Réhabiliter l’histoire

Des parents s’émeuvent du fait qu’on n’enseigne plus l’histoire à nos enfants de manière chronologique, ce qui est pourtant la moindre des choses, mais par thèmes. Ainsi, les manuels scolaires traitent de la crise économique de 1929 avant de parler de la première guerre mondiale...

Mais le gouvernement Hollande-Ayrault n’en a cure. Il répond qu’il veut bien prendre en considération cette demande, mais pas avant 2016 ! C’est se moquer du monde. Roosevelt avait coutume de dire qu’en politique le hasard n’existe pas. Cette volonté gouvernementale en est un exemple.

Il s’agit de détruire tout sentiment de fierté nationale dans la tête des français

Or la France a une origine surnaturelle et une vocation surnaturelle. Son origine surnaturelle tient aux conditions dans lesquelles s’est passé le baptême de Clovis, en 498. Dieu est intervenu en faisant apporter l’huile sainte par une colombe[1], exactement comme cela s’était passé lors du baptême du Christ. Dieu s’est aussi manifesté à la mort de Saint Louis en permettant la réalisation de 74 miracles. Plus tard, il y eut d’autres interventions de Dieu dont une des plus connues est l’appel d’une petite bergère à combattre les anglais pour libérer la France : Jeanne d’Arc. Il y a également l’apparition de la Sainte Vierge à Pontmain. L’armée prussienne, qui avait envahi la France en 1871, s’apprêtait à pousser son avantage jusqu’en Bretagne. Or elle n’y pénétra jamais. Il y eut en effet de nombreux témoignages d’officiers prussiens qui disaient « qu’une dame leur barrait la route et les empêchait de passer. Dès le lendemain, l’assaut contre Laval par les Prussiens est annulé. Quatre jours plus tard, à la grande stupéfaction des troupes françaises, les Prussiens se retirent. Une semaine encore et l’armistice est signé. Aucun raisonnement humain ne peut expliquer un tel arrêt des combats !

Ce n’est donc pas un hasard si notre pays est surnommé la « fille aînée de l’Eglise ». C’est ce qui fonde la vocation surnaturelle de la France. La richesse de sa création littéraire et artistique en a fait pendant longtemps le phare de la culture dans toute l’Europe. La grandeur de la France est l’oeuvre des rois, qui ont su fédérer le peuple français afin qu’il exprime le meilleur de sa créativité. Malheureusement, les puissances du Mal, les francs-maçons principalement, ont contribué à sa paganisation en ayant toujours pour objectif de diminuer l’influence de l’Eglise catholique.

La France ne retrouvera la prospérité qu’en redevenant la « fille aînée de l’Eglise ». Seul le retour du roi permettra au peuple français de retrouver son unité grâce au caractère fédérateur de la monarchie, alors que la république n’apporte que la division. Du fait de sa vocation surnaturelle, c’est à elle qu’échoit le rôle d’entraîner les autres pays européens vers un retour à la royauté.

La référence au roi ne prend son sens que dans la perspective d’une France chrétienne. Cela ne signifie pas que chaque Français soit obligé d’être chrétien. Au contraire le christianisme est la seule religion non discriminante. Cela signifie simplement que le roi s’efforce d’accorder sa politique avec les principes chrétiens et a le souci de faire croître la vertu du peuple. C’est ce que résume la formule de Louis de Bonald : « L'Etat fera peu pour les plaisirs des hommes, assez pour leurs besoins, tout pour leurs vertus ».

Bien souvent dans l’histoire de France, les rois se sont affrontés aux féodalités qui défendaient des intérêts partisans et non le bien du peuple. C’est pourquoi l’intérêt des populations européennes est qu’elles instaurent à nouveau une royauté. Non pas une royauté à la manière anglaise ou belge, mais une royauté qui ait le pouvoir de conduire réellement une politique chrétienne. Car il est clair qu’il y a incompatibilité entre l’existence d’un monarque de droit divin, qui est le lieutenant de Dieu sur terre et la république, basée sur le principe de la souveraineté du peuple. Bien entendu, c’est une condition nécessaire mais non suffisante.

Soyons fiers d’être français, redonnons toute sa place à l’histoire dans les manuels scolaires.

                                                                                                         Georges Tartaret


[1] Clovis et Saint Rémi se trouvaient au baptistère et la foule était pressée autour d’eux de façon de plus en plus dense, le servant de cérémonie qui apportait la burette, sous forme d’ampoule pour l’onction du baptême, s’est trouvé bloqué à l’entrée de la cathédrale et dans l’impossibilité de progresser vers l’évêque.  C’est alors qu’une colombe apparut, fonça sur la main du servant levée, lui arracha ce qui devenait « la sainte ampoule » et l’apporta à St Rémi à la vue de tous (chroniques de St Grégoire de Tours)

Commentaires  

#2 Pellier Dominique 25-11-2013 08:55
Nous avons eu des très bons rois comme des mauvais, mais les présidents n'ojt parfois pas été mieux. Mais un roi rassemble, unifie. Il est oint de Dieu et perpéte sa mission surnaturelle mais réelle sur notre France. Il nous faut donc ce roi qui règne et gourverne sur ses sujets, son pays. La royauté bling bling n'a jamais rien apporté, il faut un roi effectif, un chef d'état pas un fantoche pour les grandes cérémonies. Et c'est urgent.
Citer
#1 Jacques Jouan 24-11-2013 09:18
Georges,

Ton article est très instructif. Je ne savais pas que les prussiens voulaient pénétrer la Bretagne. Je m'étais arrêter à leur siège de Paris.

Et je ne pensais pas qu'il s'agissait d'une intervention divine.

Bref! Merci pour ce partage.

Amitiés

Jacques
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 16 juin 2017
« La République en marche ! »

17/07 | Université Saint-Louis 2017, Camp Chouan