Lettre d’un émigré. Des princes dans des taudis et des barbares dans des palais

Le Japon est un bon et beau royaume, certes, mais le gascon que je suis estime en premier lieu encore l’excellence de sa gastronomie et son caractère bon vivant. Le pays du Tennô ou le royaume de la cuisine et du bon vivre. La moralité et la vertu commencent peut-être par-là, qui sait… Un peuple fin, distingué mais aussi simple et frugal sans perdre en succulence dans sa façon de cuisiner, de manger et de partager le repas indique déjà certainement un peuple qui a bon fond, s’il n’est déjà pas vertueux.

Tout visiteur du Japon aura eu l’occasion de remarquer un trait assez étrange des villes nippones, celui d’une laideur extérieure des bâtiments qui détonnent parfois avec la beauté des intérieurs, chose véritablement bizarre du point de vue de l’occidental, par trop habitué qu’il est aux monuments anciens, beaux et vénérables, mais aux intérieurs souvent inconfortables, mal faits et impossible à modifier selon son bon plaisir du fait des politiques de conservation.

Il n’est pas rare en effet que, à l’occasion d’une invitation dans un restaurant de luxe par exemple, on se retrouve à l’adresse indiquée un véritable taudis qui ne paie pas de mine, voire qui serait malfamé s’il était en France. On croit s’être trompé de lieu, on cherche vainement une enseigne, rien. Seul l’hôte qui vous attendait et qui sort vous accueillir vous confirme  que vous ne vous étiez pas égarés. Mais une fois à l’intérieur, au dernier étage de ce taudis extérieur, vous vous retrouvez effectivement dans un restaurant de grande classe, de grand service, qui n’a rien à envier à nos meilleurs restaurants, avec une distinction toute nipponne en plus.

Ce phénomène n’est pas simplement matériel. Il est aussi spirituel. La plupart des logis nippons, s’ils sont confortables et chaleureux en général, sont loin d’être somptueux. La beauté esthétique des maisons traditionnelles est d’ailleurs dans l’épuration et la simplicité, pas la somptuosité.

Et face à ces taudis, les habitants sont d’une noblesse inimaginable. Nous avons au contraire chez nous les plus beaux palais, envahis par des barbares sans noms. Les façades ont peu changé depuis la Révolution avec des Palais intacts, construits aux heures glorieuses de la France grande et Catholique, mais les habitants n’ont plus rien à voir avec les anciens. Et par porosité dramatique des élites pervertis à l’ensemble du peuple, la barbarisation de tout un chacun aboutit à nos temps d’aujourd’hui que nous ne connaissons que trop bien et nos plus beaux Palais sont habités par les pires barbares, sans Foi ni Loi, c’est le cas de le dire…

La royauté au Japon descend partout dans la société et apporte sa noblesse pour faire autant de Princes que de sujets. La barbarie en France descend partout dans la société et apporte sa médiocrité pour faire autant de barbares que d’individus.

Servir son Roi et être noble en écoutant à nouveau la maxime de l’Ancien qui prend tout son sens, voilà le bonheur du sujet : « Les hommes sont si nécessairement fous que ce serait être fou, par un autre tour de folie, que de ne pas être fou. » Et pourtant certains sont globalement bien plus sains d’esprit que dans nos contrées… Il ne reste plus qu`à dire « Vive le Roi ! » et prier les barbares de se civiliser – ou peut-être que l’on ne peut plus que prier pour les barbares qui en voudraient plus rien écouter…

Paul de Beaulias

Commentaires  

#1 PELLIER Dominique 02-11-2015 08:04
Dieu protège le Japon que vous aimez tant, tout Gascon que vous vous dites, mais encore une foi, Dieu protège notre FRANCE et NOTRE FRANCE AVANT TOUT; soit dit sans chauvinisme, mais par patriotisme !!!!
La beauté, pensons au sépulcres blanchisdont parle Notre Seigneur Jésus Christ. Oui, la beauté la "plus belle" est bien celle de l'intérieur. Et PARTOUT dans le monde!
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 13 septembre 2017
« C'est pas moi, c'est lui, m'sieur ! »

Aucun événement