Louis XVI nous inspire un royalisme de combat

Ce grand Roi très chrétien avait du charisme et aimait par dessus tout la France et les français, c'est la raison pour laquelle on a comploté contre lui et instauré la République.

Dans le chaos la vision d'un Roi s'impose d'elle même, "Nous sommes tous Louis XVI " doit être notre credo à présent pour ne pas le trahir, lui qui n'a jamais failli au regard du Créateur.

Ce combat est bien sûr un combat d'idées, de principes, d'élan de foi pour restaurer dans notre mémoire et dans notre cœur la passion de la France. Mais pas cette France laïque et névrosée emportée par les tourments mondialistes.

"On parle du règne de la médiocrité. Mon Dieu ! Il y a bien longtemps que cette règle là est commencée" disait déjà Renan en 1885.

La lumière doit éclairer la mission que nous dévoile un peu plus chaque année la messe d'action de grâce en l'honneur de Louis XVI. Et les paroles du Roi sont sans appel : "Je recommande à mon fils s'il avait le malheur de devenir Roi, de songer qu'il se doit tout entier au bonheur de ses concitoyens, qu'il doit oublier toute haine et tout ressentiment, et nommément tout ce qui a rapport aux malheurs et aux chagrins que j'éprouve, qu'il ne peut faire le bonheur des peuples qu'en régnant suivant les lois, mais en même temps qu'un Roi ne peut les faire respecter, et faire le bien qui est dans son cœur, qu'autant qu'il a l'autorité nécessaire, et qu'autrement étant lié dans ses opérations et n'inspirant point de respect, il est plus nuisible qu'utile. (extrait de son testament, fait à la Tour du Temple, le 25 décembre 1792).

Quelle grandeur d'âme à côté de ces révolutionnaires avides de sang et de pouvoir. Et toujours Renan, dans La Réforme Intellectuelle, datant de 1871, ne peut s'empêcher d'écrire : "On se figurera que l'Etat, qui s'était incarné dans le Roi, pouvait se passer du Roi, et que l'idée abstraite de la chose publique suffirait pour maintenir un pays où les vertus publiques font trop souvent défaut. Le jour où la France coupa la tête à son Roi, elle commit un suicide".

Et quelle similitude avec aujourd'hui le fameux livre d'Eric Zemmour : Le Suicide Français qui fait tant de polémique.

Montrons-nous dignes de ce jeune Roi Louis XVI assassiné par des révolutionnaires ivres de haine, à seulement 38 ans. Alors, il nous faut garder cet esprit contre-révolutionnaire si nous ne voulons pas sombrer à notre tour. Car la démocratie, la laïcité, ne savent pas faire autre chose que s'imposer par la propagande et la violence. Cette pensée unique nous gangrène petit à petit avilissant les hommes de bonne conscience.

"La démocratie, c'est la médiocrité par le nivellement, c'est la sécrétion d'une fourmilière de boutiquiers interchangeables, aussi peu désireux de se battre que de penser. Des politiciens médiocres et jaloux ". Ernest Renan. 

Un visionnaire, on se croirait en 2015.

Eric Muth

Commentaires  

#2 vidal jacqueline 12-02-2015 22:53
" Louis, les indigents que ta bonté protège
ne peuvent t'élever qu'un monument de neige.
Mais il plait davantage à ton coeur généreux,
Que le marbre payé du pain des malheureux"
Poème écrit par un anonyme pendant l'hiver terrible 1784/1785, lorsque notre bien-aimé Roi Louis XVI débloqua 10 millions de livres (dont 3 millions sur sa cassette personnelle) pour aider le peuple et des ouvriers au chômage qui lui érigèrent en remerciement un obélisque de neige.
Que vive le Roi éternellement!
Citer
#1 PELLIER Dominique 26-01-2015 12:24
Encore et toujours, nous constatons l'amour du Roy-martyr pour la France et les Français, son souci de leur bien-être. Les présidents et ceux qui gravitent autour en ont-ils souci, à part les grands président de la Ve avant Giscard D'Estaing ?
Notre combat est de restaurer un roi sur le trône de FRANCE, non par la violence. N'imitons pas les horreurs perpétrées par la république.
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 13 septembre 2017
« C'est pas moi, c'est lui, m'sieur ! »

Aucun événement