La Princesse Marie-Marguerite, duchesse d’Anjou, Marraine du 19e Régiment du Génie de Besançon !

Crée en 1876 au sein du 2e Régiment du Génie (2e RG), le 19e bataillon du Génie d’Afrique (19e BG) s’installe à Hussein Dey en Algérie, en 1899. En 1901, il devient le 26e bataillon du Génie (26e BG) et intervient au Siam, au Tonkin, en Chine et à Madagascar. Le 1er mai 1914, le 26e bataillon est dissous et devient le 19e bataillon du génie formant corps autonome (19e BFC). La conduite de ce bataillon est si exemplaire au cours de ce conflit qu’elle lui vaut les inscriptions :

VERDUN 1916

LA MALMAISON 1917

Après la première guerre mondiale, le génie en Afrique du Nord est réorganisé : le 19e BFC, à travers ses nouvelles composantes, les 32e et 45e bataillons du Génie, s’illustre à nouveau lors de la campagne du Rif, au Maroc. En décembre 1924, en effet, la France vient au secours de l’Espagne d’Alphonse XIII, empêtrée depuis 1921 dans une guerre désastreuse contre Abd el-Krim qui veut établir la république du Rif dans le protectorat espagnol, afin d’éviter que ce conflit ibéro-rifain ne se propage au protectorat français au Maroc. L’intervention française est décisive puisque les troupes rifaines sont écrasées lors de l’offensive française vers Fès dès l’hiver et le printemps 1925 ! Abd el-Krim est contraint à la reddition le 30 mai 1926 et est envoyé en exil à l’ile de la Réunion. Cette campagne victorieuse se voit récompensée par une nouvelle inscription :

MAROC 1925

 C’est en 1935 que les deux bataillons sont réunis pour former le 19e régiment du génie (19e RG).

 Survient alors la seconde guerre mondiale. Dès novembre 1942, le 19e RG s’engage dans la campagne de Tunisie avec pour mission de détruire la Deutsches Afrikakorps. Puis il intervient dans les campagnes d’Italie, de France et d’Allemagne au sein du corps expéditionnaire français. Sur chacun des champs d’opérations où ils ont à intervenir, les sapeurs du 19e RG font preuve d’une ténacité exemplaire ! Leur grande valeur au combat vaut à leur drapeau de s’enrichir de nouvelles inscriptions :

TUNISIE 1942-1943

ITALIE 1943-1944

FRANCE 1944-1945

ALLEMAGNE 1945

En 1946, le 19e RG retrouve la caserne Lemercier, à Hussein Dey en Algérie. Il participe encore au conflit indochinois entre 1949 et 1955. De 1954 à 1964, le 19e RG vit durement les événements d’Algérie, tant son implantation en Afrique du Nord est ancienne. A l’issue de ce conflit, la mort dans l’âme, il participe à l’organisation du départ de cette terre Française pour la Métropole en 1964… Il reçoit une dernière inscription pour cette action :

AFN 1952-1962

 Ayant définitivement quitté la caserne Lemercier la veille, le 19e RG, avec à sa tête le commandant Durieux, accompagné de 18 officiers, 60 sous-officiers et 300 hommes de troupes, ainsi que 6 chiens bergers-allemands, arrive à 4h45 le 13 mai 1964 en gare de Besançon…

 Aujourd’hui, le 19e RG est le régiment d’appui génie de la première division de Besançon. Il détient deux composantes majeures et parfaitement complémentaires : l’appui génie au combat et l’appui au déploiement, ce qui en fait le régiment le plus complet et le plus polyvalent du génie. Alliant des capacités de combat au contact à celles d’ouverture d’itinéraires et de franchissement, il possède des sections spécialisées : fouille opérationnelle spécialisée, équipes de déminage, plongeurs de combat… Il est enfin l’unique dépositaire des savoir-faire d’appui au déploiement lourd, qui lui permettent de réaliser la plupart des chantiers de type travaux-publics sur tout théâtre d’opération (routes, voies ferrées,…). Son casernement est aujourd’hui le quartier Joffre à Besançon.

Voilà le magnifique régiment de notre glorieuse Armée Française, qui, pour être au service, et c’est son honneur !, du régime actuel, républicain, n’oublie pas pour autant qu’elle demeure l’Armée Royale du glorieux Royaume de France et de son Roi ! Notre armée n’a pas oublié ses illustres maréchaux : Jean Ier Le Meingre dit « Boucicaut le Brave » 1310-1367 ; Pierre de Rohan, comte de Guise 1450-1514 ; François, duc de Montmorency 1520-1579 ; Louis-Victor de Rochechouart, duc de Mortemart, dit le Maréchal de Vivonne 1636-1688 ; Sébastien Le Prestre de Vauban 1633-1707 ; ou enfin, Louis-Auguste-Victor de Ghaisne, comte de Bourmont 1773-1846, dernier maréchal de France à recevoir le bâton avec fleurs de lys que lui envoya le Roi Charles X après sa conquête d’Alger le 5 juillet 1830 !

Et, témoin de cette fidélité exemplaire, en 2014, le colonel de Richoufftz de Manin, chef de corps de ce 19e RG jusqu’en 2016, entreprit l’admirable démarche de solliciter de la princesse Marie-Marguerite de Bourbon, duchesse d’Anjou, Madame, Reine de France par son mariage avec notre Roi de droit, Louis XX, la grâce d’en devenir la Marraine !

Démarche qui toucha énormément Madame, duchesse d’Anjou, qui agréa cette demande avec reconnaissance.

Voici la courte allocution que Madame prononça lors de sa visite de remerciement à ce glorieux régiment, les 18 et 19 janvier 2017, désormais son « régiment-filleul » :

«  Colonel,

Messieurs les Officiers,

Messieurs les Sous-Officiers,

Messieurs les Militaires du Rang du 19ème Régiment du Génie, mon Filleul,

Je ne sais qui est le plus ému d’entre nous. Sans doute pas vous, officiers, sous-officiers et militaires de tout rangs, dont le métier est de savoir répondre à toutes les situations, des plus simples aux plus dangereuses, selon votre fière devise « entreprendre et réussir, d’un bloc ! ».

Mon émotion est grande d’avoir été choisie comme marraine par votre unité, le 19eme Régiment du Génie.

Depuis que votre précédent Chef de Corps m’en a fait la demande, j’ai ressenti un immense honneur et j’ai aussi compris le poids des responsabilités.

En effet, être marraine engage celle qui accepte.

La Marraine doit savoir répondre « présent » dans les moments de joie comme dans ceux de gravité. 

Aujourd’hui, heureusement, nous sommes dans un temps de joie. Tout d’abord nous faisons connaissance ce qui est agréable et je sais que vous m’avez préparé un beau programme ; ensuite, cette réunion me permet de vous adresser mes vœux les plus chaleureux pour la nouvelle année. Je les forme pour toutes vos activités menées ici, à Besançon, ou hors de nos frontières quand vous partez en mission, comme c’est actuellement le cas pour une partie de l’unité. J’adresse ces vœux aussi pour toutes vos familles, vos femmes, vos enfants et vos parents.

Comme mère et épouse croyez bien que je ressens tout à fait ce que vos femmes peuvent éprouver. Autant nous nous sentons protégées quand nos époux ou pères sont là, autant nous sommes inquiètes, quand leur devoir les appelle au loin. J’imagine combien cela est plus intense dans le cadre de l’Armée.

J’ai hâte de participer à ces deux journées durant lesquelles je vais avoir l’occasion de découvrir vos activités mais aussi cette ville et son activité hippique. 

Mon époux, le Prince Louis qui m’accompagne, partage cette même joie d’être présent pour inaugurer le lien fort unissant désormais le 19e Régiment du Génie et sa Marraine, et avec lui, je renouvelle nos vœux pour vous tous et pour la France.

Merci.

Réception de la Marraine du 19 Régiment du Génie 19 janvier 2017,

11h30 Allocution de la Princesse Marie-Marguerite de Bourbon, duchesse d’Anjou »

 

Franz de Burgos

 

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 28 mars 2018
« Blocage de Montpellier »

Aucun événement