Non à l’agression colonialiste en Syrie !

Nous sommes en train de revivre le scénario de l’invasion de l’Irak en 2003. Rappelons-nous : à cette époque, toute la propagande américaine, soutenue par le Royaume Uni, était axée sur l’affirmation qu’il existait alors en Irak des « armes de destruction massive ». C’est sur ce prétexte que la guerre a été déclenchée, entraînant une guerre civile qui dure toujours, alors que l'on n’a jamais trouvé trace de ces armes de destruction massive.

Des inspecteurs de l’ONU ont été envoyés en Syrie pour effectuer une enquête sur la réalité de l’utilisation d’armes chimiques, mais ils ne doivent « en aucun cas chercher à désigner les responsables d’une telle attaque » (Le Figaro du 27 août). Si le fait s’avère certain, personne ne sait, en fait, qui est à l’origine de cette utilisation. On aurait pu au moins demander aux enquêteurs de faire un minimum de sondage sur l’identité des victimes. Cela n’a pas été fait, ce qui permet au président Poutine de déclarer : « Concernant la position de nos amis américains, qui affirment que les troupes gouvernementales [syriennes] ont utilisé [...] des armes chimiques et disent avoir des preuves, eh bien, qu'ils les montrent aux enquêteurs des Nations unies et au Conseil de sécurité. S'ils ne le font pas, cela veut dire qu'il n'y en a pas ».

Il est intéressant, à ce sujet, de prendre connaissance d’une information que publie le journal Le Monde du 26 août 2013 : « la CIA a aidé Saddam Hussein à mener des attaques chimiques contre l'Iran en 1988. C'est ce qu’affirme Foreign Policy, documents déclassifiés et témoignages de hauts gradés américains à l'appui ».

La Lettre d’Informations Economiques Stratégiques Internationales va dans le même sens : « N’oublions pas qu’en mars 2013, quand un événement similaire à celui évoqué aujourd'hui (utilisation d'armes chimiques), fut provoqué dans la région d’Alep (Syrie), le gouvernement Assad a demandé à l’O.N.U. de dépêcher des inspecteurs afin d’enquêter sur l’incident. On comprend que les médias occidentaux aient étouffé cette histoire ». 

Les armes chimiques ont été utilisées contre le peuple syrien

par des agents extérieurs et non par son gouvernement 

Ceci est d’ailleurs confirmé par le fait que les inspecteurs de l’ONU ont été mitraillés par des snipers. Ce sont donc bien les terroristes qui sont gênés par leur arrivée et non le gouvernement syrien. C’est aussi la position officielle du gouvernement syrien.

Alors, comment se fait-il que la « communauté internationale », François Hollande en tête, ait décrété le gouvernement syrien responsable ? C’est tout simplement de la manipulation de l’opinion publique, exactement comme cela a été pratiqué en préparation de la guerre d’Irak en 2003. C’est extrêmement grave. La guerre dans laquelle nous risquons d’être entraînés peut nous conduire à la 3ème guerre mondiale.

Tout cela pour servir les intérêts américains et leur allié Israél. Cela confirme au passage que les partis de droite et de gauche qui nous gouvernent sont des « partis de l’étranger ». Ils ne sont pas au service de la France. Nous retrouvons là derrière l’idéologie mondialiste, qui veut mettre en place un gouvernement mondial. L’Union Européenne en représente une première étape. Cette même idéologie nous amène à adhérer à l’OTAN, organisation militaire contrôlée par les Etats-Unis, comme chacun sait. 

La logique mondialiste nous conduit à devenir les mercenaires des américains

En fait, deux camps sont face à face : d’un côté les Etats-Unis, Israël et leurs alliés, y compris Al-Qaïda, et de l’autre côté les Etats musulmans qui veulent préserver leur autonomie, hier l’Irak et la Libye, aujourd’hui l’Iran, la Syrie et d’autres ainsi que leurs alliés, la Russie en particulier.

C’est le camp des agresseurs face aux agressés et à leurs alliés. La France, qui s’est toujours voulu le défenseur des opprimés, doit prendre position contre cette menace ignoble d’agression.

Hors de l’OTAN, une autre alliance est possible, l’alliance avec la Russie, qui partage notre culture et notre histoire. C’est la seule façon de nous sortir du processus de guerre qui est enclenché.

                                                                                            Georges Tartaret

 

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 16 juin 2017
« La République en marche ! »

17/07 | Université Saint-Louis 2017, Camp Chouan