Frigide Barjot : La manif de trop ?

Dans un souci de décentralisation de la « Manif pour tous », différents porte-paroles avaient choisi d’aller rejoindre les cortèges de provinces. C’est ainsi que Frigide Barjot s’est retrouvée dans « sa » ville de Lyon. 10.000 selon la police, 20.000 selon les organisateurs : Lyon fidèle à sa réputation de bastion reste mobilisé.

Peut-être que Frigide avait sous-estimé l’importance du courant « Printemps Français » à Lyon, peut-être que Frigide n’avait pas réalisé que les mobilisations de Lyon n’étaient pas principalement dues à la Manif pour tous mais surtout aux collectifs locaux… Peut-être que Frigide ne connait finalement pas suffisamment Lyon, la ville toujours prête à rugir.

Tout commença la semaine dernière lorsque Barjot annonçait, notamment via twitter, qu’elle soutenait avec le collectif « Homovox » une demande d’ « Union Civile » assortie de la constitutionnalisation du mariage homme-femme. Devant l’indignation des militants, la « Manif pour tous » a décidé de se désolidariser de cette demande et de se cantonner sagement à la demande de retrait du projet de loi. A ce stade, nous pouvons déjà nous interroger sur la différence de traitement entre Béatrice Bourge et Frigide Barjot.

Puis vint la manifestation de dimanche. Les Lyonnais savaient que Barjot viendrait défendre son projet d’union civile et une banderole ainsi que des pancartes « Union civile = arnaque civile » assorties du logo de LMPT et de la mention ONLR (« On Ne Lâche Rien ») avaient été préparées pour y répondre. Tout au long du cortège des volontaires visiblement très « Barjotiens » ont tenté d’arracher cette banderole, en vain. Arrivés sur la place Bellecour, ils (les opposants à l’union civile) se sont postés devant le podium et furent rejoints par de nombreux manifestants. Lorsqu’un intervenant a commencé à parler de l’union civile, ces jeunes lyonnais, qui n’étaient pas du GUD, ont levé leur bannière en scandant « Union civile, arnaque civile ». Quelques volontaires se sont alors jetés sur eux en tentant à nouveau d’arracher la banderole tout en insultant leurs porteurs mais à nouveau, ces derniers n’ont… rien lâché ! C’est alors que Barjot, visiblement vexée et irritée est descendue du podium pour aller réclamer les journalistes devant le McDonald de la place pour faire croire que seul le GUD était à l’œuvre. La désinformation n’est pas l’apanage du gouvernement exclusivement.

Lorsque les quelques manifestants qui avaient suivi Barjot sont retournés vers la banderole, des « volontaires » étaient en train de la taillader à coups de ciseaux et ont enfin eu raison d’elle. Frigide a décidé de remonter sur le podium et de reparler de l’union civile : belote, rebelote, elle s’est faite huer. Pointant du doigt ses contradicteurs, elle les a accusés d’être des extrémistes, de n’avoir rien à faire là et qu’ils ne faisaient rien alors qu’elle bosse depuis des mois. A-t-elle réalisé qu’elle insultait ceux qui depuis des mois sont de tous les coups, à Lyon comme à Paris ? Ceux qui se sont fait matraquer, gazer et parfois emmener au poste de nombreuses fois ? Ceux qui, enfin, ont contribué à donner à Lyon sa réputation de bastion de défense de la famille ?

Alors oui, la consigne immédiate fut de désigner ces opposants à l’union civile comme activistes du GUD, oui le GUD, ravi de cette pub, a forcé et encouragé la récupération, mais ce sont des jeunes lyonnais qui ont rugi contre l’union civile et, ne nous y trompons pas, contre Frigide Barjot.

En effet, hier, ce que de très nombreux manifestants pensent partout en France, Lyon l’a révélé. Il faut que la Manif pour tous qui reproche au gouvernement d’être sourd aux réclamations des Français  écoute elle-aussi ses manifestant et demande officiellement à Frigide de s’effacer : pourquoi garder une porte-parole omniprésente, omnipotente et incontrôlable (des mots mêmes d’organisateur de LMPT) qui soutient des projets en désaccord avec le mouvement qu’elle veut représenter ?

« Ce n’est pas parce qu’on fait les choses qu’on a le droit de mal le faire ». A bon entendeur.

Pierre Ardent

Commentaires  

#2 Antoine Sordet 12-05-2013 07:35
Très bon article !!! J'étais à Lyon dans le carré des élus (je suis adjoint au maire de mon village) j'ai assisté à la scène . Frigide est dépassée ,elle a bien travaillé au début mais maintenant elle se fourvoie avec son "c.u.c." Des élus lui faisaient signe qu'ils ne demandaient pas ce contrats d'union civil . La plupart des manifestants était hostile à cette idée de Frigide . Je serai à Paris le 26 Mai et j'espère quelle changera d'avis sur ce sujet . La loi Taubira doit être retirée ,c'est ce qu'on demande pas autre chose !!!!!!
Citer
#1 Roman Ungern 07-05-2013 06:56
parfaitement d'accord, depuis des mois la Frigide nous gène plus qu'elle nous sert vraiment a quelque chose.
On risque d'ailleurs de perdre du monde dans ces atermoiements...
Qu'elle se réveille, ou qu'elle se casse!
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 4 novembre 2017
« La république des privilégiés »

Aucun événement