Écologie et royalisme

Et si le royalisme était le seul recours à la crise écologique qui en est déjà à ses prémices ?

Alors qu’en plein milieu de son pontificat le pape Benoît XVI qualifiait la destruction de la Création comme un péché grave, le pape François affirmait il y a peu : « Dieu pardonne toujours, les Hommes parfois mais la nature jamais ».
Alors, qu’attend-on ? Qu’attendent nos dirigeants ? Qu’il soit trop tard ?!

L’écologie n’est pas une idéologie ; elle n'est ni de droite, ni de gauche, mais au-dessus des partis et des tendances politiques. C’est une valeur qui ne peut être comprise des êtres partisans et nihilistes qui ne pensent qu’à l’instant présent, dans un seul but égoïste et électoraliste. 

Pourquoi se soucier des générations futures lorsque le seul but des politiciens est d’être élu ou réélu quelques années plus tard ? En effet, l’écologie n’a de sens que sur le long terme. Agir pour des résultats qui n’apparaîtront que dans un avenir lointain n’est pas du sort de la présidence quinquennale…

De toute façon, lorsque les catastrophes naturelles seront notre quotidien et que nos petits-enfants nous demanderont ce qu’était un panda, qui accusera les dirigeants qui n’ont pas agi ? Personne ! Tous sont responsables et pourtant aucun ne l’est assez pour être considéré comme tel… Ils sont trop éphémères.

Il est temps qu’un dirigeant soucieux du futur et du bien commun prenne le problème en main. Et qui de plus concerné par l’avenir qu’un roi rassembleur qui règne à vie, pour ne laisser son trône qu’à ses héritiers ?

Au sein du gotha, on compte d’ailleurs de nombreux défenseurs de la planète, parmi lesquels les princes Albert de Monaco et Charles de Galles, la reine Elizabeth II et son époux, les rois Guillaume-Alexandre des Pays-Bas, Mohammed VI et Albert II de Belgique ou encore la princesse Constance de Polignac, pour ne citer qu’eux.

Et puis, le prince Louis de Bourbon lui-même n’affirmait-il pas en juin dernier : « Dès que l'on se détourne du Bien commun et des devoirs que chacun a vis-à-vis de ses prochains et des générations futures, la société tombe dans tous les pièges et les excès. Telle est la rançon des époques qui perdent le sens des valeurs. » 

Marc Auchenne

Commentaires  

#4 AudeLys 26-11-2014 16:49
Comme vous avez bien raison. Et cela vaut pour l'écologie comme pour tout le reste. Comment peut-on imaginer qu'un zélu pour 5 ans puisse avoir une autre vue ..... qu'à 5 ans, consistant seulement en sa réélection.
Citer
#3 Florernt 26-11-2014 12:11
Rien n'est plus important que l'écologie et pourtant aucun politicien ne s'en préoccupe...
Elle ne sert que d'appât à certains partis anarchistes qui en ont fait leur nom...

Notre cher président Hollande avait dit : « Je ferai de la France le pays de l'écologie par excellence. »
On attend toujours ! Et très probablement pour rien...
Citer
#2 Frédéric de Natal 26-11-2014 12:03
N'oubliez pas le Partido Popular Monarquico, mouvement monarchiste portugais, qui a été le premier à mettre une politique écologique en place au Portugal lorsqu'il fut au gouvernement dans les années 80. Il fut assez précurseur en ce sens où aucun mouvement royaliste ne l'avait encore mentionné dans l'un de ses programmes. Du PPM est né également le Parti de la Terre .
Citer
#1 PELLIER Dominique 26-11-2014 08:16
Nous sommes sur terre en ambassade si nous nous réclamons du Royaume des cieux. Mais m^me le royaume de France nous est sacré; aussi devons nous prendre soin de ce beau pays où nous sommes et où Dieu nous a mis. Il est déjà trop tard car l'oeuvre destructrice de la pollution a déjà des conséquences dramatiques, celles que nous savons, inondations dans le Sud du pays, par exemple. Nous pouvons toutefois faire le nécessaire pour au moins, ralentir si ce n'est pas stopper ce processus. C'est un devoir de Français mais aussi de chrétien
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 13 septembre 2017
« C'est pas moi, c'est lui, m'sieur ! »

Aucun événement