Tribune d’un jeune sujet du roi

OUI, il existe des jeunes sujets du Roi et votre serviteur en est un !

Il y a sept ans maintenant que je suis revenu à la Foi, et par celle-ci à une réflexion politique que je pourrais décrire ainsi : l’Eglise a pris la défense des plus fragiles, et essaimé une espérance et même un mystère. Comment peut-elle aujourd’hui défendre un régime qui s’est construit contre Elle, même si de l’eau a coulé sous le pont et que le dialogue est toujours mieux que l’affrontement direct ? Comment peut-on être catholique et se laisser influencer par la médiocrité d’une partie de ce monde en général et de la république en particulier ? Comment la religion de la joie, de l’Incarnation en est-elle venue à défendre son exact contraire, la république, qui semble flotter dans l’air telle une abstraction de l’esprit ? C’est avec ce questionnement que je suis venu au royalisme. Par chance, je suis tombé tout de suite sur le légitimisme. Attention, je n’idéalise ni la royauté ni le Roi mais je pense que la France s’est construite sur quelque chose de plus grand que la liberté, l’égalité ou la fraternité (encore faut-il avoir un père). J’estime enfin que notre civilisation a un héritage conscient et inconscient si beau et si grand que le préserver ne suffit pas, il doit vivre.

LL. MM. T.C, le Roi Louis et la Reine Marie-Marguerite, héritiers et représentants du mystère français.
LL. MM. T.C, le Roi Louis et la Reine Marie-Marguerite, héritiers et représentants du mystère français.

Laissez-moi me présenter, j’ai vingt-trois ans et je suis passionné d’histoire depuis toujours. Avec cette discipline, j’ai combattu pour Alexandre le Grand, j’ai suivi Clovis sur les champs de Tolbiac, j’ai servi le roi Louis en outre-mer pour reprendre le Tombeau du Christ, j’ai chevauché avec Gengis Khan dans les steppes, je suis mort à Azincourt, j’ai armé un vaisseau pour la Nouvelle-France, j’ai combattu avec Bonchamps, Charrette et d’Elbée… Je suis titulaire d’une licence d’histoire-géographie et j’anime par ailleurs une page Facebook d’histoire.

Ainsi, je signerai sur Vexilla Galliæ des articles touchant à ce domaine. Je m’attacherai à publier des « récits vivants » à propos de serviteurs de l’Etat, de thèmes ou encore de lieux. Qu’ils évoquent un thème ou un homme célèbre, méconnu ou totalement oublié, mes articles auront toujours pour objectif de faire connaître, et mieux de faire aimer, un aspect de notre histoire que nous avons reçu en héritage et que nous offrirons à nos enfants et petits-enfants. Connaître et aimer notre histoire est la condition pour diffuser ce que nous avons de bon, de beau et de bien, sans pourtant oublier que nous avons aussi fait des erreurs et commis des fautes.

Mais qu’est-ce qu’un « récit vivant » ? C’est un article qui rend la saveur d’une époque, qui redonne corps à un homme. Je pense que les Français n’ont pas de problème avec leur histoire, il suffit de voir le succès des émissions de télévision et de radio qui ne font pas souvent dans l’ «historiquement correct» pour s’en rendre compte !

Enfin, je vous souhaite, ainsi qu’à vos proches, une belle et heureuse année 2016, pleine de grâces. Qu’il me soit aussi permis de remercier Dominique Hamel qui m’a offert la possibilité d’écrire aux côtés de talentueuses et fameuses plumes comme Charles-Emmanuel, Prince de Parme, Daniel de Montplaisir ou encore Stéphane Piolenc. Mon premier devoir sera donc de rendre l’histoire vivante, source de fierté et de sagesse. Roland Barthes ne disait-il pas à propos du plaisir de la lecture qu’il fallait « un peu de sagesse, un peu de savoir et le plus de saveur possible » ? Cette phrase, votre serviteur s’en fait une devise.

Charles d’Antioche

 

Ndlr : Nous vous invitons à lire ou relire le premier article de Charles d’Antioche publié le 22 janvier 2016 : Propos sur la violence de la révolution, plus particulièrement de 1789 à 1799

 

Commentaires  

#8 Pellier Dominique 08-02-2016 09:49
Oui, tous sujets du Roi, mais surtout acteurs à Sa restauration à notre tête. Dieu bénit le Roi et la FRANCE!
Citer
#7 Sophie Drouin 03-02-2016 04:45
Monsieur,

Étant québécoise de 32 ans, historienne et royaliste, j'attends votre prochain article avec impatience!

Je viens de fêter, en ce 2 février, la chandeleur traditionnelle avec ma soeur jumelle. Et avant cela, l'épiphanie. Des fêtes inconnues de ce côté de l'océan, dont mes parents catholiques peu croyants ne m'avaient jamais parlé. C'est en étudiant le Moyen-Âge et les moeurs des Français expat que nous avons reconquis ses fêtes ancestrales, du moins pour nous, et ce rythme des joies disparates saupoudrées sur nous par l'Église dans ses périodes d'obscurité hivernale. J'ai appris à votre âge l'existence de la chandeleur et de la galette des rois.

Il m'a fallu 5 années avant de prendre la résolution de vivre ses fêtes et de vivre le temps de l'Église, celui des messes dominicales et des jeûnes, que le monde moderne cherche à nous enlever. Cela colore et améliore ma vie, même si nous n'étions que 2, à manger des crèpes, c'était un moment de sociabilisation différente, riches en significations.

Partout où je suis, j'avertis mes amies, non, la fête ne finit pas à Noel. Il y a de plus petites fêtes à l'Épiphanie et à la Chandeleur, pour se retrouver moins nombreux, moins organisés, mais qui serve certainement à resserrer les liens familiaux ou d'amitié entre ceux qui y participent, si peu soit-il. aussi, si vous voudriez bien participer à éclairer des gens sur les traditions de notre pays et les fêtes qui nous sont prises, légalement parfois, mais sans légitimité aucune, vous feriez de moi une femme heureuse. Et probablement plus.
Citer
#6 GregP 01-02-2016 16:27
Très belle tribune, j'en frissonne car j'ai cette immense impression de me voir à travers ce texte. J'ai 25 ans, moi aussi je connais le légitimisme et la royauté depuis peu, moi aussi j'ai appris à revenir à notre tradition catholique et moi aussi je n'attends que l'appel de Reims. Autour de moi d'autres jeunes sont également comme nous, nous avons retrouvés une partie de nous même, de notre héritage.
Citer
#5 Christian AUDIC 30-01-2016 20:42
Très belle tribune ! Continuez ainsi, l'accent de la sincérité est votre meilleur atout !
Citer
#4 Charles M 30-01-2016 18:05
Félicitations pour cette tribune et vos remarques (la paternité, et la mesure de votre enthousiasme pour le légitimisme), votre contemporain et homonyme s'est retrouvé avec joie dans cet article.
Citer
#3 Gwen Balafenn 30-01-2016 17:08
Bonjour,
Tous mes encouragements pour votre travail. J'attends avec impatience vos futurs textes.

Vive le Roi
Vive la Vendée
Citer
#2 Tite 30-01-2016 16:09
Bravo et merci !
La petite fille espérance de Charles Péguy pointe son nez depuis quelques temps...
Pour moi qui suis une fervente militante légitimiste depuis plus de 40 ans, l'avenir s'éclaircit.
Twittez tous et convertissez !
A la grâce de Dieu !
Citer
#1 Franz de Burgos 30-01-2016 11:05
Bienvenue cher Charles,

Votre premier article sur la violence de la révolution était très intéressant.

Je salue votre excellente remarque, dans celui-ci, qui relève que la fraternité nécessite d'avoir un Père...

Nous attendons vos prochains articles avec impatience !

Bien cordialement
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 22 avril 2017
« Présidentielle : l'impossible choix »

02/05 | [Conférence à Paris] "Il y a quelque chose de pourri au royaume de France"
04/05 | [Conférence à Paris] "Les grands dîners qui ont fait l'Histoire de France"
26/05 | Pèlerinage pour le Roi et la France au Puy-en-Velay
10/06 | Journée hommage à Jean-Nicolas Stofflet en Lorraine
17/07 | Université Saint-Louis 2017, Camp Chouan