Nicolas Sarkozy, 2017, le retour ?

Depuis l’élection (par défaut) de François Hollande à la Présidence de la République le 6 mai 2012, il est dorénavant de coutume que la sphère médiatique, de temps à autre, nous ressorte avec beaucoup de suspens… l’éventualité d’un retour de Nicolas Sarkozy en politique à l’horizon 2017.

Nicolas Sarkozy, après son échec à sa réélection, avait décidé de quitter définitivement la politique, et pourtant voici qu’il nous refait le coup de l’homme « indispensable » dans une déclaration publiée dans La Dépêche datant du 7 mars dernier. Je cite : « Un pays tenaillé entre la poussée de l’extrémisme de gauche et celui de droite » et « aucune solution de recours à droite ni à gauche ». Alors « je serai obligé d’y aller, pas par envie, mais par devoir ».

C’est dit, Nicolas Sarkozy ne souhaite pas revenir en politique par ambition personnelle, par plaisir, ni parce qu’il est à droite… ou à gauche… (Nicolas Sarkozy plane au-dessus des partis…), mais parce qu’il est un grand adepte de la morale kantienne du « devoir » ! Ben voyons !

Ne serait-il pas urgent d’appeler Nicolas Sarkozy à un peu plus d’humilité, en lui rappelant le bilan absolument catastrophique de son dernier quinquennat, ou en lui expliquant que la priorité pour lui serait peut-être de balayer devant la porte de son propre parti politique qu’est l’UMP, en pleine déconfiture …

Le bilan de Nicolas Sarkozy, c’est :

  • près de 800 milliards d’euros de dette publique supplémentaire (où comment griller en 5 ans ce que d’autres ont mis 30 ans à dépenser) ;
  • une quarantaine de taxes supplémentaires ;
  • un chômage en pleine expansion ;
  • une Europe technocratique qui est littéralement en train d’asphyxier le pays ;
  • une guerre absurde en Libye dont on continue de payer les pots cassés avec le Mali ;
  • 200 000 immigrés supplémentaires par an alors que le pays se morcelle ;
  • des ministres anciennement socialistes appelés par Nicolas Sarkozy à gouverner le pays (Éric Besson, Bernard Kouchner etc.) ;
  • une ridiculisation de la France à l’international
  • Luc Chatel, ministre de l’Éducation nationale faisant la promotion de « la théorie du genre » dans les écoles publiques ;
  • et plus récemment encore, une déclaration sur « la traçabilité des bébés » concernant le Mariage pour Tous, qu’il a déduite par analogie avec la « traçabilité de la viande »…

Avec Nicolas Sarkozy, nous avons à coup sûr beaucoup de ventilation, d’agitation, de promesses non tenues, d’illusionnisme, et une mécanique neuronale très binaire…

Alors non ! Monsieur Sarkozy, nous n’avons pas besoin de vous en 2017, vous avez assez abîmé la France comme cela. Ce dont nous avons besoin, c’est d’un Roi qui reprenne les rennes du pays abandonnées à d’autres…, pour le service exclusif de son Peuple.

Jean-Nicolas d’Avignon

Commentaires  

#7 Henri de Montalban 02-09-2013 16:17
Je vous invite vraiment à lire : "2012... 2017... un Roi pour la France" aux éditions Lacour. C'est vraiment un ouvrage plein d'espérance !
Henri
Citer
#6 Antoine Sordet 12-05-2013 07:48
Le problème , c'est qu'après Hollande, Sarkozy paraitra nettement plus compétent ! Ma grand mère disait toujours " depuis qu'on a coupé la tête à la France , tout va de travers .". Je crois que c'est de plus en plus vrai hélas . Une solution radicale , le retour du Roi !!! Mais le légitime !!!
Citer
#5 Marquise de Sade 22-04-2013 01:15
Merci pour ce rappel, on pourrait également rajouter la réforme des livres d'Histoire et son mépris pour la culture française (Cf: sa remarque sur la princesse de Clèves). Sans parler de ses grandes remarques sur le fait de passer les banlieues au Kärcher. Je veux bien croire que 5 ans soit court et d'ailleurs je le pense mais Nicolas Sarkozy a montré qu'il n'avait pas de bonne volonté.
Citer
#4 Lys Ardent 22-03-2013 20:29
Excellente tribune ! Tant pis si je perds des abonnés UMP mais je partage ! ;-)
Citer
#3 Dofiar 21-03-2013 11:43
À cela j’ajouterai le mépris du vote des Français. Trois ans après le rejet du projet de Constitution européenne par référendum, Nicolas Sarkozy a fait approuver le traité de Lisbonne par le Parlement français.
Le maintien de la loi des 500 parrainages qui prive de droit de vote un tiers des Français, dont ceux d’Alliance royale, alors que les Français réclament à cor et à cris sa modification afin de ne pas exclure du suffrage universel, au mépris de l’égalité des droits et de la liberté d’opinion, tant d’électeurs, les uns pouvant voter pour leurs idées, les autres non.
Le mépris du repos du travailleur, le mépris de la vie de famille et le mépris du Jour du Seigneur en instituant le travail le Dimanche, une chose dont je me souviendrai toujours car j’ai défilé le 1er mai avec les syndicats, contre le travail le Jour du Seigneur.
Citer
#2 Dubreuil 20-03-2013 22:12
Vraiment très bien. Il est important de rappeler à la mémoire des français ce qu'est véritablement Nicolas Sarkozy tellement ses dons d'enfumage sont énormes !
Vraiment bonne synthèse et on pourrait encore davantage ...
L'exercice serait intéressant dans l'autre sens ... à savoir lister tout ce qu'il a fait de bien pendant ces 5 années pour être vraiment objectif ...

Bon courage,
Anthony
Citer
#1 Tracy 20-03-2013 21:20
Formidable cette tribune. Il était vraiment nécessaire de rappeler "l'énorme" bilan du dernier quinquennat tout aussi monstrueux que celui que semble nous préparer l'actuel gouvernement.
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 22 avril 2017
« Présidentielle : l'impossible choix »

02/05 | [Conférence à Paris] "Il y a quelque chose de pourri au royaume de France"
04/05 | [Conférence à Paris] "Les grands dîners qui ont fait l'Histoire de France"
26/05 | Pèlerinage pour le Roi et la France au Puy-en-Velay
10/06 | Journée hommage à Jean-Nicolas Stofflet en Lorraine
17/07 | Université Saint-Louis 2017, Camp Chouan