Et si l’Islam révisait son livre sacré ?

L'Islam pose de toute évidence un gros problème chez nous, en Europe et en France en particulier, avec plusieurs millions d'adeptes dont nul ne peut avancer un chiffre réel en vertu de la stupide Loi du 6 janvier 1978 qui interdit les statistiques religieuses. Cela va de 2 à 6 voire même 8 millions, alors qu'au temps de l'Algérie française, ils n'étaient sur notre sol en 1936 que 200.000 personnes, soit 0,36% ! Chiffre qui devrait comptabiliser les 110.000 français dits de souche qui se sont convertis au rythme d'environ 4.000 par an. Ce chiffre paraît important mais il est réconfortant de savoir qu'ils sont chaque année environ 10.000 musulmans à apostasier leur religion pour le Christ et à adorer le nom de Yeshoua.

Mais ce n'est pas l’Église catholique qui en profite vraiment puisqu'elle se refuse pour je ne sais quelle raison idéologique à faire du prosélytisme. Ce sont les évangélistes qui réussissent à bouleverser la foi de certaines banlieues, donnant aux jeunes un idéal autre que celui prodigué par le Coran. Par exemple, le jeune Maxime Buttey explique dans sa vidéo de propagande comment il a trouvé dans le Coran la vérité sur Dieu. Dieu seul, dit-il, a pu révéler à Mahomet les progrès scientifiques actuels 14 siècles à l'avance... Explications puériles, et parfaitement inexactes. Comment peut-on quitter sa foi catholique sur ce seul critère ? Si l'Islam avait fait faire des progrès à la science, à la médecine, à l'industrie, les pays musulmans ne seraient pas parmi les pays les plus pauvres du monde, hors production pétrolière bien entendu . Mais dans sa conversion, Maxime occulte totalement les versets guerriers qu'un Dieu de bonté, de paix et d'amour aurait été incapable de dicter à quiconque, fût-il un prophète !

Sur ses 6236 versets, le Coran en consacre pas moins de 860 aux non-musulmans et aux apostats, et 620 détaillent les actions à mener contre les infidèles et les apostats qui doivent être condamnés à mort, assassinés, volés, décapités, à qui il est un devoir de mentir et qui, traités en dhimmis, doivent payer leur droit de rester en vie ! Je raccourcis, certes, mais c'est l'esprit de ces versets guerriers qui n'ont rien de paisible, comme l'islamophilie voudrait nous le laisser croire. Un exemple : la sourate 9 v5 : "lorsque les mois sacrés seront expirés, tuez les infidèles partout où vous les trouverez ».

Et que dire de l'attitude de l'Islam envers les femmes ? Rien que la sourate 4, verset 34 est parfaitement contre tout ce que Dieu a voulu.  Autorité sur les femmes est donnée aux hommes avec, en cas de soupçons de sédition, le droit de les battre et de les reléguer. C'est ainsi que des centaines de propos sont hors la loi.

Autant d'incitation à toutes sortes d'actions qui permet d'affirmer que le Coran n'est pas seulement un texte réputé Sacré, mais un véritable brûlot qui a permis à Mohamed Merah et autres terroristes, passés et futurs, d'agir selon leur bon droit. Le Coran n'est pas seulement un live religieux mais un Code (la charia) permettant aujourd'hui aux dizaines de milliers de membres du Califat Islamique d'assassiner, de décapiter, de traiter en esclave ceux qui ne veulent pas des versets coraniques.

Le livre de Bernard Anthony « L 'Islam sans complaisance » devrait être le livre préféré des Français et en tous cas celui de Maxim Buttey. Il décrypte le Coran au microscope et permet d'affirmer que tant que les Imams continueront à prêcher avec conviction l'ensemble des versets de paix et de guerre, l'Islam ne peut pas être considéré comme une religion basée sur l'amour et sur les droits de l'homme, de la femme et de l'enfant.

Pour que l'Islam puisse être accepté, il faudrait nécessairement moderniser son Livre Saint en supprimant l'ensemble des versets controversés, ceux utilisés par les barbares pour excuser leurs actes... Mais c'est, hélas, un doux rêve alors que 15 pays vivent sous la terrible loi de la Charia et que le Coran, étant réputé incréé, est intouchable dans sa forme et son contenu.

Floris de Bonneville

Commentaires  

#6 Adamou 04-02-2015 14:07
Bonjour. Les versets que vous venez de citer sont des versets que vs ne comprenez pas et avez réagi de la sorte car vous aviez déjà des idées préconçues. Ce sont des versets circonstanciels et qui n'ont rien avoir avec ce que font les ennemis des musulmans aujourd'hui. Bref vous aviez appris l'exégèse du Coran?. Avez vous lu les versets meurtriers de la bible? Sans science et connaissances on ne juge pas l'islam. Alors allez vous renseigner et vs serez satisfait. Concernant le verset où le Coran dit: les hommes ont autorité sur la femmes c'est normal.
Citer
#5 Jacques M 14-11-2014 22:16
N'oublions pas que la Bible a aussi ses versets pas très reluisants, genre "il a carbonisé les Sodomites car éternel est son amour ! noyé les Egyptiens car éternel est son amour !" De là à dire que le dieu de la Thorah qui n'est pas très éloigné de celui du Coran, contrairement à celui du Nouveau Testament, a donné aux nazis l'inspiration de la Shoah il n'y a qu'un pas... mais heureusement éternel est son amour.
Citer
#4 Benoît Legendre 14-11-2014 20:54
Hélas, tout est dit dans les derniers mots : "est intouchable dans sa forme et son contenu"... Et je pense que seuls des musulmans pourront faire évoluer leur conception de leur religion, si des non-musulmans s'en mêlent, cela les feraient cabrer aussitôt ! En vivant parmi nous, et surtout lorsqu'ils retournent "au bled" pendant les vacances, les musulmans doivent bien se rendre compte de l'abîme qui sépare nos deux civilisations, et que cela devrait trotter un peu dans leur tête ?
Vive le roi !
Citer
#3 Cheuzeville 14-11-2014 12:16
La question ne se pose même pas! L'Islam ne peut pas réviser son livre sacré. Pour les croyants, le Coran n'a pas été écrit. Il est "descendu" sur le prophète Mahomet,par l'intermédiaire de l'ange Djibril (Gabriel). Donc impossible de le "réviser". Autre problème: l'Islam n'a pas de "pape" ou d'autorité suprème incontestable et incontestée qui pourrait prendre une telle initiative. Tout cheikh ou imam qui oserait le faire se verrait immédiatement accusé de blasphème ou d'hérésie. La majorié des Musulmans apprend le Coran par coeur mais se garde bien de l'analyser, d'en faire l'exégèse. Ce serait bien trop risqué. La situation est donc bel et bien bloquée, alors que les historiens ont prouvé que dans les premiers temps de l'Islam le Coran a subi plusieurs modifications. Ou plutôt des "substractions" , puisque des passages qui visaient des notables de l'époque ont été purement et supprimés après la mort de Mahomet.
Citer
#2 Renaud Serv du Roy 14-11-2014 11:17
Une autre preuve que le Coran ne peut pas avoir été directement dicté mot à mot par Dieu à Mahomet, comme le prétendent les musulmans : dans la sourate 5, verset 116, Mahomet met en scène Dieu au moment du Jugement Dernier et fait dire à Dieu : "Rappelle-leur le moment où Allah dira : O Jésus, fils de Marie, Est-ce toi qui a dit aux gens, prenez-moi, ainsi que ma mère, pour deux divinités en-dehors d'Allah ?"

Si cela avait été dicté par Dieu, jamais Il n'aurait transmis à son prophète cette hérésie commise à l'époque par des communautés chrétiennes d'Arabie Saoudite que côtoyait Mahomet. Et il ne connaissait pas la théologie de la Sainte Trinité définie beaucoup plus tôt au Concile de Nicée (325).

L'Islam est donc une création humaine, sortie de l'esprit de Mahomet et non une révélation divine.

Gardons toujours à l'esprit la menace proférée par le cheikh Youssouf al-Quaradawi, principal chef des Frères Musulmans en Europe, en 2002 :

"Avec vos lois démocratiques, nous vous coloniserons; avec nos lois coraniques, nous vous dominerons !"

Nous voilà prévenus !
Citer
#1 PELLIER Dominique 14-11-2014 08:02
Je ne comprendrai jamais l'Islam dans ce quelle fait ressortir des versets haineux contre tout non musulman et le comportement respectueux de certains de ses ressortissants. Serais-je naïf devant cette facade? Que croire ?
Modifier de Coran est-il possible quand il nous est clairement et formellement interdit de toucher à un seul caractère de la Bible ? Le Coran n'est-il pas sacré ? Respectons, NOUS, les croyances des autres, si ceux-ci ne respectent pas la nôtre, montrons-nous intelligents, dignes de Dieu, ne rendons pas la haine pour la haine.
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 4 novembre 2017
« La république des privilégiés »

Aucun événement