La Pieuvre de la démocratie pervertie resserre ses tentacules

Depuis lundi 16 février à 18 heures les candidatures pour les élections cantonales de 2015 sont closes. Personnellement je jette l’éponge, Ainsi que le dit Yves Marie Adeline « la Politique est un sport de riches » quand les candidats n’appartiennent pas à un parti politique avec des milliers d’adhérents (où des commanditaires financiers) ce qui les rend plus que manipulables ; les dernières élections ont trop entamé mes finances, et en plus, l’Etat augmentant les impôts, mon porte-monnaie se met à souffrir assez conséquemment et donc je ne me représenterai pas pour cette cantonale.

A partir de cette année avec ces cantonales, Les Oligarques qui contrôlent le pouvoir républicain, ont mis en place un processus électoral qui va augmenter un peu plus leur emprise sur le peuple en ayant créé sous prétexte de subsidiarité mal comprise, des entités territoriales qui vont devenir des entités de plus en plus vassales de l’Etat.

Alors que depuis longtemps les Royalistes qui travaillent en politique proposent de s’appuyer sur la doctrine sociale de l’Eglise en matière de gouvernement qui conseille d’agir selon le véritable principe de subsidiarité ; l’Etat Républicain Français qui est par nature socialiste ; crée des strates politiques à Sa mesure pour mieux étendre son emprise dans tous les domaines de la Vie de la Société Française. Les redécoupages électoraux cantonaux participent de cette stratégie ; c’est d’ailleurs si flagrant que les journalistes eux-mêmes donnent carrément le nom de liste électorale à ce que nos gouvernants s’obstinent à appeler des binômes de candidatures.

Bien sûr étant donné que nos oligarques ne veulent pas sortir du bois trop visiblement, les « listes » présentées départementalement se déguisent comme pour les Municipales avec des appellations comme : «  Nièvre avenir », dans le département de la Nièvre, ou « un avenir pour la Nièvre » ; finalement seul le Front de Gauche et le Rassemblement Bleu Marine affichent véritablement la couleur sans se cacher sous les feuilles mais dessous c’est bien une vassalité renforcée des assemblées départementales qui se met en place.
La logique aurait voulu au contraire que l’on fasse disparaître les conseillers généraux pour ne garder que les communautés de communes actuelles transformées en véritables structures de proximité avec un président de communauté ayant fonction de véritable maire et des « maires » de quartier ou de village élus eux-mêmes mais dans un contexte de représentation sincère des différents corps sociaux véritables acteurs de proximité.
Aucune subsidiarité de fonctionnement n’est prévue avec l’assemblée départementale ou régionale ; le bas de l’échelle se retrouve toujours en réalité et continuellement face à l’Etat.

Sous prétexte que les élus ont une enveloppe discrétionnaire, nos oligarques font croire à un fonctionnement subsidiaire ; c’est faux ; c’est d’autant plus faux dans le nouveau schéma électif départemental que ce mi-scrutin de liste ne permettra plus l’élection de la personne mais bien d’une microliste avec un candidat plus connu et représentatif drainant des votes pour ladite liste et où on retrouve les autres candidats dont la majorité des votant du territoire électoral sait peu de choses.

Le véritable subsidiarité existe quand chaque entité supérieure à l’autre, apporte son aide appropriée et, si elle ne peut assurer l’ensemble de la demande inférieure, règle une partie de la demande elle-même et transmet ensuite la demande dont aura été soustraite l’aide déjà apportée à l’instance supérieure. Comme cela se passe dans une famille où l’enfant demande à ses parents de l’aider puis les parents ne pouvant pas assumer totalement vont demander une aide supplémentaire aux grands parents par exemple puis peut être aux parrains et marraines et ainsi de proche en proche, chacun se substituant au précédent pour une partie qui ne peut être assumée en aval.

Et de plus elle implique une grande commutatibilité entre les différentes strates.

Dans le schéma actuel, toutes les erreurs et perversions du système démocratique existant en France sont gardées et on va avoir un renforcement de « la politique des copains des copains ».

La Justice sera la dernière à y trouver son compte.

Si nous voulons vraiment nous en sortir, il va bien falloir reprendre, et cela rapidement, la démocratie corporative assortie d’un nouveau corps social indispensable à ajouter aux corporations : celui du corps social des familles. Quant au corps social des élus, à peut-être créer lui-aussi, il demande encore réflexion avant de s’y engager en raison de l’état actuel de déviance dont est imprégnée la majorité des élus de France. Et bien sûr il nous faut impérativement les référendums d’initiative populaire et d’initiative Royale à instaurer également afin de protéger le Roi et Ses peuples des « coups bas » et des tentations toujours renouvelées de prise de pouvoir par les oligarchies principalement financières.

Ces trois points plus nouveaux par rapport à la démocratie essentiellement corporative de l’Ancienne France doivent être compris et intégrés dans ces adaptations constantes de notre famille Royale dans le plus pur esprit politique capétien de rénovation dans la continuité.
Les forces mondiales en présence, les mentalités changent régulièrement au cours des siècles ; il y a des moments où un bateau arrive vent debout pour rentrer au port et la passe d’entrée est trop étroite pour « tirer des bords » ; c’est alors que le marin qui connait bien son bateau va utiliser le louvoiement pour franchir la passe, qui lui permet sans changer les marins de bord,  ni le bordage des voiles, de tirer des bords très courts qui lui permettront de la franchir sans aller s’écraser sur les récifs...

Nos Rois capétiens l’ont toujours fait politiquement, y compris Louis XVI qui s’en est expliqué à son cousin d’Espagne lorsqu’il a accepté la Constitution en essayant d’en limiter les effets néfastes.

Mais nos amis royalistes accrochés à la démocratie de l’ancienne France, doivent comprendre que les réflexions précédentes ne sont pas constitutionnelles mais institutionnelles et c’est le Roi lui-même qui pourra les mettre en place… s’il le veut ; Ce ne sont pas des règles qui seront votées par les chambres, qui doivent rester dans le rôle qui est véritablement le leur de faire remonter les doléances en devenant réellement représentatives de leurs électeurs et en n’ayant plus de mandat impératif les déconnectant de leurs régions ; elles seront là également pour voter en acceptant ou refusant les budgets qui concernent le domaine régalien du Roi : la Justice et la Sécurité et ce qui relève du ministère d’Etat. Les impôts de l’Etat étant levés en conséquence, les autres impôts étant des domaines régionaux, départementaux et municipaux en conformité avec le principe de subsidiarité. Pour le reste il sera meilleur pour tous que ces députés qui auront en même temps la même charge dans leurs provinces, gèrent alors celles-ci de façon plus précise en collaboration avec les préfets et en représentants de leurs corps sociaux.
Je termine en rappelant que Dieu nous a créés à son image et nous constatons souvent selon le dicton populaire que « Dieu écrit droit avec des lignes courbes » ; le Roi créé à l’image de Dieu avec tous ses dons naturels qui lui ont été donnés au berceau, qu’il a développé par son intelligence, et qui seront augmentés considérablement par l’onction de son sacre écrira lui aussi, nous n’en doutons pas, droit avec des lignes courbes propres à l’époque dans laquelle aura lieu son règne, que nous espérons tous, pour un démarrage en notre temps du XXIème siècle et dans les suivants pour ses successeurs.

Dans ces élections départementales que nous allons subir, il nous faut donc accepter avoir la sagesse de comprendre la véritable demande de Léon XIII et mener notre combat d’électeur ou de candidat momentanément avec cette mauvaise démocratie pour rester encore dans un « Etat de droit » car dans le désordre on ne peut que très difficilement installer ensuite l’ordre. Il faut relire posément et non passionnellement l’encyclique de ce bon pape car nos ancêtres royalistes de la fin du XIXème siècle sont bien responsables de l’installation permanente de la République franc maçonne et socialiste en France.
C’est pourquoi je pense sincèrement dans l’état des prochaines élections républicaines que pour nous royalistes il n’existe que deux solutions qui ne sont pas celles des républicains : c’est de voter pour un candidat seulement quand on le connait réellement et que l’on constate qu’il a fait déjà ses preuves dans sa vie privée, associative, professionnelle et en plus s’il est royaliste, ainsi c’est le bonus de la cerise sur le gâteau (le grand problème cependant de cette nouvelle mouture d’élection cantonale est que nous risquons d’élire certes un réel bon candidat mais qui, pour répondre aux normes électives, n’aura peut-être pas trouvé trois autres personnes valables pour constituer son groupe de deux candidats et deux suppléants, ces personnes risquent de lui être ensuite un handicap, il faut donc en tenir compte). .
Si on ne connait pas le(s) candidat(s), nous ne devons pas faire les petits calculs sordides et (idiots) de « vote utile » et tout simplement voter avec un bulletin où nous aurons imprimé une fleur de lys ; il ne sera pas pris en compte, certes, comme le vote blanc pour le calcul des suffrages exprimés (c’est tout nouveau, ça vient de sortir du chapeau de la République) mais ce qu’on sait moins c’est qu’il rentre quand même dans les comptages préfectoraux pour leurs statistiques et que plus nous serons de royalistes à agir ainsi, plus peut être les responsables et particulièrement dans le cas qui nous occupe, les préfets, qui sont quand même les futures structures du Roi pour la gestion administrative de la France, devront tenir compte de ce fait et peut être réfléchir qu’après tout « LE ROI POURQUOI PAS ? » ; il n’est pas négligeable d’avoir à en tenir compte pour le moment où la France rebasculera en royauté.

Chantal de Thoury

Commentaires  

#21 Catoneo 15-03-2015 10:30
Citation en provenance du commentaire précédent de Chantal de Thoury :
Je réponds à Catoneo et TRACY qui à mon avis ont décidé de continuer à faire le jeu des républicains en essayant de diviser comme ceux ci le font toujours pour garder le pouvoir.

La parthénogenèse est génétique au royalisme français, tout va par deux chez nous. Alors n'utilisez pas le verbe "diviser". Faudrait-il aussi qu'il y ait de quoi diviser.
Pour la question des financements, le délire extatique derrière "le deuxième pilier à droite" ne va pas apporter beaucoup d'argent. Quand la monarchie avait encore sa chance l'argent arrivait sans problème des princes et des ducs. Croire financer une propagande active sur les cotisations militantes est puéril. YMA s'est heurté à son devoir d'état bien avant vous, et son expérience douloureuse n'a semble-t-il servi à rien.
La politique n'est pas affaire de bonne volonté dans l'acharnement ou de bénévolat, c'est une guerre non déclarée. Malgré la sincérité de votre engagement à l'AR, vous n'avez pas le profil du soldat, même si votre coeur vous pousse à monter à la tranchée. Ne forcez pas votre nature sous peine de dégâts personnels.

L'AR officiellement délaisse maintenant sa "caisse de résonance" électorale (dernier édito du site), elle ne trouvera jamais les 500 parrainages en 2017 (si ce n'est 1000 d'ici là), on n'entend parler d'elle nulle part, elle n'a pas de vecteur médiatique, pas de porte-parole national, aucun prince en situation d'accéder ne la reconnaît. Question : à quoi sert ce parti ?
Poser la question est insulter personne.
Faut revenir pieds au sol.
Bonne journée.
Citer
#20 Catoneo 15-03-2015 10:02
Citation en provenance du commentaire précédent de xavier :
Catoneo : j'ai le sentiment que vous pratiquez la critique permanente de toutes les sensibilités royalistes. C'est à dire que vous pensez qu'on peut attendre tout du microcosme royaliste sauf un succès politique.

Analysez les 70 ans écoulés dans la mouvance royaliste et à moins d'être aveugle vous aboutirez à la conclusion que la dépense est de pure perte.
Dans le monde moderne, il existe une "gestion par objectifs" qui a fait ses preuves, et tant que les organisations royalistes ayant une ambition politique ne voudront s'y soumettre, il n'y aura aucun résultat ! l'AR a 14 ans, aucun résultat !
On vient chez moi chercher des idées !
Par contre j'ai le plus grand respect pour les structures de réflexion, les associations mémorielles, les cercles historiques, les petits cénacles de province.
Mais en politique, on ne peut tromper son monde longtemps (je pense surtout aux jeunes militants), c'est irresponsable, et c'est la seule explication de la liquéfaction des effectifs dès que le militant entre dans la vie active et fonde sa famille : l'agitation inutile n'a plus de place. Allez convaincre une épouse d'un impératif politique à 0,001% qui vous fait sortir le soir deux fois en semaine et deux week-end par mois !
C'est ce qu'a démontré le sondage SYLM.

L'AR a un capital "institutionnel " spécifique au domaine régalien de haute valeur, elle ne s'en sert pas car elle ne sait pas comment le vendre. Alors elle se rattrape sur le sociétal qui est en dehors de son épure originale. Elle disparaît dans le mouvement de "mécontentement " car tout le monde y vient !

Ouvrez les yeux. C'est permis.
Salut.
Citer
#19 Chantal de Thoury 14-03-2015 19:49
Je réponds à Cataneo et TRACY qui à mon avis ont décidé de continuer à faire le jeu des républicains en essayant de diviser comme ceux ci le font toujours pour garder le pouvoir.
L'Alliance Royale ne trouvera de financement que par miracle, il y a une raison à cela, c'est que l'immense majorité des financiers ont horreur de la Doctrine sociale de l'Eglise qui les brident dans leurs désirs de profits au delà du raisonnable.
Si nous nous sommes consacrés au Sacré Coeur il est normal aussi que le Seigneur nous mette à l'épreuve de la fidélité dans l'adversité, si notre stratégie est lente, elle a le mérite de ne pas nous endetter.Sueles les adhésions nous permettent de fonctionner et le très grand bénévolat de nombre d'entre nous, bénévolat qui s'avère aussi honéreux parfois en frais de déplacements.
J'aimerai que nos contradicteurs avant de critiquer en mal nous indiquent s'ils font mieux à leur niveau pour l'avènement dans l'esprit de nos compatriotes que L'AR du retour à la Royauté .
Citer
#18 xavier 14-03-2015 16:24
Catoneo : Cela reste juste une impression et n'y voyez aucune animosité de ma part; mais à vous lire, j'ai le sentiment que vous pratiquez la critique permanente de toutes les sensibilités royalistes. C'est à dire que vous pensez qu'on peut attendre tout du microcosme royaliste sauf un succès politique.
L'Alliance Royale est un parti politique royaliste. Personnellement , j'ai été candidat (suppléant) aux législatives de 2012. Mais peut-être :
"appartenez-vous à cet afflux d'inactifs et de contemplatifs aigris qui n'ont pas pris le risque, d'engager une éventuelle "compromission sociale", tel qu'il existe dans un parti politique où il faut se découvrir un jour." en reprenant vos propres propos lus dans un blogue.
Bien à vous.
Citer
#17 Catoneo 13-03-2015 17:28
L'Alliance royale semble en complète déroute. Dans un édito a priori récent sur le site du parti, on est en pleine confusion.
http://www.allianceroyale.fr/pourquoi-nous-ne-participerons-pas-ni-aux-elections-departementales-ni-aux-elections-regionales/
La stratégie électorale est revendiquée comme "caisse de résonance" de l'offre politique royaliste et dans le paragraphe suivant, on débine les élections départementales et régionales au motif d'un jacobinisme rampant, ce qui ne gène en rien la résonance du tambour !
C'est comme décider qu'un clairon porte plus loin qu'un saxophone, sauf s'il est vert !
Citer
#16 xavier 11-03-2015 19:13
Sur les trois derniers commentaires, une analyse très fine de "AUDELYS".
Citer
#15 TRACY 11-03-2015 18:57
Citation en provenance du commentaire précédent de Catoneo :
[quote name="xavier"]
Si vous en êtes encore à quérir des idées de financement, jetez l'éponge. Si vous n'avez pas d'idées, sortez du champ politique car avant d'en avoir pour renouveler nos institutions, cherchez-en d'abord pour établir durablement votre parti...
.

Merci Catoneo de rappeler cette évidence. Mais sauf erreur de ma part, l'AR ne cherche pas de financement. Elle prétend vouloir se présenter aux élections mais ne s'y présente jamais. La preuve avec les cantonales et les autres élections locales où elle aurait les moyens de présenter quelques candidats. Elle se "réserve" uniquement pour les élections où elle ne peut être présente (présidentielle s et européennes). Elle fait donc semblant. L'AR est donc une véritable arnaque. Et cerise sur le gâteau, vu la qualité de son travail, elle dégrade l'image du royalisme en nous ridiculisant... . Pour finir, la direction a manifestement changé sa ligne politique et transformé l'AR en petit groupuscule d'extrême droite...et sur le marché, il y a beaucoup mieux que l'AR sur ce créneau...
En tant que royaliste, j'ai une seule exigence : que l'AR fasse ce qu'elle veut mais de grâce, qu'elle s'interdise de prétendre représenter les royalistes.

-
Citer
#14 AudeLys 11-03-2015 14:54
Depuis le début de ma connaissance de l'existence de l'A.R., je suis convaincu - même s'il s'agit d'un sentiment subjectif - que ce parti royaliste soutiendrait Louis de Bourbon. De petits mots ou petites affirmations ici ou là dans les blogs et forums royalistes légitimistes. Ou encore ICI :
- Chantal de Thoury : "et Dieu nous donnera le Roi de son Choix et si ce Choix est Monseigneur Louis notre Prince Chéri par primogéniture mâle qu'il soit doublement loué." ;
- Xavier : "En France il n'y a pas de prétendant, il y a un successeur, le Roi est saisi par la loi." Je suppose qu'il s'agit de la loi fondamentale qui ne fait pas de la couronne la propriété du Roi mais du Roi la "propriété" de la couronne. Il s'agit donc bien de Louis XX.
Je ne vois donc pas ce qui empêche l'A.R. de se positionner sur Louis de Bourbon puisque les lois fondamentales règlent ce problème une fois pour toute. Les choses seraient claires et nettes, évitant tout choix ultérieur pour qui que ce se soit. De toute façon, Louis XX n'a pas à batailler contre la famille d'Orléans. Cela ne tient pas debout. Qui plus est, par jugement définitif, le port des armes pleines de France a été refusé aux Orléans et bien sûr attribué à la famille de Bourbon tout comme il a été refusé aux Orléans de remplacer leur patronyme par celui de Bourbon. Quand on est prêt à renier son nom .... et peut être pour effacer ce qu'il "traine : un certain vote.
Définitivement je pense que l'A.R. a tout à gagner à se positionner sur Louis XX.
Citer
#13 Catoneo 11-03-2015 09:13
Citation en provenance du commentaire précédent de xavier :
Maintenant nous attendons ceux qui pensent que nos activités ressemblent à un centre de loisirs du mercredi après midi, Ils seront les bienvenus, peut-être auront-ils des idées au sujet de notre financement....

L'Alliance royale a 14 ans !
Si vous en êtes encore à quérir des idées de financement, jetez l'éponge. Si vous n'avez pas d'idées, sortez du champ politique car avant d'en avoir pour renouveler nos institutions, cherchez-en d'abord pour établir durablement votre parti.
Et ce ne sont pas les mercredis de l'Alliance qui vous les fourniront, mais les riches que vous devez captiver ! C'est basique pour un parti. Demandez à Philippe de Villiers, par exemple, il sera de bon conseil.
Citer
#12 xavier 10-03-2015 18:18
Madame Chantal de Thoury a été très claire sur le positionnement de l'Alliance Royale. Effectivement, le Roi à venir aura besoin de tous les talents et de gens désintéressés pour le bien commun des Français.

Etant moi-même adhérent et militant à l'Alliance Royale, il est clair que nous défendons la DOCTRINE SOCIALE de L'Eglise, en outre dès ses origines, l'Alliance Royale s'est consacrée au Sacré Coeur de Jésus par la voix de son premier président fondateur Yves Marie Adeline et renouvelle tous les ans cette consécration par tous ses cadres lors de son Université d'été.
Effectivement, L'Alliance Royale ne se positionne pas sur la succession royale car elle considère que c'est à la famille Royale elle - même de régler ce problème. En France il n'y a pas de prétendant, il y a un successeur, le Roi est saisi par la loi.

Maintenant nous attendons ceux qui pensent que nos activités ressemblent à un centre de loisirs du mercredi après midi, Ils seront les bienvenus, peut-être auront-ils des idées au sujet de notre financement....
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 22 avril 2017
« Présidentielle : l'impossible choix »

02/05 | [Conférence à Paris] "Il y a quelque chose de pourri au royaume de France"
04/05 | [Conférence à Paris] "Les grands dîners qui ont fait l'Histoire de France"
26/05 | Pèlerinage pour le Roi et la France au Puy-en-Velay
10/06 | Journée hommage à Jean-Nicolas Stofflet en Lorraine
17/07 | Université Saint-Louis 2017, Camp Chouan