Français, Belges, réveillez-vous !

Chaque fois qu'un acte antisémite est commis, les pouvoirs publics et les médias le minimisent: acte d'un déséquilibré, nous affirme-t-on. Quand donc ouvrira-t-on les yeux? Combien d'Ilan Halimi, de Toulouse, de Bruxelles, nous faudra-t-il pour qu'enfin l'on comprenne ce qui est en train de se développer, de se répandre, tant en France qu'en Belgique?

Les fantômes du passé sont en train de ressurgir. 69 ans après la fin de l’horreur des camps d’extermination nazis, 70 années après la disparition d’une certaine France qui avait poussé l’avilissement jusqu’à participer à la traque d’hommes, de femmes et d’enfants dont le seul tort était d’être juifs, il semblerait que l’antijudaïsme soit de retour dans nos pays. Sans doute n’avait-il jamais complètement disparu. Mais ceux qui éprouvaient au fond d’eux-mêmes de tels sentiments n’osaient pas les exprimer publiquement. Aujourd’hui, ils ne semblent plus avoir honte d’éructer leur haineuse ignorance. Aujourd’hui, certains n’hésitent plus à défiler à Paris ou ailleurs en hurlant « Juif ! La France n’est pas à toi ! »  ou « Juifs dehors !» 

Samedi 24 mai, un tueur a froidement abattu  de paisibles visiteurs et employés au Musée Juif de Bruxelles. Il y a deux ans, un autre assassin tuait trois enfants et le père de deux d’entre eux devant une école juive de Toulouse. En janvier 2006 il y eut le martyre d’Ilan Halimi, enlevé, séquestré, torturé à mort par la racaille qui avait choisi sa victime pour son appartenance à la communauté juive. Et puis, il y a aussi tous ces actes de brutalité, ces Juifs agressés ou menacés à leur sortie de synagogues ou tout simplement parce qu’ils portaient une kippa.  Même la paisible Principauté d’Andorre ne semble plus être à l’abri des méfaits de cette bête immonde : le 18 avril dernier, un jeune homme de 21 ans a été sauvagement frappé par un groupe de cinq jeunes néo-nazis, à la sortie d’une discothèque, lui causant sept fractures au visage. Dans un tel climat antisémite, les Juifs se sentent de plus en plus menacés. Nombre d’entre eux envisagent à présent d’aller s’installer en Israël. Les statistiques témoignent d’ailleurs d’une augmentation sans précédent du nombre de Juifs français à avoir fait leur « alya », ces derniers mois.

Comment en est-on arrivé là ? La polémique suscitée par un triste pitre qui n’a pas hésité à utiliser la pire tragédie du XXe siècle comme fonds de commerce en est-elle la cause ? La montée de l’islamisme dans les banlieues en est-elle une autre ? Le conflit israélo-arabe, qui n’est qu’un prétexte, est depuis trop longtemps instrumentalisé par certains dans le seul but de pouvoir assouvir leur haine du Juif, qu’ils masquent, bien maladroitement, sous l’étiquette « antisioniste ». Savent-ils seulement, ces ignares, ce qu’est le sionisme ? Ont-ils jamais entendu parler de Théodore Herzl ?

Les responsables de ces débordements haineux ne sont pas nécessairement les incultes qui hurlent leur haine du Juif. Ce sont plutôt ceux qui, plus instruits, répandent cette haine sur internet, bien à l’abri, cachés sous des « pseudonymes ». Les responsables, ce sont aussi ces gens éduqués qui osent mettre en doute la réalité du génocide perpétré par les nazis, ou ceux, souvent les mêmes, d’ailleurs, qui n’hésitent pas, dans une abjecte falsification historique, à traiter les Israéliens de « bourreaux nazis », tout en présentant les tueurs obscurantistes du Hamas comme de courageux « résistants ». J’en connais qui n’hésitent pas à étaler leur pseudo érudition, toujours sur internet, pour expliquer à n’en plus finir que les Juifs sont responsables de tous les malheurs du monde, de la Révolution française, de l’autre (la bolchévique), de la Première Guerre Mondiale ou des diverses crises économiques. Sans parler des ignobles « complotistes » qui osent affirmer que ce sont les Juifs qui sont derrière les attentats du 11 septembre 2001 et même de ceux commis par l’assassin de Montauban et de Toulouse, dont je me refuse à écrire ici le nom. Lourde aussi est la responsabilité des politiques qui vident les programmes d’Histoire de toute substance, ou celle des enseignants qui n’osent pas (ou ne veulent pas) aborder la Shoah en classe, par crainte de heurter la « sensibilité » de certains élèves.

Soyons clairs : une rencontre a eu lieu, une alliance est née. La vieille extrême droite antisémite, qui n’avait jamais complètement disparu, même si elle était marginalisée et décrédibilisée depuis 1945, a rencontré l’antijudaïsme musulman et l’ultra gauche « antisioniste ». C’est cette alliance objective qui est à l’origine du climat actuel. C’est elle qui a réussi à libérer la parole de haine des propagateurs du nouvel antisémitisme.

Des centaines, peut-être des milliers, de Français et de Belges musulmans sont partis en Syrie faire le « djihad ». Ces radicaux sont en train d’y acquérir une expérience militaire mais aussi et surtout une expérience en atrocités. Ils reviendront encore plus fanatisés et plus aguerris. Ils représenteront alors un danger mortel pour la société et les valeurs démocratiques occidentales. Des actes tels que ceux de Toulouse ou de Bruxelles ne manqueront pas de se multiplier.

Il est donc grand temps que les Français, que les Belges, se réveillent, quelles que soient leurs origines, leurs croyances ou leurs affiliations politiques. Ils doivent prendre conscience du péril qui menace leurs pays. Face à la haine brute et au délire raciste exprimés par quelques milliers d’imbéciles intoxiqués de mensonges et de préjugés, il est plus que jamais nécessaire d’oser dire non, et de renvoyer cette abjection aux poubelles de l’Histoire d’où elle n’aurait jamais dû sortir.

Lorsque cela se sera produit, il s’agira de garder le couvercle bien fermé, cette fois.

Hervé Cheuzeville

Commentaires  

#10 Dofiar 20-07-2014 22:40
L'antisémitisme n'est pas une opinion, c'est une barbarie.
Citer
#9 jean-yves Pons 20-07-2014 16:10
En vérité, que se passe-t-il aujourd’hui dans notre pays ?
Pas un seul jour sans un ou plusieurs actes antisémites sur lesquels les médias officiels font silence (mais dont je peux vous assurer la réalité).

Des insultes aux personnes aux cocktails Molotov contre des synagogues. Des tags sur des commerces ou des édifices religieux aux violences physiques les plus ignobles. Tout cela ne se passait pas qu’à l’époque du régime national socialiste en Allemagne.

Tout cela se passe aujourd’hui, chez nous, en France.

Et qui sont les coupables ? Ceux qui se revendiquent d’une religion de la haine et de la mort. Ceux-là même que le pouvoir en place ne cesse de caresser dans le sens du poil tant il en a peur, cherchant désespérément à acheter une paix sociale qu’il n’obtiendra jamais car ils sont là pour détruire.

Ce pouvoir n’oublie qu’une chose : les juifs ne sont jamais que les premiers. Les autres suivent toujours…un jour ou l’autre.

Et encore un cadeau empoisonné de la République à la France !
Citer
#8 Villehardin 06-06-2014 17:04
La RIF (république islamique de France) avance à grands pas et tant que nous n'aurons pas compris cela ...
Citer
#7 Cheuzeville Hervé 04-06-2014 16:28
Monsieur Etandard: Vous avez raison en ce qui concerne les tueries antijudaïques (Toulouse, Bruxelles): elle ont été et sont encore très médiatisées (même si l'on met un certain temps à admettre qu'en effet, ces tueries visaient des Juifs parceque Juifs). En écrivant ma tribune, je pensais à tous ces actes visant des Juifs, tels que celui de Créteil le 24 mai, celui d'Andorre le 18 avril ou bien ceux durant lesquels des personnes portant la kippa sont insultées, aggressées, ou bien encore aux tags haineux sur les pierres tombales, sur les synagogues ou même les domiciles juifs. Ceux-là ne sont pas médiatisés, et ils sont souvent mis sur le compte de "déséquilibrés" . Mais ce sont tous ces incidents quotidiens, plus ou moins graves, qui contribuent à créer un climat insupportable pour nos compatriotes juifs, comme en témoigne parfaitement Isabelle Cohen dans son propre commentaire.
M. Ventrachoux: Il y a une énorme différence entre la Shoah et d'autres génocides plus anciens, tels que celui de la Vendée. Cette différence, c'est précisément l'ancienneté. Il faut en effet tout faire pour que l'on sache et que l'on se souvienne de ce qui s'est passé en Vendée il y a 220 ans. Cependant, aujourd'hui, il n'y a plus ni de survivants, ni d'enfants ou de petits-enfants de survivants. La douleur est donc plus vive, plus présente, plus réelle pour les horreurs de la Seconde Guerre Mondiale que pour celles de la Terreur.
M. Georlette: l'antisémitisme , ou plutôt l'antijudaïsme (pour être plus précis) est une réalité, que ce soit en France ou en Belgique. Il a connu une nouvelle jeunesse grâce à l'importation et à la récupération du conflit israélo-arabe par une jeunesse d'origine maghrébine en mal d'identité et de valeurs, qui s'est identifiée aux "Palestiniens" de l'intifadah. J'ajoute à cela que cette récupération/id entification s'est basée sur un fond antijudaïque musulman bien réel et très ancien, qui s'appuit d'ailleurs sur certaines sourates du Coran et sur certains hadiths. Quant aux actes "islamophobes", ils sont généralement moins graves que les actes antijudaïques, mêmes s'ils sont également inexcusables. Il s'agit souvent de grafitis. Enfin, comme vous le savez, la moindre critique de l'islam ou de son prophète est toujours perçue comme de l'islamophobie, alors que l'on tolère les critiques du christianisme ou du judaïsme.
M. Legendre: comme vous l'écrivez fort bien, Israël est la seule démocratie du Moyen-Orient. Une démocratie ou les "opprimés" élisent des représentants à la Knesset qui peuvent dirent librement tout le mal qu'ils pensent d'Israël! Les Arabes israéliens ont certainement un niveau de vie et des droits démocratiques et sociaux bien supérieur à ceux des Arabes des pays voisins. Quant aux "Palestiniens", leur situation injuste est en grande partie causée par les actes de leurs leaders passés et présents, ainsi que par ceux des dirigeants arabes, là aussi passés et présents. Ayant vécu 25 ans en Afrique subsaharienne, j'ai tendance à considérer la misère palestinienne comme très relative, en comparaison avec ce que j'ai pu voir au Soudan du Sud ou ailleurs. Ce qui ne veut pas dire, bien sûr, que le sort des Palestiniens ne devrait pas s'améliorer...
Citer
#6 Benoît LEGENDRE 30-05-2014 12:20
Votre article, monsieur de Cheuzeville est clair , net et sans fioritures, bravo ! Il n'y a rien à redire...
Mais je ne peux m'empêcher de penser à la situation que connaît la Palestine depuis 1947 : d'un côté un état moderne et démocratique (le seul dans cette région du monde), de l'autre une population pauvre et méprisée, jouet des intérêts des pays arabes, et surtout victime du fanatisme religieux ; d'un côté des citoyens libres dont bon nombre souhaitent vivre en paix, de l'autre des gens aveuglés par la haine et le ressentiment ; d'un côté l'opulence et la santé, de l'autre la misère et le manque de soins... C'est Ben Gourion je crois qui a dit :"Nous avons été des opprimés, ne devenons pas des oppresseurs"
C'est l'injustice criante que subit le peuple palestinien depuis 1947 qui est, à mon avis, à l'origine de tous ces actes odieux dont sont victimes des innocents qui représentent "l'oppresseur" aux yeux de beaucoup d'Arabes en Europe ou ailleurs... et la construction continue de nouvelles colonies n'arrange pas les choses ! Mais pour finir, cette alliance entre extrême droite européenne restée fondamentalemen t antisémite et radicaux religieux venus (revenus, hélas) d'Orient a de quoi inquiéter ! Et je ne vois pas du tout notre union européenne agir dans le bon sens, vu que seuls l'avidité des financiers américains semble être un sujet de soumission intéressant à ses yeux...
Vive le roi !
Citer
#5 Christian GEORLETTE 29-05-2014 14:37
L’attentat du musée juif à Bruxelles donne lieu à deux interprétations :

Hypothèse judiciaire : un couple de citoyens israéliens composé de deux ex membres de services spéciaux israéliens (au niveau du consulat israélien à Berlin et du « Nativ ») a été froidement exécuté (liquidation ciblée) par un professionnel dont le mode opératoire est proche de celui des braqueurs professionnels Estoniens et qui a ensuite abattu les témoins potentiels.

Dans la presse belge : réveil de l’antisémitisme en Belgique, la Belgique sous le choc, vague d’antisémitisme en Belgique, carnage antisémite à Bruxelles.

La presse belge me donne l’impression d’utiliser l’antisémitisme comme fond de commerce et est certainement responsable de l’entretien d’un climat malsain qui bénéficie à terme aux vrais antisémites. D’une façon plus générale, la presse relaie cette réalité que tout acte, parole ou critique, aussi répréhensibles soit-il, à l’encontre de l’état Israélien, est assimilé à de l’antisémitisme .

Par ailleurs, Je demeure convaincu qu’il ne faut pas amalgamer la gravité de l’antisémitisme prévalant en France avec la situation en Belgique, même si l’antisémitisme y est toujours une réalité. L’existence de lois contre le racisme, le négationnisme, etc., en Belgique donne quelques indicateurs qui permettent d’appréhender la dimension de l’intolérance par rapport à plusieurs groupes dans la société.

Sur 1.527 dossiers traités par le « Centre interfédéral pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme et les discriminations » (*), 85 concernaient des faits antisémites et négationnistes (dont 4 avec violence), alors que près de 280 concernaient des faits « islamophobes ». Si ces dossiers ne représentaient sans doute que la partie visible de l’iceberg, la proportionnalit é demeure.

Ainsi, les musulmans sont en Belgique les principales victimes de racisme, haine et intolérance, avec notamment 35% de la population belge qui pense que les maghrébins menacent notre culture et nos usages. J’ai été assez surpris de lire dans les programmes électoraux récents des « interdiction systématique du voile islamique, STOP immédiat à l’immigration, à l’égorgement rituel des animaux de boucherie » etc. Toutes choses ciblées contre les « musulmans » les « arabes ».

Ce que je veux simplement dire, c’est qu’il il n’y a rien de tel contre les juifs en Belgique. Mais on voudrait nous le faire croire, et là se trouve le réel danger antisémite. A force de crier à l’antisémitisme en Belgique, on va en faire une réalité dans la tête des gens et inspirer auprès de crapules des actes antisémites encore plus ignobles et que ces crapules trouveront justifiés dans l’air du temps.


(*) http://www.diversite.be/sites/default/files/documents/publication/cgkr_00668_01_jvs_discdiv_fr.pdf
Citer
#4 Ventrachoux 29-05-2014 14:26
Bien sûr qu'il faut honnir le nazisme et les nazillons, mais il faudrait aussi toujours rappeler que cette plaie comme le communisme sont des régimes athées et que, parmi les premiers internés en camp de concentration furent des prêtres en haine de la religion chrétienne. Il est vrai que certains nient l'holocauste, mais admettez toutefois qu'ils sont ultras minoritaires. Combien de Français savent que la République a commis un génocide anti-Chrétien en Vendée ? Génocide toujours pas reconnu par les hautes instances dirigeante actuelles !
Citer
#3 François Etendard 27-05-2014 18:29
Je cois avoir une appréciation différente de la votre sur quelques points, notamment le traitement de ces tristes affaires par les medias et les pouvoirs publics. Tout d'abord, je n'ai jamais entendu un journaliste ou un homme politique qualifier ces différends assassins de "déséquilibrés" . De plus, ces affaires n'ont JAMAIS été minimisée. Par exemple, lors de l'affaire Merah, l'ensemble des candidats à la présidentielle ont interrompu leur campagne. Pour l'affaire Ilan Halimi, un film vient d'être consacré à cette affaire. Enfin, pour la tuerie de Bruxelles, tous les medias ont largement couvert ce fait divers.
J'ai du mal à croire l'antisémitisme minimisé, quand nos dirigeants se rendent chaque année au diner du CRIF ; quand ces memes dirigeants assurent que la fusillade de Bruxelles est antisémite, alors que l'on n'en sait rien (et elle présente peut-être d'autres causes : ainsi, deux des victimes seraient liées aux services secrets israëliens). Quant à l'affaire Halimi : il y a quelques temps, une jeune Française a été violée en raison de son origine (à Evry il me semble). Pour elle, ni tapage politico-mediat ique, ni film...
Toutefois, je partage totalement vos préoccupations concernant les djihadistes syriens.
Citer
#2 Isabelle Cohen 27-05-2014 17:19
La situation en Europe est de plus en plus inquietante en effet. Personnellement j'ai quitte la France il y a 20 ans deja, mais je m'inquiete sans arret pour mes proches qui y vivent encore. La montee des partis d'extreme droite dans toute l'Europe lors des dernieres elections ne va pas ameliorer l'ambiance...
Citer
#1 PELLIER Dominique 27-05-2014 09:05
Allez, il faut bien un responsable à nos malheurs! Malheureux, pourquoi les Juifs plus que quiconque, et maintenant même les Chrétiens! allons! balayez devant chez vous d'abord. Ignorants, débiles, jeunes idiots ! Et encore, vous n'etes peut-être même pas responsables, il y en a derrière vous qui vous poussent et dont vous paierez les crimes à leur place ! Instruisez-vous , cherchez la vérité, ne prenez pas pour argent comptant ce que des imbéciles veulent vous faire croire !!! Pesez tout ce qu'on vous dit, faites vous une opinion, affirmez vous en ayant vos convictions propres, non celles de vos gourous. Etes vous adultes assez pour réfléchir ?
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 22 avril 2017
« Présidentielle : l'impossible choix »

02/05 | [Conférence à Paris] "Il y a quelque chose de pourri au royaume de France"
04/05 | [Conférence à Paris] "Les grands dîners qui ont fait l'Histoire de France"
26/05 | Pèlerinage pour le Roi et la France au Puy-en-Velay
10/06 | Journée hommage à Jean-Nicolas Stofflet en Lorraine
17/07 | Université Saint-Louis 2017, Camp Chouan