Debout, royalistes ! Nous aurons le Roi que nous mériterons !

L’élément fondamental est de comprendre que le Royaume de France et le Roi de France ne meurent pas en France ! Ce n’est pas une vue de l’esprit ou une vaine formule, c’est une réalité formelle ! Nous devons agir, non pas dans l’espoir d’une restauration hypothétique, d’un Roi hypothétique, dans un avenir hypothétique, mais comme des sujets actifs d’un Roi bien vivant, Louis XX de France, dépossédé de son Trône par l’usurpation d’une République.

Les royalistes ne doivent pas être dans un jeu de rôle nostalgique et passéiste, mais dans l’action et la propagande. Nous sommes dans le Royaume de France de Louis XX, occupé à l’heure actuelle par une République, l’agent exogène est la République et non le Royaume ! C’est pourquoi nous devons cesser de présenter Louis XX comme « Monseigneur le prince Louis, duc d’Anjou », qui est une titulature républicaine ! Louis XX est le Roi de France, nous devons le présenter par « Sa Majesté Louis XX» ou « le Roi Louis XX» et lorsque l’on s’adresse à lui, le prénommer « Sire », qui passe mieux, il me semble, que « Votre Majesté ». Agissant dans cet esprit, notre force de conviction sera démultipliée. La première réaction que nous provoquons (j’en fais tous les jours l’expérience), est un léger sourire d’incrédulité ou d’amusement, la désinformation républicaine ayant bien imprégné les esprits, mais notre sérieux, la force de notre conviction, la rigueur de nos arguments, si l’autre accepte le dialogue, finissent par ébranler les esprits les plus éloignés de la cause royaliste. C’est pourquoi, un bon royaliste, j’entends un royaliste efficace à la cause du Roi, doit maîtriser absolument les Lois Fondamentales du Royaume de France, qui s’imposent au Roi et règlent la succession à la Couronne de France. Elles identifient formellement Louis XX comme seul Roi de France et éliminent toutes les incertitudes soigneusement entretenues par des « prétendants », pourtant soumis aux mêmes Lois Fondamentales et donc de mauvaise foi en toute connaissance de cause.

A ce propos, le site « Vive le Roy », disponible par les « Liens » proposés sur le site de l’Institut de la Maison de Bourbon, est un premier moyen d’obtenir un argumentaire développé sur ce qu’est la monarchie française, très éloignée de la caricature républicaine présente dans les esprits. Mais, il faut que l’Institut de la Maison de Bourbon, le Centre d’Etudes Historiques ou d’autres associations proposent de véritables « cours de royalisme » aux royalistes actifs, véritables agents de la Restauration ! La Contre-Révolution progressera enfin, dès lors qu’elle sera structurée par un bon réseau d’agents armés d’un argumentaire bien maîtrisé !

La Restauration sera celle d’une monarchie moderne. Les droits du Roi sont inviolables, mais les modalités d’application seront actuelles, adaptées à la progression des sciences et techniques et des mentalités. Ne nous offusquons pas des privilèges, je vous parlerai de nos Présidents de la République dans peu de temps, vous serez édifiés ! L’homme est ainsi fait qu’il y en aura toujours. L’Elysée dispose de centaines de millions d’euros de fonds secrets dont il dispose à sa convenance, les ministres roulent à contre-sens et brûlent les feux rouge en plein Paris ou dépassent les limitations de vitesse sans sanction, les députés ou sénateurs touchent des primes de défraiement exonérées d’impôts,….. S’en offusquer est hypocrite et ne changera rien.

Seulement, aucune personne ne pourra se prévaloir de son nom, ou de la gloire de ses ancêtres, pour revendiquer un poste ou un privilège. Louis XVI est mort d’avoir essayé de les abolir, Louis XX ne les rétablira pas ! Le respect dû au sang et à l’Histoire leur assureront notre considération, mais le Roi distinguera ses serviteurs par leurs mérites propres et non par leur ascendance ou leur nom ! La noblesse se reconstituera ainsi, associant aux grands noms de France, ceux de nouvelles familles qui se distingueront par l’excellence de leurs services. Seul le Roi fait la noblesse, pas la tradition ! Et l’on est toujours assez bien né, quand le Roi nous distingue ! A chacun d’en obtenir le privilège par son dévouement !

En ce sens, je pense que le Roi doit se constituer un Cabinet de personnes à la compétence incontestée dans divers domaines, à même de l’entretenir des développements du monde actuel, et de la France en particulier, et des projections à court, moyen et long terme que l’on peut en faire. Cela serait un premier pas vers la Restauration. Et je ne vois aucune objection à ce que ce Cabinet reçoive le concours de hauts fonctionnaires issus de la République et qui se rallieraient au Roi. Seule la pertinence des compétences et l’efficacité de l’action pour la cause royale doivent prévaloir !

Et c’est cette efficacité et notre travail de propagande acharnée qui permettront au Roi d’assumer plus aisément son statut. Nous avons une idée merveilleuse du statut de Roi, car nous pensons au prestige du commandement, à l’agrément de la révérence universelle, aux ors des palais et aux délices d’un service pléthorique. Nous en oublions les devoirs de représentation permanente, réglé par une étiquette ordonnant et contraignant à vie les désirs personnels du Souverain pour la satisfaction générale. Puis nous ignorons la charge considérable que représente la gouvernance d’un Etat comme la France et son maintien à une certaine place dans le concert des Nations. Nous n’en voyons que la face exposée à la lumière sans en voir la grande part d’ombre ! Etre Roi en son Royaume est une Grâce et un Sacerdoce, l’une exaltant l’autre et réciproquement !

Alors imaginez ce que représente le fait d’être Roi sans Royaume : c’est être devant un miroir sans tain. C’est devoir supporter la charge que Dieu vous a donnée par la naissance, assumer l’image que ce statut de Roi envoie aux sujets qui vous reconnaissent, accepter constamment les hommages et les demandes instantes d’un peuple qui vous est resté fidèle et vous appelle, sans avoir aucun reflet en retour, c’est-à-dire ne disposer d’aucun moyen, ne maîtriser aucun levier pour agir en conformité avec votre état et pour le bien de ceux qui croient en vous ! Ce n’est plus un Sacerdoce, c’est un Calvaire ! Que Louis XX tente d’assurer une vie normale à sa famille et consente cependant à en perturber la tranquillité pour se soumettre aux exigences du rang royal où la volonté divine l’a placé est déjà un signe évident de la Grâce qui le soutient !

C’est pourquoi j’affirme que c’est nous qui mériterons notre Roi, par les efforts que nous déploierons à le faire reconnaître par son peuple. Quand l’appel du peuple de France à son Roi sera suffisamment audible, le Roi et la Famille Royale rentreront en leur Royaume. Nous le recevrons et remercierons Dieu par un Te Deum en la Cathédrale de Paris et le conduirons en une formidable procession recevoir l’onction du Sacre à Reims !

Mais, pour cela agissons ! Persévérons ! Et nous verrons de nos yeux à nouveau Saint Remi marquer de l’onction de Dieu notre Clovis : Louis !

Vive le Roi ! Vive Louis XX !

Franz de Burgos 

Commentaires  

#16 ventrachoux 28-02-2015 12:41
Moi je suis d'accord pour les banquets !
Citer
#15 Antoine Balmitgère 22-02-2015 19:04
P.S. La possibilité de destitution du Roi sera ouverte pour tous les cas de trahison de son serment lors du sacre : quant à la défense de l'Eglise, de l'indépendance de la Patrie, etc.
Citer
#14 Antoine Balmitgère 22-02-2015 19:00
Le Roi sera celui qui établira une Monarchie (moderne mais pas moderniste) alliée du catholicisme traditionnel, non corrompu par Vatican 2 et qui défendra l’indépendance de la France face à l’Union Européenne, à toute suzeraineté étrangère (organisations internationales et pays trop directifs envers notre peuple). La défense de la vraie foi est une condition irréfragable de la renaissance de la Royauté.

Si le Duc d’Anjou veut rétablir la vraie Royauté et devenir Roi, il est évident qu’il doit être en état de régner.
Il lui faut avoir un projet d’instauration de la Royauté fondée sur la Vérité et la Justice.

Quelle royauté ?
Une monarchie constitutionnel le est une hérésie.
La monarchie absolue est impossible et n’est pas souhaitable.

Il faut reprendre le fil de l’Histoire avant l’établissement de la Monarchie absolue.
La pensée de Charles Maurras sur la décentralisatio n et le fédéralisme est intéressante.
Où placer le curseur entre centralisation et fédéralisme, entre pouvoirs propres du Roi et pouvoirs des assemblées locales et des Etats Généraux ?

Vu que le régime républicain permet le suicide de la France validé par les urnes il est nécessaire de faire émerger l’idée d’un bloc de compétences réservées au Monarque : place de la religion catholique, questions relatives aux cultes, défense, sécurité, politiques liées à l’immigration, à la démographie, affaires étrangères, conclusion de traités, protection des Arts et Lettres etc.
Les Etats Généraux, assemblées de niveau national pouvant se réunir de plein droit pour destituer le Roi en cas de haute trahison (quant à la perte d’indépendance de la France).
Les autres compétences relèveront d’assemblées locales ou nationales : en déterminant quel sera l’ingénierie institutionnell e à mettre en oeuvre, il ne faudra pas oublier que la France a changé, qu’elle n’est plus celle du XVIIIe siècle ou de Maurras et qu’elle est menacée d’explosion par des forces centrifuges.

Le futur Roi et ses conseillers devront donc clarifier, préciser ce projet.

"Ne nous offusquons pas des privilèges".
La future Monarchie ne pourra pas accorder de “privilèges” (indus).
Les avantages accordés aux serviteurs de la Patrie seront proportionnels aux nécessités, aux contraintes de leur état.
Le futur Roi devra prendre pour modèle Saint Louis (qui secourait les pauvres) et non Louis XVI qui accordait des privilèges exorbitants aux ami(e)s de son épouse, la Reine (http://fr.wikipedia.org/wiki/Gabrielle_de_Polignac).

“notre travail de propagande acharnée”
L’idée républicaine a été propagée par des journaux et au sein de banquets républicains.
Les avantages de la vraie Monarchie doivent être défendus, exposés sur internet, dans les médias patriotes et...de nombreux banquets royalistes (qui rendront la Monarchie déjà vivante).
Citer
#13 Jean-Yves Pons 13-02-2015 14:44
Cher Jérome,
Que Monseigneur soit mal conseillé, c'est possible mais une chose est sûre, depuis sa "récupération" par l'Institut de la Maison de Bourbon et Bauffremont associées, il est à penser que ça ne va pas s'arranger ! Que de surcroit il ne le souhaite pas me paraît une évidence. Car, pour le vouloir, il faudrait aussi...vouloir le pouvoir. C'est-à-dire avoir un projet politique pour la France. Et là, j'ai des doutes.
Alors, venons-en au CER.
Que le "cabinet fantôme" soit une fausse bonne idée, c'est possible aussi. Il ne m'échappe d'ailleurs pas que nous ne l'avons pas inventée ! Cette idée britannique a été plusieurs fois reprise par le régime des partis de la république française mais toujours de façon éphémère. La raison de l'échec fut toujours la même : la lassitude face au travail que cela exige de la part d'acteurs, il faut bien le dire, peu motivés (et sachant que tôt ou tard, dans le système politique qui régit notre pays, le pouvoir, le vrai, leur reviendra selon la règle bien huilée de l'alternance). S'y ajoute le silence qui entoure les travaux éventuels des cabinets fantômes et qui résulte de la collusion entre le pouvoir politique aux manettes et ses complices médiatiques permanents. Et vous savez combien le silence des médias peut démobiliser tous ces professionnels de la politique !
Pour nous royaliste…c'est tout l'inverse :
1/ Il y a bien longtemps que nous ne comptons pas sur les médias officiels pour exister,
2/ Nous n'attendons rien du système républicain, surtout pour parvenir au pouvoir ( ! ) comme nous le rappelle le dernier alinéa de l'article 89 de la Constitution de 1958,
3/ Grâce à cela, nous ne connaissons pas la lassitude que nous avons tendance à remplacer par la ténacité.
Alors, que faisons-nous ? Nous les "marquons à la culotte" et ne leur passons rien. Certes, la plupart des lecteurs de notre blogue sont déjà convaincus. Mais pas tant que cela et il en naît chaque jour de nouveaux…Pourqu oi ? Tout simplement parce que ce que nous pensons et disons finit généralement par se vérifier et même (petit scoop) par cheminer dans certaines allées du pouvoir. Il est clair pour nous que cette modeste réflexion n'enlève rien aux qualités, nombreuses et immenses, de Vexilla Galliae. Il n'y a pas, dans nos existences respectives, la moindre concurrence mais au contraire beaucoup de complémentarité ….et d'amitié.
Quant à être "tellement plus utile ailleurs pour la cause que nous défendons" (je reprends votre expression) je répondrai volontiers : Pourquoi pas ?
Avez-vous une idée ? Car je n'ai pas encore eu de proposition !

Un dernier mot, si vous le permettez, concernant notre absence de "préférence dynastique" (je vous cite encore). Ce qui a mortellement blessé le royalisme français c'est précisément la querelle dynastique que vous connaissez. Comment pourrait-on envisager un contre-gouverne ment (ou cabinet fantôme) qui combatte la République et propose le retour du Roi en portant les couleurs de tel ou tel dynaste ?
Quel rassemblement pourrait-on espérer ?
D'autant que, ne vous y trompez pas…aucun de ceux-ci ne nous suivrait. COMME D'AILLEURS AUCUN NE SOUHAITE VÉRITABLEMENT ÊTRE ROI DE FRANCE !
Mais, lorsque l'on voit l'état dans lequel la République a mis et va laisser notre pays, peut-on leur en vouloir ? C'est donc à nous de relever nos manches, de "mettre les mains dans le cambouis" et d'essayer de les convaincre. A défaut, il faudra un nouveau Senlis, comme en 987.
Citer
#12 JEROME 07-02-2015 12:04
[quote name="Jean-Yves Pons"]La pédagogie serait, paraît-il, l'art de la répétition. Alors, répétons :
1/ dans les conditions actuelles le roi ne peut (doit ?) pas constituer de cabinet. C'est pour cela d'ailleurs…qu'i l ne le fait pas....

Monsieur Pons, permettez-moi d’être en désaccord avec vous :
Evidement que Louis XX peut constituer et ce, à tout moment, un cabinet. Il ne le fait pas, soit parce qu’il ne le souhaite pas ou soit parce qu’il est très mal conseillé.
Par contre, le « cabinet fantôme » est lui, une fausse bonne idée. Et ce n’est d’ailleurs pas une idée nouvelle. Nos « amis » républicains l’ont eu bien avant vous et dernièrement le FN l’a testé il y a 20 ans je crois et l’UDF-RPR aussi sous F.Mitterrand. A chaque fois, ces tentatives ont été des échecs RETENTISSANTS. Plus personne ne s’amuse à ce jour à retenter ces expériences inutiles.
Le CER n’a donc aucune raison de réussir là où tout le monde a échoué. La direction du CER, s’il en reste une, doit vraiment se poser la question de continuer à user inutilement son énergie dans cette aventure. A minima, puisqu’il existe depuis 2012, il est plus que temps d’en faire le bilan et d’en tirer les conséquences au plus vite.
Monsieur Pons, arrêtez, de grâce, de dépenser votre énergie inutilement. Les forces légitimistes ont besoin d’être rassemblées autour de projets communs. Regardez Vexilla Galliae et comparez. Je ne suis pas toujours d’accord avec eux mais il y a là, c’est certain, une véritable stratégie de rassemblement de moyens humains avec toutes les conséquences positives que cela génèrent en cascade notamment un rayonnement bien au-delà de la roycosphère (ce qui n’arrivera jamais au CER qui a pourtant l’ambition d’être bien plus qu’un simple média).
Monsieur Pons, vous seriez tellement plus utile ailleurs pour la cause que nous défendons tous plutôt que de vous accrocher à ce projet qui a coulé depuis longtemps déjà et qui était voué à l’échec puisque le CER est en plus sans préférence dynastique, donc avec une impossibilité d’attirer en son sein du militant royaliste (regardez l’état de l’Alliance Royale par exemple après 15 ans d’existence…. . C’est calamiteux)
En espérant n’avoir pas été très désagréable avec vous, car là n’était pas mon objectif.
Avec mes meilleurs sentiments légitimistes.
Citer
#11 Jean-Yves Pons 06-02-2015 09:37
La pédagogie serait, paraît-il, l'art de la répétition. Alors, répétons :
1/ dans les conditions actuelles le roi ne peut (doit ?) pas constituer de cabinet. C'est pour cela d'ailleurs…qu'i l ne le fait pas.
2/ Il existe, en revanche (petit rappel pour ceux qui persistent à l'ignorer) un "cabinet fantôme", le Conseil dans l'Espérance du Roi, fondé le 15 mars 2012. Il s'agit d'un "contre-gouvern ement royaliste", sur le modèle des shadow-cabinets britanniques qui publie ses prises de position, ses critiques de la politique actuelle et ses propositions, sur son blog (conseildansesp eranceduroi.wor dpress.com). Il est composé de Conseillers, appartenant à l'ensemble des courants du royalisme français et refusant toute revendication dynastique particulière (ça vaut bien des "hauts fonctionnaires issus de la République !). Chacun de ces Conseillers est chargé d'un département spécifique, en miroir du gouvernement de la République, l'ensemble constituant de fait "l'autre Conseil des ministres" (qui est d'ailleurs l'adresse de sa page facebook).
Alors, pourquoi ne pas le dire...
Citer
#10 AudeLys 05-02-2015 22:00
@ Saclier
Je ne pense pas qu'il s'agisse d'une attaque contre la noblesse, contre une "vieille France" rabougrie ou je ne sais quoi. Peut-être le mot sclérosé est-il un peu fort.
Certes, comme vous le soulignez, les textes, études et autres articles que l'on trouve sur les sites légitimistes majeurs sont d'excellente qualité et accessibles au plus grand nombre.
Mais il faut reconnaître qu'ils ne sont pas lus par beaucoup de monde. C'est la limite des sites internet qui pourtant a développé la communication de manière inimaginable.
Je pense que le mouvement royaliste n'est pas suffisamment visible pour provoquer l'adhésion. En cela, il donne effectivement l'impression d'être "un club fermé", composé de gens un peu "rétros sur les bords", et pourquoi pas "sclérosés".
Si ce n'est pour renaître, mais à tout le moins pour se développer, l'idée royaliste a besoin d'une structure de communication forte et efficace : les médias entre autres.
Les gens lisent peu, ils regardent la télé. Et rarement ce qu'il y a de plus intéressant. C'est triste mais c'est comme cela.
La solution ? J'avoue humblement que je ne l'ai pas.
Citer
#9 Saclier 05-02-2015 17:26
Comme le souligne l'un des commentateurs, cet article se rapproche de celui de Roman Ungern. Il est curieux d'y retrouver la même attaque contre la noblesse et cette idée que le monarchisme s'est contenté jusqu'alors d'une vie mondaine et non politique. Pourtant, des groupes d'études, des universités, des revues, des études historiques, politiques, économiques existent depuis bien longtemps.Alors pourquoi cette idée que le mouvement monarchiste est sclérosé par cette noblesse de salon et qu'aujourd'hui le mouvement va renaitre? Ce n'est pas une critique, mais bien une question. A lire l'article, j'ai l'impression comme dans celui d'Ungern que l'on juge le mouvement monarchiste par le petit bout de la lorgnette et avec cette même vision caricaturale de nos médias.
Citer
#8 Renaud Serv du Roy 04-02-2015 19:41
A Sarrant Alain,

Vous faites erreur, monsieur.

Le Sacre fut "constitutif", dans l'esprit du peuple, jusqu'au XIVème siècle.

Mais, depuis de Moyen-Age, les juristes et les théologiens considèrent que le Sacre est seulement "déclaratif", c'est-à-dire qu'il fait connaître publiquement l'avènement déjà opéré du Roi.

Ce que résument les phrases :

"Le Roi est mort, vive le Roi !"

"Le Roi ne meurt pas en France !"

Louis de Bourbon, duc d'Anjou et duc de Bourbon est donc devenu Louis XX, Roi de France, à l'instant de la mort de son père, le Roi de France Alphonse II, le 30 janvier 1989 !

Le Sacre ne fera que confirmer institutionnell ement que le Royaume de France est rétabli !

Vive le Roi de France ! Vive Louis XX !
Citer
#7 Dominique 04-02-2015 19:34
Que le Dauphin de France ne devienne Roi que le jour du Sacre est totalement faux, le Dauphin devient Roi à la mort de son père par le cri « Le Roi est mort, vive le Roi ! ». C’est le principe de continuité de la Couronne de France, loi fondamentale du Royaume. Souvenez-vous de la Reine Marie-Antoinett e s’agenouillant devant son fils, à la mort de Louis XVI, et le reconnaissant comme Roi de France. Souvenez-vous du comte de Provence exilé en Angleterre qui, à la mort de son neveu, Louis XVII, est devenu de fait Roi de France et nommé par tous Louis XVIII. Louis XX est devenu notre Roi à la mort de son père, et l’appeler « Sire » est en cohérence avec la loi fondamentale du Royaume de continuité. J’attendais, pour ce faire, que quelqu’un se dresse pour le dire. C’est fait. Bravo !
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 16 juin 2017
« La République en marche ! »

17/07 | Université Saint-Louis 2017, Camp Chouan