Louis XX à la 222ème commémoration de la mort de Louis XVI

Ce 17 janvier 2015, vers 10h30, Louis XX arrive dans le jardin extérieur de la Chapelle Expiatoire située boulevard Haussmann, à Paris. Le Prince de Bauffremont, Président de l’Institut de la Maison de Bourbon, le Comte de Beaumont-Beynac, Président de l’Ordre Hospitalier de Malte en France, le Baron Pinoteau, Chancelier d’Alphonse II, le défunt père de Louis XX, Monsieur Christian Pinot, Président du Centre d’Etudes Historiques du Mans ainsi que la Baronne Hue, de son Secrétariat particulier, accueillent le Roi à sa descente de voiture.  Il se dirige alors vers les escaliers du porche d’entrée du bâtiment d’enceinte de la Chapelle. Le Père Pic l’y attend et lui donne la bénédiction de l’Eglise. Achevant l’ascension des escaliers de ce bâtiment d’entrée, il traverse le jardin clos intérieur, précédé de la Croix, du thuriféraire, de deux céroféraires et du Père Pic, et pénètre en la Chapelle Expiatoire. Les choristes et une centaine de personnes l’y attendent. Prenant place sur le côté gauche du Chœur de la Chapelle, il entend la messe de Requiem dans le rite extraordinaire avec tout l’auditoire qui déborde de la Chapelle et suit  également la messe dans le jardin clos de la Chapelle (environ une autre centaine de personnes).

Comme chaque année, sous l’égide tutélaire et marmoréenne de Louis XVI et de Marie-Antoinette, leur fils et héritier Louis XX honore de sa présence la commémoration de leur martyre. Puis, il descend dans la crypte pour se recueillir autour de l’autel marquant l’endroit exact où l’on enterra les corps suppliciés du couple royal. Il est environ 12h30 quand l’assemblée sort de la Chapelle pour attendre dans le jardin clos la sortie du Roi. Sa Majesté sort, répond d’un sourire et d’un signe de tête aux acclamations de « Vive le Roi ! » qui éclatent autour de lui et se rend au bas des escaliers du porche pour recevoir les hommages et les bons vœux de ceux qui ressentent comme un privilège d’être ses sujets. Chacun le salue et une royale attention m’a touché : Recevant les compliments de quelque deux cents personnes, il ne manqua jamais de marquer un instant d’attention aux enfants, la jeunesse de son Royaume, par un sourire, un baiser ou l’apposition de la main sur le front. Possédant instinctivement les gestes du Roi, Prêtre et Serviteur. Car le Roi, père de son peuple, en nous accordant la poignée de main que nous espérons de lui, nous transmet la bénédiction du Premier Vicaire du Christ qu’il incarne. Et, à l’image du Christ, les enfants, tabernacles encore purs de l’Esprit, sont naturellement privilégiés. Voyez-vous, c’est à ces petits signes que j’entrevois la Transcendance en action. Louis XX, Roi de droit, a aussi une âme de Roi ! Dieu soit béni !

Enfin, acclamé une nouvelle fois de « Vive le Roi ! » enthousiastes, il monte en voiture pour se rendre au restaurant La Pépinière qui se trouve sur la Place Saint Augustin, à quelques pas de la Chapelle. Dans la grande salle décorée de panorama de parcs de châteaux animés de muscadins et merveilleuses et éclairée d’une verrière Art Nouveau, deux cents convives se lèvent à son arrivée et l’accueille par leurs applaudissements. Le Prince de Bauffremont, lit une petite introduction et Louis XX prononce alors un discours (filmé en intégralité et visible sur les pages facebook et twitter de Vexilla Galliae et retranscrit sur ce site : 17 janvier 2015 : Discours de Louis XX*). Ce discours voit l’officialisation de la réunion de l’Institut du Duc d’Anjou, fondé par Sa Majesté en 2010 et sous sa présidence directe, à l’Institut de la Maison de Bourbon, fondé par son aïeul Henri VI en 1975 et présidé par le Duc de Bauffremont alors et par le Prince de Bauffremont, son fils, aujourd’hui.

Le Légitimisme se réunit donc pour accroître ses forces d’action, de proposition. Et c’est réunis au sein de l’Institut de la Maison de Bourbon que tous les légitimistes pourront désormais proposer et agir, non pas seulement dans le cadre de l’entretien d’une mémoire historique, mais bien et surtout dans l’optique de faire avancer, dans l’opinion publique, la cause du Roi.

Par les Lois Fondamentales du Royaume (j’y reviens sans cesse, mais elles sont la Constitution Royale de la France depuis le XIIIème siècle, comment les éviter ?), le Roi ne meurt pas en France. C’est pourquoi, à travers toutes les vicissitudes de l’Histoire depuis la sanglante révolution de 1789, Dieu nous a, jusqu’à présent, accordé une succession de Rois par ligne de primogéniture masculine qui nous mène à Louis XX.

Notre unique devoir est de tout faire pour permettre la restauration du Roi de France. La commémoration et la réinformation historiques sont une voie de cette action, mais l’action doit aussi se situer dans le présent politique de la France. Nous devons faire connaître Louis XX dans tous les milieux où nous évoluons. Expliquer que, contrairement à la propagande de la République, la Famille royale et le Royaume de France ne sont pas morts avec les ignobles exécutions de Louis XVI, Marie-Antoinette et le martyre du petit Roi Louis XVII. Qu’ainsi, la Famille Royale s’est perpétuée, par la Grâce de Dieu, aux Bourbon de la branche aînée jusqu’à Henri V, comte de Chambord ; puis est passée, à sa mort en 1883, à la branche cadette des Bourbons d’Anjou d’Espagne jusqu’à Louis XX, la Reine Marie-Marguerite, le Dauphin Louis duc de Bourgogne, le Prince Alphonse duc de Berry et la Princesse Eugénie, leur grande-sœur. J’en rends grâce à Dieu car je sais qu’Il agit toujours pour un bien.

Car la République n’a pas seulement remplacé le régime millénaire précédent, elle a renversé le Trône de Dieu en France. Dieu qu’elle nie  dans ses droits propres par la laïcité qui n’est que l’avatar actuel de la déesse Raison, de l’Etre Suprême du Champs de Mars, et dans sa Création même par le « mariage » homosexuel et la négation du genre. La restauration du Royaume de France, nous la devons au Roi bien sûr, mais nous la devons en premier lieu à Dieu, Roi éternel en Sa Création !

A Dieu, à la France et au Roi !

Vive le Roi ! Vive Louis XX !

Franz de Burgos

*17 janvier 2015 : Discours de Louis XX

NB : Nous vous précisons que trois films sur cet évènement sont à visionner sur la page Facebook et Twitter de Vexilla Galliae ou bien directement sur You Tube : Vexilla Galliae.  

Commentaires  

#1 PINOTEAU Hervé 24-01-2015 15:18
Dans l'(article sur la Chapelle expiatoire il est dit que je suis le chancelier du prince Alphonse. Or si je le fus, je fus aussi et avant d' Alphonse chancelier de son père Jacques-Henri (don Jaime) et je suis toujours chancelier du prince Louis. On doit dire: chancelier du chef de la maison de Bourbon. Et depuis le 11 mars 1969.
Je suis par ailleurs au service des aînés de la maison de Bourbon depuis 1962 (secrétaire du prince Alphonse jusqu'à son décès).
signé: Hervé baron Pinoteau.
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 22 avril 2017
« Présidentielle : l'impossible choix »

02/05 | [Conférence à Paris] "Il y a quelque chose de pourri au royaume de France"
04/05 | [Conférence à Paris] "Les grands dîners qui ont fait l'Histoire de France"
26/05 | Pèlerinage pour le Roi et la France au Puy-en-Velay
10/06 | Journée hommage à Jean-Nicolas Stofflet en Lorraine
17/07 | Université Saint-Louis 2017, Camp Chouan