'histoire de la nation. Son autorité est symbolique: il fait le lien entre tous les citoyens indépendamment de leur parti politique, de leur religion, de leur race. Par sa présence officielle là où le peuple travaille, il met en valeur les résultats de ce travail; il va où le peuple souffre pour partager sa souffrance, là où le peuple fête pour se réjouir avec lui. Ainsi, il unit et fonde tous les citoyens dans une même famille. Fonction irremplaçable que ne peut exercer aucun de ceux qui concourent à la grande foire aux enchères publiques qu'est l'élection présidentielle!
Pour parler comme Pascal, je dirais qu'il y a une différence d'"ordre", de dignité. Servire regnare est!
Citer
#15 Pellier Dominique 23-03-2016 08:26
je ne crois pas que "démocratie", (tiens, qu'est-ce que cela veut dire ?) et royauté soient vraiment compatibles. Il semble que si Roi il y a , Il est le chef de l'état français et le dernier à prendre les décisions pour le Pays. Il a des conseils pour cela. Mais la dé... ne peut faire bon ménage. On choisit un chef, ou bien on décide tous ensemble. Faut savoir...
Citer
#14 MUTH ERIC 22-03-2016 21:50
Pour revenir sur le commentaire de M. MONTPLAISIR, votre argument ne convainc pas ce passionné de la Tunique, le Père Guy-Emmanuel CARIOT, recteur de la Basilique : " Les datations au carbone 14 sur les éléments de tissu me semblent hasardeuses, car ils sont susceptibles d'être pollués par leur environnement. C'est particulièremen t évident dans le cas de la tunique d'Argenteuil qui a au court de son Histoire été cachée dans des murs, rapiécée, a subi la présence de milliers de cierges et a même été enterrée dans un cimetière."
Citer
#13 NOEL 22-03-2016 18:51
Je me permets de revenir sur les réflexions faites plus haut. La tradition catholique fait partie de l'A.D.N. de la dynastie capétienne et il est important de la maintenir. Ceci dit -écrit-,il est nécessaire de démontrer la compétence du Prince sur d'autres terrains: politiques, économiques, sociaux etc...Comment lui offrir des opportunités pour cela? Je ne sais pas; peut-être que des militants royalistes qui connaissent et estiment tel politique respecté au niveau national...(il doit y en avoir!) pourraient essayer de le convaincre de déclarer sa préférence pour une monarchie pleinement démocratique et avancer des arguments .. Autre proposition: qu'un grand média analyse la question de manière qu'on en parle comme une hypothèse sérieuse dans les chaumières! Il faut avancer et non pas seulement rêver! Des réactions à ces suggestions, S.V.P..? Merci!
Citer
#12 Montplaisir 21-03-2016 22:14
Je crois que des études scientifiques récentes, effectuées en 2004 ou 2005, ont montré que la tunique en question datait du VII e siècle après J-C. Notre prince ferait bien, en effet, de s'intéresser à autre chose qu'à un morceau de tissu fort douteux.
Citer
#11 Catoneo 19-03-2016 17:00
Citation en provenance du commentaire précédent de TRACY :
La triste traduction que l'on peut en tirer est que, en cantonnant volontairement le roi à du mémoriel religieux ou historique, la direction légitimiste ne croit donc pas à la capacité de Louis XX d'être un recours pour la France et ne se sent pas non plus capable d'aller sur d'autres terrains, terrains pouvant amener à la prise de conscience nécessaire des français. Et pourtant, telle devrait être la mission régalienne de l'entourage du roi.

C'est clair. J'entends encore un président de l'UCLF déclarer au micro de FR3-Bretagne devant le monument de Chambord à Auray que son mouvement n'entendait pas restaurer un roi, le tout appuyé d'un rire sarcastique pour évacuer toute ambiguïté.
J'en ai conclu plus tard que les cercles étaient des madrasas perpétuant en secret la supériorité de la monarchie transcendée dont nous ne serions pas dignes. Ce qui me valut de sévères attaques des mollahs de la Cause, pâmés dans la récitation perpétuelle des lois et devoirs comme dans les écoles coraniques.
Mais tout ce monde a semble-t-il disparu au comble de la discrétion.
Nous reste la Tunique d'Argenteuil.
Citer
#10 TRACY 19-03-2016 15:14
Citation en provenance du commentaire précédent de Catoneo :
Citation en provenance du commentaire précédent de TRACY :
Eclairez ma lanterne cher Catoneo, je ne souviens pas avoir vu l'IDA sortir du cadre religieux...

Si, il y avait eu des actions "impies" mais comme le site de l'IDA a été démonté immédiatement par l'IMB, il n'est pas possible de vous répondre sur preuves et ma mémoire n'est plus assez bonne.


Oh, les vilains !
Citer
#9 TRACY 19-03-2016 14:57
Citation en provenance du commentaire précédent de NOEL :
Je ne suis pas certain que la direction légitimiste cantonne le Prince uniquement dans des événements religieux..N'est-il pas venu à Bouvines en 2014? en Bretagne en 2016? Et je suis loin de citer toutes ses interventions "profanes"..qui prouve sa compétence en des matières...profanes! Ces interventions sont à encourager, évidemment. Reste que le Prince appartient à une tradition royale catholique comme beaucoup de Français (même si la plupart semble l'oublier quelque peu...) N'attire t-il pas ainsi des catholiques de plus en plus conscients, et de leur foi et de leur fidélité renaissante envers celui qui sera un jour, si Dieu le veut, leur Roi?


C'est exact. Merci NOEL du rappel. On s'aperçoit donc que le prince est bien quasi exclusivement sur du commémoratif religieux ou plus exceptionnellem ent sur du souvenir historique.
La triste traduction que l'on peut en tirer est que, en cantonnant volontairement le roi à du mémoriel religieux ou historique, la direction légitimiste ne croit donc pas à la capacité de Louis XX d'être un recours pour la France et ne se sent pas non plus capable d'aller sur d'autres terrains, terrains pouvant amener à la prise de conscience nécessaire des français. Et pourtant, telle devrait être la mission régalienne de l'entourage du roi.
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 13 septembre 2017
« C'est pas moi, c'est lui, m'sieur ! »

Aucun événement