Nous, chrétiens, …

"… ne pouvons faire comme Pilate et nous en laver les mains. Nous ne le pouvons. Nous devons participer à la politique car la politique est une des formes les plus hautes de charité chrétienne parce qu’elle cherche le bien commun. Les laïcs chrétiens doivent donc s’engager en politique.

Ce n’est pas facile ; la politique est devenue trop sale. Mais je m’interroge : pourquoi est-ce devenu sale ? Peut-être parce que les chrétiens ne s’y impliquent pas, dans un esprit évangélique. Travailler pour le bien commun est un devoir chrétien, et bien souvent la manière de travailler à cela se fait par la politique."

Tel est le message que nous adresse à tous le Très Saint Père.

Léon XIII en son temps avait fait et manqué un pari. Il avait pensé qu'en poussant les catholiques à jouer le jeu de la république, celle-ci finirait par se christianiser. On a pu voir le résultat. Aujourd'hui, après des mois de combat, une bataille a été perdue. Mais cette défaite, car c'est est une, ne sonne pas la débandade. Les Français par millions se sont réveillés, pour beaucoup cette lutte a réveillé leur foi. D'autres se sont reconnus dans les valeurs de l'Eglise, grâce au courage de ces centaines de milliers de jeunes gens pacifiques qui ont presque tout enduré de la part de forces de l'ordre contraintes d'obéir à des ordre iniques et pour beaucoup illégaux.

La jeune génération est en train de montrer à ses parents quelle est la voie à suivre. Ne pas abandonner, ne rien lâcher, jamais. Ne pas abdiquer devant la légalité, surtout si elle est illégitime. Les socialistes vénèrent la légalité, à leurs yeux, c'est l'alpha et l'oméga de la vie publique. Exit toute considération morale. Ce faisant, ils se mettent au niveau de n'importe quel totalitaire. Il y a quelques décennies, la légalité c'était, par exemple, les lois de Nuremberg, les lois sur la collectivisation forcée. Ça a donné les camps et l'holodomor. Fort heureusement, il y avait des hommes et des femmes pour contester la légitimité de ces lois. Oh bien sûr, nous n'en sommes pas encore là. On se contente juste de gazer, de tabasser, d'interpeller pour les motifs les plus ridicules, de décider de gardes à vue qui ne débouchent que sur des rappels à la loi.

La république française est une dictature soft, honteuse. Pourtant, il n'en faudrait pas beaucoup pour qu'elle aille plus loin. On se rappellera l'intervention de la sénatrice EELV, Esther Benbassa, qui proposait à l'occasion d'un débat de l'émission "C dans l'air" de rééduquer les opposants au mariage homosexuel. Aujourd'hui, nous apprenons que la garde à vue des Hommen qui se sont livrés à un "happening" lors de la finale du tournoi de Roland Garros voient leur garde à vue prolongée de 24 heures, comme s'ils étaient de dangereux terroristes. Il y a peu on perquisitionnait les appartements d'officiers de l'armée au prétexte qu'ils sont catholiques et que leurs enfants participent au mouvement des Veilleurs.

La politique républicaine est sale. Ce n'est pas nouveau. La recherche du Bien Commun n'intéresse pas les partis qui se préoccupent uniquement de soigner leurs clientèles, aux dépens des autres, pour assurer sièges, prébendes et pourquoi pas le jackpot : l'accès à la magistrature suprême d'un des leurs. Mais la donne est en train de changer, les chrétiens ne veulent plus s'en laisser compter. Depuis trop longtemps ils ont accepté de se faire railler, de se faire humilier, de se faire cracher dessus. La loi Taubira aura été le camouflet de trop. Nous assistons au réveil d'un géant depuis trop longtemps endormi et le pouvoir en place n'aime pas cela.

A nous de continuer, de ne rien lâcher.

Jamais. 

Il est temps que la Cité renoue avec ses valeurs.

Pierre Guillemot

Commentaires  

#8 Jacques Jouan 03-07-2013 17:08
Je pense que si la manif pour tous veut être efficace dans l'avenir elle doit défendre, la cause des policiers, des militaires, des retraites, de la méthode syllabique, bref tout ce qui fait le ciment de notre société d'ordre.

Amitiés

Jacques
Citer
#7 Pascal Cambon 28-06-2013 07:50
Chère Chantal,

Je ne suis pas défaitiste, je suis lucide. Je comprends et approuve votre démarche, mais elle vous condamne à rester à la marge. Or, il faut être clair, le jeu républicain étant ce qu'il est, un parti c'est de l'investissemen t en argent, en temps, en énergie avec un but : gagner. Jouer en snobant la règle, c'est juste jouer pour témoigner et on sait où cela conduit : nulle part.

Si je ne crois pas aux partis catholiques, je crois en revanche aux groupes de pression. Après tout, combien de lois ont-elles été votées à la suite de campagnes menées par des lobbies ?
Citer
#6 Pascal Cambon 28-06-2013 07:44
Cher Jean-François,

L'entrisme est voué à l'échec. Les machines partisanes sont des monstres qui broient ceux qui y entrent. Jeune, j'ai milité activement. J'ai pu côtoyer des barons gaullistes, et puis j'ai pu voir le pouvoir de destruction à l'oeuvre. J'ai vu des hommes mettre leurs convictions en berne pour un mandat. Certains de ceux que j'ai connu à cette époque ont même décroché un maroquin.

Pour ma part, je pense que ce qui est en train de se jouer en ce moment est une bénédiction. La Manif pour Tous, le Printemps Français peuvent peser et doivent peser sur l'offre politique. Ils le sentent bien à gauche et c'est d'ailleurs pour cela qu'ils déchaînent la violence, dénaturant de fait la mission des hommes qu'ils envoient réprimer les manifestants pacifiques, censés protéger les honnêtes citoyens.

Si entrisme il doit y avoir, que ce soit dans ces structures et celles du même genre qui se créeront. Nous pourrons ainsi peser sur le monde politique sans avoir à nous salir en jouant activement le jeu de la république.
Citer
#5 Jacques Jouan 27-06-2013 19:47
Jean-François,

Je pense que le meilleur engagement pour un catholique c'est le sacerdoce, d'autant que l'église travers une crise de vocation.

Des fois je me dis que je pourrais tout abandonner pour devenir prêtre jésuite, je me reconnais bcp dans leur combat et leur pensée humaniste.

Amitiés
Jacques
Citer
#4 Jean-François Martot 24-06-2013 16:59
Il est nécessaire que les catholiques s'engagent en politique. Ne serait-ce que pour évangéliser cette dernière. Mais comment doivent-ils s'engager ? Les partis traditionnels sont tous ou presque corrompus. C'est le système qui veut ça. L'Alliance royale, très bien. Mais sa faible influence auprès de nos compatriotes, fait que son message leur est inaudible.

C'est un peu la quadrature du cercle.
Amitiés.
Jean-François
Citer
#3 Chantal de Thoury 22-06-2013 18:59
Cher Pascal
Vous dites que toutes les tentatives de creer un parti catholique durable en France ont echoue , c est un constat juste, et vous vous arretez la de facon defaitiste, c est dommage. Il faut donc en rechercher la cause....Elle tient essentiellement au fait que ces partis ne se sont pas donnes les moyens divins pour mener leurs combats. Certes leurs adherents et militants ont certainement beaucoup prie mais aucun sauf un il y a 10 ans ne s est consacre au Sacre Coeur. Leur elites font peu appel aux retraites dans les exercices de St Ignace de Loyola, Ces deux armes spirituelles sont formidables et permettent le combat sur la duree.Cest ce qui permet a des associations comme Civitas, Icthus, Renaissance Catholique de durer dans l ordre du Bien
Quand on considere l Alliance Royale on se rend compte que nombre d entre nous les plus combattants appartiennent aussi a ces associations.
Notre Consecration au Sacre Coeur est renouvellee tous les ans et nous durons en progressant tres lentement a la Vitesse que le Seigneur veut, Ces temps ne sont pas les notre. Parti non confestionnel, Nous savons tres bien faire le distinguo entre ce qui est de l ordre du Trone et ce qui est de l ordre de l autel, c est pourquoi nos propositions politiques sont bien du domaine dy terre a terre et du bon sens, mais parralelement nous nous efrcons regulierement d epurer toute proposition contraire a la Doctrine Sociale de l Eglise Catholique. Et grace a cela nous restons tous sereins et ne nous enervons pas.
Nous faisons egalement tres attention a ne pas ceder aux tentations qui nous entraineraient a mettre les finances de reserves dans le rouge et jusqu a present y avons reussi sans non plus trop demander aux militants et sympathisants.
Pour qu un parti catholique dure il faut aussi que ses adherents formes aux exercices de St Ignace soient la pour aider sans jamais forcer les autres membres agnostiques ou d autres religions...( et oui, il y en a pas mal chez nous) a faire eux memes un bon discernement dans l ordre au moins moral et les moderer si on se rend compte que leurs actions militantes risquent de mettre en danger leurs devoirs d etat familial et professionnel.
Citer
#2 Pascal Cambon 20-06-2013 00:25
Bonsoir Jacques,

Je ne pense pas qu'il soit de l'intérêt des catholiques de fonder un parti politique. L'histoire a amplement montré que toutes les formations qui ont été créées dans le but de représenter les catholiques, ou plus largement les chrétiens, se sont plus ou moins rapidement détournées de leur but. Que ce soit par carriérisme, à cause de l'entrisme, etc. En république, entrer en politique c'est accepter les compromissions, les renoncements pour un mandat, une fonction.

En revanche, peser sur l'offre politique est autrement plus intéressant. On a pu observer que lorsque la Manif pour Tous a pris une ampleur significative, bon nombre d'élus se sont déplacés pour apparaître en bonne place des cortèges, ceints de leur écharpe tricolore. Si ce qui a levé tient bon dans les mois et les années à venir, les catholiques disposeront alors d'une force non négligeable qui leur permettra de poser leurs conditions. Reste le problème de la direction du mouvement. Mais on peut, on doit espérer.

Quant à la sénatrice, je m'étonne que personne ne se soit ouvertement posé la question de la loyauté d'une personne qui jouit de la tri-nationalité : turque, israélienne et française.

Amitiés royalistes

Pascal
Citer
#1 Jacques Jouan 19-06-2013 20:32
Bonsoir Pascal,

Excellente tribune. Si tu ne l'as pas lu, je te recommande le livre L'Eglise et le Ralliement de Philippe Prévost. Très éclairant, bien que très fastudieux à lire pour comprendre ce que tu décris au début. Notamment sur Léon XIII.

Par ailleurs, je suis d'accord avec toi, mais j'imagine qu'il existe déjà un parti politique catholique. Je ne parle pas de Boutin. Peut-être n'est-il pas médiatisé. Par ailleurs, penses-tu qu'on peut dénoncer Vatican II au nom du gallicanisme?

Enfin, merci de m'avoir présenter la sioniste sénatrice PS. Je m'abstiendrai de grossièreté ici mais quand je l'écoute mon imagination s'éveille...

Amitiés
Jacques
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 14 mai 2017
« La République, ça s'hérite ! »

26/05 | Pèlerinage pour le Roi et la France au Puy-en-Velay
10/06 | Journée hommage à Jean-Nicolas Stofflet en Lorraine
17/07 | Université Saint-Louis 2017, Camp Chouan