Discours de Louis XX lors du dîner de gala (et photos)

 

 

Discours de Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, duc d’Anjou prononcé lors du dîner du samedi 30 mai 2015 à Vannes offert par le Cercle Jean-Pierre Calloc’h et l’Institut de la Maison de Bourbon

 

 

 

Messieurs les Présidents

Mon cousin

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs,

Cher Amis,

Mon épouse, la Princesse Marie-Marguerite et moi-même, sommes vraiment très heureux de nous trouver ce soir parmi vous sur cette terre bretonne où se mêlent si bien modernité et fidélité aux traditions.

La visite que nous y effectuons durant ces trois journées le montre bien. Le tricentenaire de la mort de Louis XIV en fut le prétexte avec les rencontres et réceptions par les différentes autorités durant cette journée passée à Port-Louis et Lorient, et demain notre étape à Sainte-Anne-d’Auray. Son sanctuaire est marqué à tout jamais par les prières que la Reine Anne d’Autriche y adressa pour la naissance tant attendue de l’héritier du royaume. Cela prend tout son sens en cette veille de fête des Mères, occasion pour moi, de saluer toutes les mères ici présentes, à commencer par ma chère épouse.

Mais, comme dans tous nos déplacements, nous avons aussi voulu y associer une approche des aspects les plus modernes de votre région notamment en matière de Défense et d’économie. La royauté, en effet, n’a pas à être une nostalgie mais, au contraire, doit aider à préparer l’avenir. C’est ainsi que nous sommes dignes de l’héritage reçu. Merci donc au Cercle Jean-Pierre Caloc’h d’avoir su organiser ces trois jours qui illustrent tous les aspects de la Bretagne à la fois fidèle à son histoire et si contemporaine.

Tradition et modernité. Il me semble que depuis que je suis devenu chef de la Maison Capétienne, héritier des rois de France, c’est le message que je veux faire passer. Les traditions sont peu de choses lorsqu’elles ne sont que conservatisme. Elles sont beaucoup lorsqu’elles permettent d’ouvrir sur le présent et le progrès. Elles sont peu lorsqu’elles ne

sont que regrets du passé. Elles sont beaucoup, en étant espoir et encouragement à la jeunesse et à l’innovation.

Ainsi, sur cette terre bretonne qui a su donner lorsqu’il le fallait, son sang pour défendre ses prêtres, son roi et ses libertés provinciale, j’apprécie le travail effectué par toutes les associations qui entretiennent ce souvenir. Elles continuent à être fidèles aux principes qu’incarne la royauté. Ainsi, en plus de votre cercle Jean-Pierre Calloc’h, je veux saluer toutes celles réunies sous l’égide de la Fédération bretonne légitimiste, importante composante de l’Union des Cercles Légitimistes de France. Je veux citer aussi le Cercle Chateaubriand et les différentes associations Chouannes. Ces dernières maintiennent le souvenir de ces épisodes si douloureux souvent occultés alors que toute une province paya un lourd impôt du sang pour être fidèle à Dieu et à son Roi. Mais je sais aussi que cette mémoire est défendue par d’autres que je ne veux pas manquer d’évoquer, à commencer par les municipalités comme celle de Brech qui s’engage dans un important programme de restauration. Ainsi, je suis heureux de confirmer que l’Institut de la Maison de Bourbon, l’organisme culturel, voulu par mon Grand-Père, engagera pour ce chantier une partie des fonds qu’il consacre au mécénat. Tous ensembles nous devons œuvrer pour cette mémoire qui est due à la Bretagne mais aussi à toute la France. L’unité est gage de succès.

Doivent s’unir et se conforter toutes les associations, les bonnes volontés publiques et privées, les autorités religieuses et civiles, les forces vives de l’économie et des sciences, les chercheurs et les enseignants.

Nous sommes des héritiers mais nous ne devons pas cacher notre trésor. Nous devons au contraire le faire fructifier. Tel est notre devoir. Nous avons un héritage à transmettre. Nous devons faire vivre et croître ce que nous avons reçu, par respect pour ceux qui nous ont précédés et pour préparer l’avenir de nos enfants.

Merci de m’avoir écouté.

Louis, duc d’Anjou 

___________________________________________________

Ndlr : Nous remercions vivement Monsieur Nicolas Chotard, chroniqueur régulier de Vexilla Galliae et président du Lys de France, pour l’ensemble des photos envoyées par ses soins et publiées dans cet article.  

Le cocktail 

cadeau offert au prince : l'arbre représente les différentes branches des Bourbons

le départ

Commentaires  

#10 LE MINTIER DE LEHELE 28-06-2015 19:05
Stéphanie de Tournon, vous oubliez le journal LE TELEGRAMME qui a longuement relaté le passage du Duc d'ANJOU dans le Morbihan.
Citer
#9 C de La Pastellière 25-06-2015 12:25
Je constate avec plaisir qu'un abbé EN SOUTANE était présent. La royauté ne peut aller qu'avec la messe traditionnelle, c'est à dire le "rite extra-ordinaire " comme l'a nommé SS Benoît XVI.
Citer
#8 Le Roy 31-05-2015 12:33
Merci mon seigneur d'être venu en terre bretonne,région dont je suis originaire.
Merci pour votre discours plein d'espoir et de votre recueillement à Saint Anne D'Auray, lieu de pèlerinage car la France le mérite tant et dont le religion catholique est mise à mal avec les fondamentaliste s musulmans que ce soit en Europe ou au Motyen Orient.
Que Dieu vous protèges, vous et votre famille car vous êtes notre espoir pour notre patrie car la république est à bout d'un système qui ne fonctionne plus devenue une Ripouxblique!
Citer
#7 Pascal 31-05-2015 12:29
A Reims , Monseigneur ! La vraie France prie pour vous et votre gentille Famille royale ! Nous sommes vos obligés !

Par Dieu , par Vous mon Roy, vive la France !
Citer
#6 Ventrachoux 31-05-2015 11:04
Breizh atao
Vive le retour du roi pour le retour des anciennes Libertés provinciales.
Vive la France
Vive le Roi
Citer
#5 Seguin jean-hugues 31-05-2015 09:59
Merci Monseigneur pour cette visite memorable! Gloire à vous et votre famille . Vive Dieu vive le Roy et vive laFrance
Citer
#4 Robert Michel 31-05-2015 09:05
Il nous reste à partager, c'est un devoir à exécuter par plaisir.
Citer
#3 Dominique 31-05-2015 09:03
Nous qui vivons un véritable enfer avec la république et un président de la république complètement amoral dans sa vie privée, je crois vivre un rêve depuis que notre Roi, bon père et bon époux à l’image de son saint patron parle en authentique chef d’État en Bretagne, cette région d’où vient mon arrière-grand-m ère paternelle, née Marie-Anne Rimasson, le 14 septembre 1840 à la Roche-Bernard, dans le Morbihan, sous la Monarchie de Juillet.
Puisse Dieu bénir la France et protéger notre Roi et tous ses proches, le conduire à Reims afin que la France retrouve son âge d’or avec la Monarchie. Vive le Roi ! Mort à la république anticatholique !
Citer
#2 Stéphanie de Tournon 31-05-2015 05:55
Merci infiniment pour cet article et ces superbes photographies qui donnent à chacun de voir nos Princes et d'informer.
J'ai eu beau éplucher la presse locale : pas une ligne, pas un mot dans la presse locale ou régionale sur ces deux journées déjà.
Chut le peuple Français ne doit pas savoir qu'il a un Prince. Il pourrait lui prendre l'envie de déterminer de son avenir et de sortir de cette oligarchie ploutocrate.... Vous méritez donc le juste titre de : média d'informations.
Merci
Citer
#1 Ivannick 31-05-2015 04:19
L'amour de son royaume, le bien être de ses sujets, telles sont les sentiments qui émanent de celui qui incarne notre pays à travers ses mots.

Comme cela diffère des discours "prêt à porter" écrits par les grattes-papiers de l’Élysée, des mots sans saveurs pour des "sans-dents".
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 14 mai 2017
« La République, ça s'hérite ! »

26/05 | Pèlerinage pour le Roi et la France au Puy-en-Velay
10/06 | Journée hommage à Jean-Nicolas Stofflet en Lorraine
17/07 | Université Saint-Louis 2017, Camp Chouan