Un homme de Dieu

Benoît XVI a annoncé au Vatican, devant le consistoire des cardinaux convoqués le jour de la fête de Notre- Dame de Lourdes, qu’il remettait sa charge du ministère pétrinien.

Décision très exceptionnelle puisque, dans l’histoire de l’Église catholique, c’est sur les doigts de la main que l’on peut compter les papes qui ont pris une décision analogue. Cet acte de la part d’un pape peut paraître « choquant » pour certains, mais à bien y regarder, on y discerne le cheminement d’un homme de Dieu d’une très grande humilité, d’une grande sagesse, et d’une très grande liberté intérieure devant son Créateur. Même un pape est toujours libre en conscience devant son Créateur.

L’humilité est la plus grande des vertus devant Dieu, et la charge pontificale, si grandiose et si importante soit-elle au service de l’Église, est toute « relative » devant elle. Les plus grandes constructions humaines de la hiérarchie ecclésiale ne servent de rien à l’annonce de l’Évangile si l’humilité n’est pas là pour accueillir l’Enfant de la crèche dans le silence. Dieu n’a pas vraiment « besoin » des hommes pour les sauver …, si ce n’est qu’ils soient en capacité à L’accueillir … L’Église ne repose pas sur les épaules d’un seul homme, mais est un corps vivant comme l’exprime la théologie paulinienne. Le Seigneur en appellera un autre à Son service, fidèle à la promesse qu’Il a faite à Pierre depuis 2000 ans. « Un point c’est tout !», comme l’a exprimé Mgr Yves le Saux dans son homélie du Mercredi des Cendres au Mans à la cathédrale Saint Julien.

Benoît XVI, avant son élection au siège de Pierre, avait envisagé de se retirer dans un monastère pour finir sa vie terrestre dans la prière. Dieu, finalement, après ces sept années de pontificat, va peut être l’exaucer, nous montrant ainsi « en creux », par cette dernière décision importante pour l’Église, le chemin vers l’Essentiel …, dans un monde  sans véritable paix, sans véritables repères, et de plus en plus agité par le matérialisme athée. Benoît XVI, loin d’abandonner la barque Église, nous y ramène à sa source …, et c’est au monastère « Mater Ecclesia », situé en plein cœur des jardins pontificaux, et fondé à la demande de Jean Paul II …, qu’il compte finir sa vie toujours pour le service de l’Église.

« Seigneur, ne voyez-vous pas que ma sœur me laisse servir seule ? dites-lui donc qu’elle m’aide ? Mais le Seigneur lui répondit : Marthe, Marthe, vous vous inquiétez et vous vous troublez de beaucoup de choses. Or une seule chose est nécessaire. Marie a choisi la meilleure part, qui ne lui sera pas ôtée. » (Saint Luc X, 38-42).

Nicolas Gien

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 22 avril 2017
« Présidentielle : l'impossible choix »

02/05 | [Conférence à Paris] "Il y a quelque chose de pourri au royaume de France"
04/05 | [Conférence à Paris] "Les grands dîners qui ont fait l'Histoire de France"
26/05 | Pèlerinage pour le Roi et la France au Puy-en-Velay
10/06 | Journée hommage à Jean-Nicolas Stofflet en Lorraine
17/07 | Université Saint-Louis 2017, Camp Chouan