[Point de vue] Le roi ne sert à rien

« Le roi ne sert à rien et les royalistes pas plus que lui d’ailleurs. Ils sentent le vieux et se réunissent dans des cimetières. Ils ne servent vraiment à rien ! ». Quel royaliste n’a pas entendu ce non credo aussi bien sur la rive gauche de la République que sur sa rive droite ? Quel royaliste ne s’est pas senti bien seul face à cette accusation en « inutilité politique » ? Même si il est vrai qu’il est difficile de défendre l’odeur de sapin rance du royaliste et même si il est vrai qu’il préfère arborer son pin’s fleurdelisé sur les champs aux morts que sur le champ de bataille politique, l’honneur nous impose de défendre l’utilité du roi ou à vrai dire son inutilité.

En effet, le roi ne sert à rien. Le roi sert quelqu’un, il sert Dieu et il sert ses peuples. Il n’est jamais aussi légitime que lorsqu’on ne le voit point. Un souverain qui gesticule dans les médias est un chef qui sent la paralysie gangréner petit à petit le corps de l’Etat et qui se rassure en dansant le jerk sur de la musique pop.

C’est vrai, le roi n’est rien. L’on pensait le roi de France homme le plus puissant parmi les nations. Il aura suffi de quelques excités pour faire rouler sa tête dans la caisse en bois. Quelle faiblesse !

Le roi ne produit rien, il a cela en commun avec le Pauvre, l’Enfant et le Moine. Tous les trois ne servent à rien. Comme eux, le roi est une brèche ouverte dans le Ciel, comme eux il nous dit quelque chose de la folie du Dieu qui choisit pour ministres sur Terre, les plus inutiles et les moins productifs. Point de Hongrie vers qui converge l’espérance de ses sujets, le roi a charge d’âmes ; il rendra compte devant l’Eternel de la manière dont il a mené sa plèbe-jointe. Le président rend des comptes aux financeurs de sa campagne, aux membres de son parti au mieux.

Le roi rendra compte à Dieu.

Le roi ne veut rien. Ni le trône, ni le pouvoir. Il ne prétend à rien, il est. Sa devise pourrait être « avant que Marianne parût, moi je suis ».

Mais le roi est lien. Il est le soleil qui brille sur les justes comme sur les méchants. Il est la pierre d’angle qu’ont rejeté les démolisseurs, la pierre qui soutient l’édifice ; enlevez cette pierre et la France s’écroule. En ces temps troubles pour notre pays où la division gagne chaque jour un peu plus d’âmes et de terrain, il est salutaire de nous souvenir que la France dispose d’un serviteur issu d’une longue lignée de serviteurs.

Car le roi revient ! Le roi est passé au désert, il attend. Il attend que les français passent au dessert.

Il attend qu’enfin repus du parricide, nous revenions vers lui en enfants prodigues c’est-à-dire confiants en sa bienveillance, crevants de faim. Faim de justice, faim d’une espérance pour la France incarnée dans la race qui l’a faite.

Le roi ne sert rien et c’est pour cela qu’il est utile à la France.

Nicolas Schittulli

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 4 novembre 2017
« La république des privilégiés »

Aucun événement