Début dans le combat pour le Roi...

Comment peut-on encore être royaliste aujourd'hui ?

Comment peut-on encore contester notre bonne République, bien ancrée dans notre pays et que personne ne remet en cause ?

Comment peut-on encore s'opposer aux belles valeurs de Liberté, d'Egalité et de Fraternité, prônées par la France depuis sa résurrection d’entre les ténèbres en 1789 ?

Comment peut-on encore être arriéré, passéiste et obscurantiste à notre époque ?

Face à ces questions (qui sont plus des injonctions) que lui pose notre très chère république, le pauvre royaliste, amoureux de son pays, fier de son Histoire, pourrait courber le dos, baisser la tête et rentrer dans le rang des  “bons citoyens”, cependant, il n’en est rien. Pourtant il est peu de dire que la république a tout tenté pour les éradiquer, elle a assassiné deux Rois de France, et  décapité tous les “anti-républicains”, ensuite, elle les a insultés, humiliés, voués aux gémonies et, enfin, les a marginalisés. Car quoi de pire que d’être considéré comme un pestiféré, un paria, quoi de pire que de sentir le poids du regard accusateur de nos compatriotes ?

Il est cependant un élément qui semble avoir échappé à la “créatrice d’hommes nouveaux” en marche depuis la révolution française. Dans son entreprise de réécriture de notre civilisation, elle pensait pouvoir facilement écraser les royalistes afin d’éteindre l’espoir, l’espoir qui fait vivre, qui nous encourage à persévérer. Seulement, après deux cents ans de matraquage, voilà que les royalistes sont toujours là. Pourquoi ? L’espoir semble depuis longtemps éteint de voir la monarchie revenir. C’est que les royalistes ont un atout primordial, celui de cristalliser cet espoir en un être : le Roi. Ainsi l’espoir de revoir un jour les lys refleurir en France, ne peut que s’accomplir autour de Sa Majesté le prince Louis de Bourbon, duc d’Anjou, aîné des Capétiens et héritier des Rois qui ont fait la France. Le royalisme est donc immortel, tant qu’il y a un Roi, représentant vivant de la nation, il demeure.

Après cette introduction, je me permets de me présenter : j’ai 22 ans et je suis étudiant en architecture à Paris. Comment suis-je devenu royaliste ? En fait, pendant longtemps je l’ai été, sans même le savoir, ainsi je suis passionné depuis ma plus tendre enfance par l’Histoire de France. J’ai été bercé par cette épopée nationale, ces héros, ces batailles, ces moments les plus glorieux, comme les plus dramatiques. A cet âge, alors que je voyais notre pays décliner, je rêvais d’un régime meilleur pour la France, un régime capable d’aller vers l’avant tout en respectant son Histoire. Cependant, (preuve que la propagande républicaine fonctionne), je ne pensais pas qu’il existait encore un prétendant au trône, et encore moins des royalistes. Je pensais que la IIIe république avait réussi où la Ire  avait échoué.

J’ai commencé à être royaliste à proprement parler au collège, grâce à une triple action, tout d’abord c’est le programme biaisé d’histoire qui m’a fortement indisposé. En effet il faisait la part belle aux réécritures orwelliennes, ainsi le Moyen Age devenait une période obscure, la révolution française une libération. Ensuite j’ai rencontré un vieux légitimiste qui m’a appris que le royalisme n’était pas mort, il me parla du duc d’Anjou, et me donna quelques revues sur le sujet qui me confortèrent dans ma prise de position. Enfin, c’est grâce à internet que j’ai découvert la présence d’une véritable activité royaliste grâce à de nombreux sites, forums et vidéos. Ils m’ont  permis de murir ma réflexion, et de définitivement tourner le dos à cette triste république.

Après des années à être un “royaliste passif”, je me suis décidé à dégainer ma plume en criant “Montjoie Saint Denis !” C’est une grande joie pour moi que de participer à ce combat contre le mensonge, et l’obscurantisme, que mène Vexilla Galliae depuis maintenant plus de 3 ans. Et c’est un véritable honneur que mes (futurs) articles soient publiés sur ce site où se côtoient des personnes issues d’horizons variés, mais tous emplies d’une même ardeur pour le Roi : Dominique Hamel, le prince Charles-Emmanuel de Bourbon-Parme, Daniel de Montplaisir, Franz de Burgos, et tant d’autres...

J’essayerai dans mes futurs articles d’aborder des sujets variés, que ce soit sur l’Histoire, sur l’actualité ou encore sur des royalistes. Bref, de combattre pour le Roi et pour la France, car comme l’écrivait André Chénier :

S’il est écrit aux cieux que jamais une épée

 N’étincellera dans mes mains,

 Dans l’encre et l’amertume une autre arme trempée

 Peut encore servir les humains.”

Vive le Roi !

Vive la France !

Ad Victoriam !

Pierre du Landreau

Commentaires  

#10 Pierre du Landreau 04-06-2016 20:20
Citation en provenance du commentaire précédent de Benoît Legendre :
Bonjour, Monsieur du Landreau !
Je vous remercie d'avoir bien voulu répondre à ma réaction, et dans votre réponse vous citez Louis XVIII qui, en prenant ce nombre, voulait reconnaître (et faire reconnaître certainement) que son infortuné neveu avait bien régné, selon les lois fondamentales du royaume.

Mais que penser de Louis XVIII qui ne s'est pas fait sacrer comme tous ses prédécesseurs ? Calcul politique ? Manifestation d'indifférence religieuse ? Les français de ce temps, passé les épreuves de la révolution, ne comprenaient plus le sens et la nécéssité d'un sacre... Déjà en 1774, le sacre de Louis XVI avait soulevé des critiques, y compris dans l'entourage du roi ! Et en 1830, le sacre de Charles X avait carrément fait l'objet de moqueries pour ne pas dire d'irrespect...

Enfin, croyez vous que le jour où notre chère France retrouvera enfin son roi, un sacre signifiera encore quelque chose pour nos français ?

Vous me pardonnerez, j'espère, cette litanie de questions...

Vive le roi !

Bonjour,

Je vous prie d'excuser le retard de cette réponse, je n'avais pas remarqué que vous m'aviez réécrit.
Non, cette litanie de questions ne me dérange pas du tout, bien au contraire.

Pour votre première question, selon les historiens il existe plusieurs raisons pour que Louis XVIII n'est pas été sacré. L'une d'elles est en effet le fait que Louis XVIII en Roi sage et prudent ne voulait pas brusquer les choses, il voulait montrer aux français que son règne n'allait pas être un retour total à l'avant révolution (comme si celle-ci n'avait pas existé). Une autre raison souvent mise en avant est la santé du Roi, en effet Louis XVIII souffrait de la goutte et d'autres maladies dues à sa forte corpulence qui l'obligeait à se déplacer en béquille. Ainsi, le Roi ne voulait donc pas exposer sa maladie, et ainsi ce montrer affaiblie devant ces sujets .
Cependant, plusieurs portraits et statues de Louis XVIII en costume de sacre existent, comme pour donner l'impression que ce sacre a eu lieu. Cela montre bien à mon avis l'importance que représentait le sacre pour Louis XVIII.

Pour votre deuxième question, je pense que s'il devait y avoir une restauration de la monarchie en France, il serait important que le Roi soit sacré. En effet le sacre est un élément essentiel de la royauté, il ne s'agit pas seulement d'une célébration colorée qui donne l'occasion de ressortir tout ce qui brille et qui fait joli (carrosses, couronne, sceptre, beaux costumes,...) . C'est un instant primordial, en effet c'est lors du sacre que le Roi prête le serment de défendre l'Eglise et le royaume, de maintenir la paix, d'observer la justice,... De plus c'est également lors du sacre que le Roi reçoit les regalia qui symbolisent justement le rôle du Roi et ces devoirs : la couronne pour la souveraineté, le sceptre pour le commandement, la main de justice pour la justice, l'épée Joyeuse pour la défense de l'Eglise et du royaume, l'anneau pour l'union entre le Roi et son peuple,... Ainsi le sacre est bien plus qu'une simple cérémonie, c'est le moment où le Roi devient Roi, avec tous les devoirs qui lui incombent notamment envers son peuple, créant ainsi entre les deux un lien puissant.
Je pense donc que bien expliqué aux français le sacre ne pourrait être qu'approuvé par eux quitte peut-être à en modifier quelques points. Mais je préfère ne pas ouvrir ce débat.

En espérant avoir répondu à vos questions,

Royalement vôtre.
Citer
#9 Benoît Legendre 19-04-2016 20:51
Bonjour, Monsieur du Landreau !
Je vous remercie d'avoir bien voulu répondre à ma réaction, et dans votre réponse vous citez Louis XVIII qui, en prenant ce nombre, voulait reconnaître (et faire reconnaître certainement) que son infortuné neveu avait bien régné, selon les lois fondamentales du royaume.

Mais que penser de Louis XVIII qui ne s'est pas fait sacrer comme tous ses prédécesseurs ? Calcul politique ? Manifestation d'indifférence religieuse ? Les français de ce temps, passé les épreuves de la révolution, ne comprenaient plus le sens et la nécéssité d'un sacre... Déjà en 1774, le sacre de Louis XVI avait soulevé des critiques, y compris dans l'entourage du roi ! Et en 1830, le sacre de Charles X avait carrément fait l'objet de moqueries pour ne pas dire d'irrespect...

Enfin, croyez vous que le jour où notre chère France retrouvera enfin son roi, un sacre signifiera encore quelque chose pour nos français ?

Vous me pardonnerez, j'espère, cette litanie de questions...

Vive le roi !
Citer
#8 xavier 08-04-2016 13:16
Excellent mon cher Pierre, excellent!
Citer
#7 Franz de Burgos 08-04-2016 10:40
Bienvenue, mon cher Pierre,

Merci pour votre beau témoignage.

Et bravo pour votre excellente réponse !
Citer
#6 andré 08-04-2016 07:59
Bravo MONSIEUR de landreau pIERRE :)

Comme disent certains, la valeur n'attend pas le nombre des années.

MES RESPECTS
et les commentaires étaient interessant...E ncore sivouplé, j'ai soif ^^
Citer
#5 Pierre du Landreau 07-04-2016 19:48
Citation en provenance du commentaire précédent de Benoît Legendre :
Eh bien mon jeune ami, nous attendons de pied ferme, je veux dire avec impatience et grand plaisir, les articles que vous annoncez...
Mais je souhaitais vous poser une question, en espérant que je ne vous choquerai pas : quand vous dites que la république a assassiné deux rois de France, je pense que vous voulez parler de Louis XVI et de son malheureux fils et prince héritier enfermé lui aussi au Temple ? Si pour moi, dans mon cœur, ce prince peut porter le nom de Louis XVII, pensez-vous que l'on puisse le considérer comme roi de fait, alors qu'il n' a été que roi de droit ?

Vive le roi !


Votre question ne me choque pas du tout.
Pour moi Louis XVII peut être considéré comme Roi de fait, même s'il n'a ni été sacré, ni gouverné. En effet, en France, le Roi de droit n'est-il pas le Roi de fait ? D'ailleurs si son oncle prend le nom de Louis XVIII, il me semble que c'est justement pour l'affirmer.
Merci de l’intérêt que vous avez porté à cet article.
Royalement vôtre.
Citer
#4 D.HAMEL 07-04-2016 19:23
On attend avec impatience ton prochain article, mon cher Pierre.
Et je m'associe à notre ami Charles d'Antioche pour te souhaiter la bienvenue dans l'équipe de Vexilla Galliae au service de la Légitimité et du roi.
Dominique Hamel
Citer
#3 Charles d Antioche 07-04-2016 18:20
Bienvenue, cher Pierre !Et bravo !
Citer
#2 jacqueline vidal 07-04-2016 09:41
La Royauté n'est pas morte, elle est issue de la source de toute vie et elle redescendra sur la France quand les temps seront mûrs. Espérons que ces temps sont venus, enfin ! Je ne sais pas si le Roi sera le prince Louis (beau et sympa au demeurant) Cependant, je me souviens d'une vieille prophétie reprise par le comte de Chambord:" à la fin des temps, montera sur le trône de France, le descendant du Lys à la tête coupée". Et comme je suis sûre, depuis toujours, que le jeune Louis XVII ,'est pas mort au Temple, mais en a été exfiltré au nez et à la barbe des commissaires de la commune et des gardes nationaux (il existe des documents aux A.N), je me demande...je me demande... En tout cas, vivat Rex in aeternum ! Le Roi sera désigné par Dieu !
Citer
#1 Benoît Legendre 06-04-2016 23:24
Eh bien mon jeune ami, nous attendons de pied ferme, je veux dire avec impatience et grand plaisir, les articles que vous annoncez...
Mais je souhaitais vous poser une question, en espérant que je ne vous choquerai pas : quand vous dites que la république a assassiné deux rois de France, je pense que vous voulez parler de Louis XVI et de son malheureux fils et prince héritier enfermé lui aussi au Temple ? Si pour moi, dans mon cœur, ce prince peut porter le nom de Louis XVII, pensez-vous que l'on puisse le considérer comme roi de fait, alors qu'il n' a été que roi de droit ?

Vive le roi !
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 14 mai 2017
« La République, ça s'hérite ! »

10/06 | Journée hommage à Jean-Nicolas Stofflet en Lorraine
17/07 | Université Saint-Louis 2017, Camp Chouan