Mise au point sur le droit royal (une fois encore)

«  Ils ne sont pas tous fous mais tous les fous en sont » aimait à répéter le prince Alphonse à propos des royalistes français. J’oserai ajouter, après les avoir observés au cours des dernières années, «  non seulement ils se réunissent dans des cabines téléphoniques, mais c’est pour s’y disputer. » Un peu comme des bambins dans une cour de récréation : «  c’est moi qui ai le vrai roi – non, c’est moi, nananère ! »

    Pathétique !

    Nous voilà donc, une fois de plus, contraints de rappeler les principes incontestables, mais hélas contestés, sans le respect desquels la Légitimité n’a pas plus de sens que le dernier avatar dans la vie de nos partis républicains.

   Oui, il existe un droit royal, colonne vertébrale de la monarchie française, auquel le monarque lui-même ne peut déroger et sans lequel le royalisme ne serait rien d’autre qu’une secte politique de plus. Qu’on l’appelle « lois fondamentales » ou « Constitution du Royaume » ou encore « loi salique », ce droit issu de notre Histoire désigne, en permanence, et sans aucune ambigüité, le chef de la Maison de France, seul héritier légitime de la couronne.

   De ce principe de base, il découle notamment qu’on ne peut opposer au prince aucun argument tiré de sa nationalité – concept inconnu en droit royal – non plus que d’une bâtardise non établie, en vertu de la règle millénaire hic est pater quae nuptiae denuntiant.

   Non plus qu’on ne peut «  prétendre »  à un trône : on en est l’héritier ou on n’est rien. Ce qui, bien sûr, n’enlève aucune de leurs qualités aux autres princes de la Maison de Bourbon, ne minimise la considération qui leur est due ni ne sous-estime le rôle qu’il pourrait utilement jouer et la place éminente qui leur revient … de droit.

   Il en résulte aussi que les renonciations antérieures à la couronne, prononcées dans le cadre de conventions internationales qui les rendent parfaitement valables – réalité juridique que de nombreux légitimistes ont longtemps eut du mal à admettre – n’ont pas pour effet de modifier la loi de succession au trône.

    L’ensemble de ces règles – car, oui, la monarchie repose sur un état de droit sans lequel elle ne serait qu’une anarchie couronnée – désigne le prince Louis, duc d’Anjou, comme premier héritier du trône de France et, après lui, ses fils, les ducs de Bourgogne et de Berry.

    J’ai, en 2011, exposé tout cela dans Louis XX, petit-fils du roi soleil, au terme d’une enquête minutieuse, avec l’aide des plus grands juristes internationaux, sans a priori amical, politique ou dynastique, et qui m’aurait fait conclure différemment si l’analyse du droit royal m’avait entraîné vers d’autres chemins ou ne m’avait permis d’éclairer complètement les choses.

   Il est donc un peu pénible, et lassant, de constater que, la lumière faite,  les approximations continuent de sévir et qu’au lieu de se solidariser autour du principe, d’aucuns, même armés des meilleures intentions, nuisent à la cause monarchique, plus nécessaire que jamais dans notre France aux abois.

Daniel de Montplaisir

Ndlr : l’ouvrage de Daniel de Montplaisir Louis XX, petit-fils du roi soleil est disponible aux éditions Jacob-Duvernet

Commentaires  

#19 Chistophe GUYON 14-10-2016 11:52
Je suis très fatigué
Sans le soutien, même passif de nos médias, notre Roi n'a aucune chance ou opportunité. Membre de la fraternité Saint Pie X je m'évertue à faire passer le concept de Marketing auprès des rares cathos tradi et royalistes du territoire de Nouvelle Calédonie. Mais l'erreur est constante : "Dieu y pourvoira". C'est faux et dangereux : "aides-toi et le ciel t'aidera". Mes humbles respects à sa Majesté...
Citer
#18 Chiren 06-01-2016 18:46
"Car la folie de Dieu est plus sage que les hommes, et la faiblesse de Dieu est plus forte que les hommes"
Bonsoir à tous et toutes.
Les divergences viennent des hommes.
C'est pourquoi Dieu désignera le roi de "droit Divin".
Et le cœur tourné vers les Lys de France, nous tomberons à genoux.
Dans cette attente, seule la prière avec l'aide de Sainte Jeanne d'Arc et Saint Michel Archange nous sortira de ces siècles d'égarements.
Là est la grandeur du royaume de France.
Je vous souhaite à tous et toutes une sainte et salvatrice année 2016, dans les Cœurs Sacrés de Jésus et de Marie.
Citer
#17 Tite 24-11-2015 16:34
Chaque fois que s'engage un dialogue entre légitimistes et orléanistes sur le site "Haut et Fort", ils nous ressortent l'éternel même document pour nous prouver que nous avons tort et tenter de nous rallier... chaque fois, j'y remets la déclaration ci-dessus et la plaidoirie de Jean Foyer... plus quelques autres documents. Cela devient ridicule surtout à un moment de notre histoire où nous devrions être unis. Ils sont têtus ! Gentils mais têtus. Allez voir sur leur site, ce jour, pour constater ce que je vous dis. J'y ai dialogué 2 jours avec de charmantes personnes et voilà le résultat... Pauvre royaume de France ! C'est à désespérer. Haut les cœurs !
Citer
#16 Sigismond 28-10-2015 07:47
Effectivement, l'ouvrage de Daniel de Montplaisir est incontournable et a posé les bases du royalisme du XXIe siècle. Seul l'aîné des descendants de Philippe V d'Espagne peut monter sur le trône de France, et même le duc de Saint-Simon, tout ami de Philippe d'Orléans qu'il était ("moi (...), qui suis à vous dès l'enfance, qui ai tout à attendre de vous et quoi que ce soit de nul autre"), disait : "j'irais trouver le roi d'Espagne et je le tiendrais pour le vrai régent et le dépositaire légitime de l'autorité et de la puissance du roi mineur" [Louis XV].
Citer
#15 Sigismond 28-10-2015 07:31
On ne croyait pas si bien dire, car voilà qu'un nouveau "prétendant" sort du chapeau des survivantistes, encore un Naundorff ! On nous annonce un livre sur Louis XVII, encore un, qui remettrait en question les résultats pourtant définitifs de l'an 2000 de l'historien orléaniste Philippe Delorme. Mais de toutes les façons, quelle que soit la validité de ces nouvelles analyses à paraître, les Naundorff sont disqualifiés par avance : car même s'ils étaient de vrais Capétiens, ils ne pourraient EN AUCUN CAS être dynastes, faute de continuité de mariages catholiques de génération en génération, depuis Naundorff jusqu'à ses descendants actuels. Seul Louis XX restera l'aîné des Capétiens légitimes, car si on acceptait les illégitimes, Henri IV n'aurait jamais été roi de France mais cela aurait été César de Bourbon de Busset. Donc messieurs-dames les survivantistes, VIVE LOUIS XX !
Citer
#14 AudeLys 26-10-2015 10:04
Monsieur de Montplaisir ! Cette énième et excellente mise au point, je pense que vous aurez à la réitérer de temps en temps. Il y a ceux dont parle villehardin comme ces nouveaux et réguliers princes héritiers, sortis de je ne sais quel chapeau. Il y a aussi les "nouveaux" royalistes qui ne se sont pas encore suffisamment "documentés". Et puis tous ceux qui ne font pas l'effort de s'informer correctement. Bref ! C'est un peu comme enfoncer un gros clou avec un petit marteau.
Ceci dit, votre mise au point a fait ressortir aussi dans les commentaires (Pellier Dominique, Flo, Villehardin) la "problématique" du retour du ROI et notamment de la méthode à utiliser, du processus à mettre en place. le Où ? Quand ? Comment ? pour balayer la ripouxblique et restituer le Royaume de France à notre roi Louis XX.
Sachant que notre roi ne peut et ne doit pas entrer en politique, ce n'est pas son travail mais le nôtre ; sachant également que la transition doit être pacifique pour emporter le plus grand nombre ; mais aussi que les nécessaires prières seront insuffisantes ; sachant enfin que nous sommes prisonniers des institutions de la ripouxblique et qu'il faudra faire avec, je pense qu'il serait temps de nous pencher sur le problème et d'exposer toutes les propositions, toutes les méthodes afin de les analyser, de les discuter, de les classer pour enfin choisir la meilleure... et donc d'avancer.
Citer
#13 Chantal de Thoury 25-10-2015 23:01
Daniel de Montplaisir parle d'or.
Le bon sens à toujours guide les Rois de France vers ce qui était le plus stable en matière de gouvernance.
Après les différents déboires mérovingiens et Carolingiens la branche capétienne issue par primogeniture mâle de son lointain aïeul Cloisons et même au delà ( voir l'étude du Marquis de fa Franquette sur la descendance David que des Rois de France ) a entériné définitivement après Charles IV , la loi salique qui fut confirmée par Dieu Lui Même se servant de Ste Jeanne d'Arc comme son bras séculier en la matière. A partir des capetiens s'installait aussi l indivisible te du Royaume.
En notre temps avec le doute introduits chez les royalistes avec l'hypothèse de la survivance de Louis XVI ayant une postérité, il me souvient de la réflexion de très bon sens qu'eut Gérard Sac lier de la Bâtie indiquant que si effectivement il y avait une descendance mâle par Louis XVI totalement prouvée sans contestation les royalistes ne pourraient que s'incliner. De toutes les façons en cas de faux fabrique Dieu comme du temps de Jeanne d'Arc nous le ferait savoir.
Donc nous ne devons pas nous casser la tête.
Dieu pour le moment nous désigné toujours par la naissance le premier né qui est bien notre "gentil Dauphin" Louis ( il n'est pas encore sacré donc il est encore dauphin).
En ce qui concerne les doutes Nay n d'or et autres, demandons nous simplement à qui ils profitent, on trouvera d'office la réponse à ceux ci car le doute permet d'empêcher l'union des royalistes.Ne nous laissons donc pas piéger et faisons simplement confiance à la Providence qui nous indique toujours Notre Prince Louis, Qu'il n'ait aucune crainte, Quand viendra son jour, Par les graces du Sacre il recevra les dons du Saint Esprit liés à sa fonction.Elles n'ont manqué à aucun de nos rois jusqu'à Charles X , s'il y eut parfois écarts ils ne viennent que deux mêmes pour peut être avoir manqué de confiance dans les inspirations de la Providence. Louis XVI lui s'en rendit clairement compte avec une intelligence hors du commun, Son martyr trouvera son aboutissement heureux avec le désenvoutement des Français de la Republique franc maconne, qui s'opère enfin même si c'est avec lenteur , ce qu'il avait prévu avant de mourir en écrivant à son cousin d'Espagne.
Citer
#12 Sigismond 21-10-2015 17:38
Bien d'accord avec Villehardin et Flo. Point de salut hors de l'union de tous les monarchistes autour du duc d'Anjou. À quoi sert comme le font certains d'avoir toujours l'air d'émettre des réserves ? C'est totalement contre-producti f. Les adynastiques, ceux qui sont toujours prêts à se rallier au "premier arrivé à Reims" ne sont pas des monarchistes, au sens de la continuité historique de la France des lys. Une monarchie sans Louis XX ne serait qu'une coquille vide, ce ne serait rien d'autre qu'une sixième république avec une couronne factice, et ce serait même pire qu'une république, ce serait une Usurpation, comme en 1804-1814, 1815-1815, 1830-1848 et 1852-1870. Est-ce cela que nous voulons pour notre pays bien-aimé ? Mieux vaut encore Hollande ou Sarkozy qu'un usurpateur roitelet minable, qu'il soit un cadet félon ou bien un Tartempion. Seul Louis XX peut être notre roi, et pour le seconder ses deux fils, ainsi que nos quatorze princes des branches de Séville et de Santa Elena. Sans oublier la reine Marie-Marguerit e, la princesse Eugénie et la duchesse d'Aquitaine.
Citer
#11 villehardin 21-10-2015 00:35
Je suis bien d'accord avec Flo. C'est Dieu qui a choisi Hitler, Staline, Mao, Napoléon ? Arrêtons avec ces bêtises qui ridiculisent les royalistes !
Citer
#10 Flo 20-10-2015 21:33
Vous me faites rire ! « Dieu décidera » Qu'entendez-vou s par là ? Si vous pensez réellement que celui qui sera choisi par Dieu héritera du trône, vous devriez penser qu'Il a choisi la République et même François Hollande... puisque c'est ce qui est aujourd'hui...
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 13 septembre 2017
« C'est pas moi, c'est lui, m'sieur ! »

Aucun événement