La pensée royaliste : La Providence et la Révolution (1ère partie)

La République ne se lassera donc jamais de nous mentir ? Alors qu’elle prétend promouvoir le pluralisme, garantir la liberté d’expression et respecter tous les avis, elle ne laisse la parole qu’à ceux qui défendent ses principes et limite soigneusement la diffusion de la pensée monarchiste. Ainsi le plus éminent théoricien de la contre-révolution, Joseph de Maistre, souffre de cette lâche et hypocrite persécution à tel point qu’il n’est plus édité sans une préface pour nous avertir du caractère pernicieux et scandaleux de ce qu’on va lire ! Au jour anniversaire de la bataille de Jemmapes, il revient à Vexilla Galliae de rendre accessible cette pensée si riche et si profonde afin de fournir aux royalistes des moyens de faire face à la tempête et de préparer activement la restauration.

Dans cette première partie, nous traiterons surtout de sa conception de Providence exposée dans les trois premiers chapitres des Considérations sr la France écrites et publiées en 1797.

La pensée maistrienne repose sur une Foi indéfectible en la divine Providence. Il croit que Dieu intervient sans cesse dans l’histoire des hommes d’une façon qui leur échappe le plus souvent. Une telle conviction n’est pas une nouveauté : elle se trouve dans la Bible et chez tous les auteurs chrétiens, même certains païens comme Sénèque ou Cicéron en ont eu l’intuition. Cependant Joseph de Maistre  estime qu’il doit le rappeler au début de ses Considérations sur la France au moment où les prétendus philosophes professent partout que Dieu n’existe pas ou du moins (ce qui revient au même) il n’intervient pas dans nos affaires et que par conséquent l’homme est le seul maître de l’histoire. Aujourd’hui, alors que la pensée des soi-disant Lumières a perverti tous les esprits et que les candidats à la présidentielle s’imaginent capables de redresser le pays par leurs seules forces, il faut garder que la Providence mène les événements plus que les hommes. Il faut reconnaître avec humilité que dans nos ouvrages tout est faible, que notre vue est limitée, nos mouvements pénibles et nos résultats décevants. C’est la grande leçon de Joseph de Maistre. Si la Monarchie a pu accomplir de grandes choses, c’est parce que les rois savaient qu’ils n’étaient que les instruments de la Providence. Leur sacre leur rappelait que le pouvoir ne leur était conféré qu’à cette fin précise. S.A.R le duc d’Anjou n’a pas dit autre chose dans son discours à Reims il y a un mois : « Par le sacre, le divin et l’humain se conjuguaient pour permettre au roi d’exercer sa mission au service du bien commun. »

Très vite se présente alors une objection : si Dieu veille sur le monde par sa Providence, pourquoi la révolution ? pourquoi l’assassinat sacrilège du 21 janvier ? pourquoi les massacres en Vendée, à Lyon et ailleurs ?

Amateur de paradoxes, Maistre répond que précisément ces événements sont les signes les plus visibles de l’intervention divine dans l’histoire. En effet, à aucun moment par le passé, on a eu tant de peine de comprendre ce qui se passait. La révolution semble résister à toute analyse rationnelle, elle est aussi incompréhensible et aussi imprévisible qu’un arbre qui fleurirait en plein hiver. François Furet il y a vingt ans en arrivait à la même conclusion, les auteurs de cette tragédie eux-mêmes ne savaient pas ce qu’ils faisaient. Il faut donc en conclure qu’elle est le fait d’une intelligence suprême qui nous dépasse. « On a remarqué avec raison que la Révolution mène les hommes plus que les hommes ne la mènent. » Il suffit de songer à Philippe Egalité, à Danton, à Robespierre, à tous ceux qui, après avoir favorisé la révolution, en ont été les victimes.

Julien Portal

Photo : Le comte de Maistre, Grand’Croix de l’ordre des Saints-Maurice et Lazare, Karl Vogel von Vogelstein, Musée d’art et d’histoire de Chambéry.

Commentaires  

#3 Hervé J. VOLTO 07-11-2016 11:52
la France n'ayant pas été consacrée au sacré-Coeur, Dieu a permi la Révolution pour montrer aux Français ce qu'ils perdaient : un Roi Très Chrétien,Lieute nant du Christ, expression de l'Amour Divin sur Terre.
Citer
#2 Meuse 07-11-2016 08:37
De tous les auteurs contre-révoluti onnaires du XIX° siècle, Maistre est le plus brillant. Je me permettrais d'ajouter: "hélas". Car son providentialism e fut une calamité pour la contre-révoluti on. Dans ces Considérations sur la France, Maistre décourage toute volonté et toute action, qui ne peut être utile et devient même néfaste. L'aspect prophétique de ses écrits ne doit pas faire illusion: le retour du roi qu'il prophétise en 1797 et qui se produit en 1814, n'est qu'un épiphénomène, car les cent-jours viennent tout mettre par terre. Malgré son style un peu balourd, je préfère Bonald qui déclare avec lucidité: "la révolution continue sous la Restauration." Si Maistre est un auteur profond et percutant, on ne peut accepter son magistère qu'à la condition de le désosser de son providentialism e.
Citer
#1 PELLIER Dominique 07-11-2016 08:11
Le roi est un homme comme tous les autres, avec ses faiblesses et ses forces et personne sur terre ne peut agir sans l'aide de Dieu, sans laisser Dieu faire à condition de s'en remettre à Lui. Providence, providence !! C'est comme parler de fatalité ou de destin, des mots sans signification car tout est en Dieu qui est le seul maitre.
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 16 juin 2017
« La République en marche ! »

17/07 | Université Saint-Louis 2017, Camp Chouan