Soutien à la Syrie !

A la date où ce document est rédigé, on ne connaît pas encore le degré d’implication des pays occidentaux dans le conflit avec la Syrie, mais on peut malheureusement le prévoir.

Nous sommes en train de revivre le scénario de l’invasion de l’Irak en 2003. Rappelons-nous : à cette époque, toute la propagande américaine, soutenue par le Royaume Uni, était axée sur l’affirmation qu’il existe en Irak des « armes de destruction massive ». C’est sur ce prétexte que la guerre a été déclenchée, entraînant une guerre civile qui dure toujours, alors qu’on n’a jamais trouvé trace de ces armes de destruction massive.

Des inspecteurs de l’ONU ont été envoyés en Syrie pour effectuer une enquête sur la réalité de l’utilisation d’armes chimiques. mais ils ne doivent « en aucun cas chercher à désigner les responsables d’une telle attaque » (Le Figaro du 27 août). Si le fait s’avère certain, par contre personne ne sait, en fait, qui est à l’origine de cette utilisation. On aurait pu au moins demander aux enquêteurs de faire un minimum de sondage sur l’identité des victimes : ou bien ce sont pour la plupart des étrangers au pays, n’y ayant aucun lieu de résidence et alors ce serait une attaque du gouvernement syrien, ou bien il s’agit essentiellement de ressortissants syriens et, dans ce cas, la responsabilité de l’attaque revient aux terroristes qui attaquent la Syrie, même s’il y a parmi eux quelques ressortissants syriens.

Il est intéressant, à ce sujet, de prendre connaissance d’un information que publie le journal Le Monde du 26 août 2013 : « la CIA a aidé Saddam Hussein à mener des attaques chimiques contre l'Iran en 1988. C'est ce qu’affirme Foreign Policy, documents déclassifiés et témoignages de hauts gradés américains à l'appui ». Il y a donc un précédent qui donne à penser que, encore une fois

les armes chimiques ont été utilisées contre le peuple syrien

par des agents extérieurs et non par son gouvernement

Ceci est d’ailleurs confirmé par le fait que les inspecteurs de l’ONU ont été mitraillés par des snipers. Ce sont donc bien les terroristes qui sont gênés par leur arrivée et non le gouvernement syrien.

Alors, comment se fait-il que la « communauté internationale », François Hollande en tête, décide que c’est le gouvernement syrien le responsable ? C’est tout simplement de la manipulation de l’opinion publique, exactement comme cela a été pratiqué en préparation à la guerre d’Irak en 2003.

C’est extrêmement grave. La guerre dans laquelle nous risquons d’être entraînés peut nous conduire à

la 3ème guerre mondiale

Tout cela pour servir les intérêts américains. Cela confirme au passage que les partis de droite et de gauche qui nous gouvernent sont des « partis de l’étranger ». Ils ne sont pas au service de la France.

Nous retrouvons derrière tout cela l’idéologie mondialiste, qui veut mettre en place un gouvernement mondial. On commence par nous dire que la mise en place d’une monnaie unique, l’euro, augmenterait la croissance économique, alors que c’est tout le contraire. Puis on nous dit que cette monnaie unique fonctionnerait mieux s’il y avait un gouvernement de l’Europe. Et c’est l’instauration de l’Union Européenne avec le traité de Lisbonne. Mais dans le même temps – on ne l’a pas crié sur les toits – on a fait avaler aux peuples européens que la création de l’Union Européenne implique leur soumission à l’OTAN, organisation militaire contrôlée par les Etats-Unis, comme chacun sait.

La logique mondialiste nous conduit à devenir les mercenaires des américains

C’est pourquoi la France doit de toute urgence – pour des raisons à la fois économiques, politiques et militaires – abandonner l’euro, quitter l’Union Européenne et sortir de l’OTAN.

Une autre alliance est possible, l’alliance avec la Russie, qui partage notre culture et notre histoire. C’est la seule façon de nous sortir du processus de guerre qui est enclenché.

                                                                                                                  Georges Tartaret

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 13 septembre 2017
« C'est pas moi, c'est lui, m'sieur ! »

Aucun événement