Anthropologie politique. Une société anti-humaine. Comment rétablir le prestige social et visible de l'aristocratie ?

L'aristocratie moderne, comme l'ancienne, est dépendante de l’État, car il représente l'institution tutélaire la mieux à même de distinguer les talents et de leur donner une reconnaissance qui fasse autorité.

Mais, cette mainmise de l’État sur la reconnaissance du caractère aristocratique d'un homme engendre le risque accru de l'oligarchie, plaçant dans l'ombre d'authentiques aristocrates au profit du petit groupe des oligarques courtisans ou administrateurs zélés et obéissants.

Il apparaît donc nécessaire que la société produise elle-même une part de son aristocratie. C'est de fait déjà le cas, puisque chaque groupe social a ses meilleurs. Cependant, il leur manque la reconnaissance sociale commune et l'assise familiale qui, dans la dynastie, donne un surcroît de légitimité à l'aristocrate dans le monde et augmente donc la vertu de son exemple.

Le meilleur moyen de donner une assise sociale à l'aristocrate est de favoriser la patrimonialisation et son passage trans-générationnel. C'est-à-dire que l'aristocrate doit pouvoir s'appuyer sur un patrimoine. Pour que cela soit possible, il faut, d'une part, une fiscalité mesurée, et d'autre part la capacité de transmettre ce patrimoine sans trop d'écornures. Ce thème a déjà été abordé dans de précédents articles. La préférence doit aller au patrimoine foncier. C'est lui qui doit être exonéré de droits de succession et reposer sur une totale liberté testamentaire. En effet, le foncier représente une forme de fortune en soi vertueuse, par rapport à la fortune financière. C'est un patrimoine plus humble, plus lent à acquérir et bâtir, qui nécessite des soins d'entretien constants et produit un revenu moindre que le patrimoine financier. En ce sens, c'est une fortune moins attirante. Mais elle est aussi plus solide car son incarnation la place relativement à l'abri des crises. Les loyers peuvent chuter demain et remonter après-demain, l'immeuble sera toujours là… En outre, le type de revenus générés par ce patrimoine implique la patience et la modération. En effet, on ne peut aller plus vite que le calendrier et il faut attendre toujours la fin du mois pour son loyer, ou la fin des récoltes. Enfin c'est une fortune incarnée et enracinée qui rend nécessaire le contact humain.

La transmission aux héritiers crée un attachement à une région, une terre, un sol mais aussi à des hommes qui habitent les lieux possédés.

La grande humilité de ces fortunes ne doit pas être négligée. Elle ne permet pas de susciter la forte  croissance de l'économie industrielle ou financière. Mais elle permet aux propriétaires une  participation beaucoup plus robuste, quoique plus discrète, à la vie économique. En effet, si les revenus peuvent être grignotés à l'excès, le capital demeure et peut recréer du revenu.

Cette forme de richesse est la plus aristocratique de toutes parce qu'elle est à la fois la plus dépendante des contingences humaines et la plus indépendante des turbulences de l'économie financière quotidienne. Ce n'est pas un hasard si ainsi pensaient déjà les Grecs et les Romains, il y a plus de vingt siècles.

Bien sûr, rien ne garantit qu'un aristocrate propriétaire foncier aura des enfants à sa mesure. Mais ce foncier rend plus aisée la transmission du talent, à des héritiers partiellement ou totalement déchargés de l'angoisse de la survie, grâce à la rente. Quid du mauvais héritier ? De celui qui n'a pas de talent et fait dégénérer l'aristocratisme ? Il ne faut pas croire qu'il y aurait une injustice à le faire hériter du patrimoine de ses pères. Il y a une cruelle justice toute humaine et perpétuellement à l’œuvre ; le mauvais héritier dilapidera et perdra ce qui avait été accumulé par les siens. Il dispersera en même temps que ses talents moraux les talents d'or qui lui avaient été transmis, et ce qu'il vendra sera récupéré par des personnages industrieux, économes et entreprenants, en somme les aristocrates de demain, qui bâtiront leur assise sur la ruine de ceux d'hier. Nous en avons l'exemple chaque jour dans les études notariales ou des fortunes d'hommes brillants sont totalement défaites en une ou deux générations.

En ce sens il serait gravement dommageable que des privilèges héréditaires de type nobiliaires soient assimilés à l'aristocratie moderne. Cela reviendrait à gripper la justice humaine naturelle, aussi dure soit-elle, mais nécessaire au corps social. Le seul rôle de l’État doit, ici, se limiter à rendre possible l'exercice de cette justice naturelle en donnant aux hommes la liberté de disposer de leur patrimoine dans leur famille comme ils l'entendent, au moins pour le foncier. L'usage de la liberté est ici essentiel, car si la dynastie est grande et belle, il peut parfois être préférable pour le bonheur commun de la famille que la dynastie cesse et que le bien soit partagé à parts égales. L’État ne saurait imposer ici des partages ou un droit d'aînesse préjudiciables à chaque histoire familiale. La liberté doit régner. Elle permet la mobilité et la fluidité sociale.

Cette assise sociale est une reconnaissance économique et rend l'aristocrate indépendant des largesses publiques, grâce à son bien, gagné ou transmis. Enfin, elle crée une aristocratie locale, enracinée, qui renforce le corps social, échelon par échelon.

Cette notion de renforcement du corps de la société, strate par strate est essentiel, car il permet une véritable aristocratisation de tout le pays, du bas vers le haut, du petit bourg à la patrie entière, créant partout des forces à la fois éclairantes et modératrices.

La pleine réalisation de ce point nécessite des institutions communautaires qui permettent de publiquement reconnaître les aristocrates, mais aussi de les faire se rencontrer, pour créer une nécessaire émulation.

A suivre…

Gabriel Privat

Du même auteur :

-          Publié le jeudi 17 septembre 2015 : Anthropologie politique. Une société anti humaine. La Famille

-          Publié le vendredi 16 octobre 2015 : Anthropologie politique. Une société anti humaine. L'enracinement territorial

-          Publié le 18 novembre 2015 : Anthropologie politique. Une société anti humaine. Le lien professionnel

-          Publié le 28 décembre 2015 : Anthropologie politique. Une-société anti humaine. Promouvoir une famille humaine

-          Publié le 27 janvier 2016 : Anthropologie politique. Une société anti humaine. Promouvoir un enracinement territorial.

-          Publié le 20 février 2016 : Anthropologie politique. Une société anti humaine. Créer un monde du travail.

-           Publié le 15 mars 2016 : Anthropologie politique. Une société anti-humaine. Faut-il une aristocratie à la société humaine.

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 14 mai 2017
« La République, ça s'hérite ! »

26/05 | Pèlerinage pour le Roi et la France au Puy-en-Velay
10/06 | Journée hommage à Jean-Nicolas Stofflet en Lorraine
17/07 | Université Saint-Louis 2017, Camp Chouan