Le chrétien-royaliste : le nouvel idiot du village ?

Mon idée première était d’opérer une refonte d’un témoignage que j’avais déjà écrit sur le quotidien d’un jeune engagé, avec ses relations, ses obligations et ses aspirations, le quotidien d’un jeune royaliste. Un quotidien de remise en question permanente, de réflexion face à des contrastes saisissants, comment est-il possible de légitimer une remigration ou  une politique d’identité et de préférence nationale quand le vagabond maghrébin des lieux fréquentés régulièrement devient une connaissance, dont on prend des nouvelles et à qui on offre un café ? Quand il s’agit de mettre en avant des valeurs rudes, austères, mais si belles, quand on vit constamment sous le règne de la tentation hédoniste et de l’excès qui dépouillent l’homme de sa dignité divine ?

Pourtant j’ai décidé d’aborder la chose sous un autre angle, ce n’est plus la recherche d’une réponse à de douloureuses questions qui sera abordée ici mais plutôt la justification et l’explication d’une attitude globale, d’un militantisme un peu spécial.

En effet lors d’un débat d’idées ou une discussion, quand vient sur la table la question de l’opinion politique l’évocation du terme royalisme fait souvent sourire, il s’agit très souvent de quelques arguments habituels pour faire disparaître ce sourire, toutefois la première impression que l’on donne est bien souvent celle d’un dégénéré vivant encore dans le siècle d’avant et se berçant d’illusions à la lecture des romans de chevalerie et des films de croisade … Et parfois même, l’autre ne sort même pas de cette impression première.

Quoique de plus compréhensible en effet ? La tradition républicaine est tellement ancrée en France que j’ai même choqué des gens en évoquant simplement l’idée d’un retour de la monarchie en France. Pourtant évoquer le cas de l’Espagne, où un roi a été installé pas plus tard qu’en 1975, ou le chiffre de monarchies en Europe et d’un coup l’auditoire tend l’oreille et assène de questions toutes aussi classiques l’orateur controversé.

Mais même après des réponses toutes aussi calculées le républicain s’en retournera en retrouvant son sourire : après tout c’est bien, une manière de faire vivre le folklore, c'est un peu un droit à la différence, chacun a ses opinions … Et le royaliste passe pour l’idiot du village.

Pour autant cela n’est-il pas notre condition ? Quand le chanoine Cornette  disait : “meilleur scouts parce que catholiques, meilleur catholiques parce que scouts”.

Le chrétien d’aujourd’hui se laisse faire, il tend l’autre joue de manière magistrale, comme l’évêque de Cologne éteignant sa cathédrale en désaccord avec la manifestation exprimant sa colère envers la religion qui pourtant par certains aspects menace l’Eglise, comme l’opposant au mariage pour tous votant UMP en espérant encore la prise de pouvoir d’un Mariton, ou enfin comme le pontife organisant une cérémonie inter-religieuse et voyant son œuvre réduite à néant par la sourate de trop d’un représentant islamique en manque de sensations fortes.
Certains militent donc pour une église forte, quitte à faire intervenir des ecclésiastiques pas si ecclésiaux que cela… La démarche se comprend aisément, pourtant une rapide remise en question ne suffirait-elle pas à assumer cette position de constante victime ? Victime des romains et de la persécution aux temps de Jésus, victime de la corruption et de l’obscurantisme durant le Moyen-Age, victime aujourd’hui de son ancienne position de leader imposant le non savoir et la régression (on répondra bien sûr à cela que l’Eglise aura été un vecteur formidable au développement de la culture et non l’inverse et on aura raison), mais aussi victime muette au Moyen-Orient, victime de sa doctrine et de son dogme : “Si quelqu’un te gifle sur la joue droite, tends-lui aussi l’autre.” (Mt 5,39).

Ce refus insensé au recours de la tradition, à la force intellectuelle face au laïcisme comme nouvelle religion d’état, face à l’anticléricalisme montant, et face à des accusations déplacées suite aux attentats des autres, ne se trouve-t-il pas justifié ?

Le chrétien est gentil, le chrétien est l’idiot du village, mais réjouissons-nous en, cela signifie simplement que nous sommes en décalage avec notre société actuelle, et n’est-ce pas ce que nous voulons que d’être en décalage avec ce monstre sans nature et sans dignité ? Nous sommes les derniers défenseurs de la naïveté désintéressée, Jésus n’était-il pas le premier idiot du village sur sa croix ? Ce traitement ne lui a-t-il pas rendu service le jour de sa résurrection ? Alors nous aussi royalistes, accueillons de bonne foi les sourires supérieurs et attendons le retour du trône en bon chrétiens.

Royaliste parce Chrétien et fier parce qu’imbécile heureux.

Artus Lardeau

Commentaires  

#9 Benoît Legendre 21-02-2015 22:13
Je pense qu'il est important de respecter l'enseignement reçu du Christ ; mais depuis quelques années je suis d'accord avec ceux qui préconisent la fermeté et même la riposte en cas d'agression... Tendre la joue gauche signifie qu'il faut être prêt à recevoir toujours d'autres coups de la part des ennemis de l'Amour de Dieu, et par conséquent ennemis des hommes. J'approuve Audelys, marre d'être gentils, les Juifs et le Musulmans n'hésitent jamais à répondre, et ils ont raison ! Nous devons nous faire respecter, et fermement ! Rappelons-nous comment le Christ a chassé les marchands du Temple, il ne l'a pas fait avec des prêchi-prêcha larmoyants ! Alors je crois que le temps est venu de relever la tête, les yeux, le cœur, et s'il le faut, aussi les poings ! ça fait deux ans qu'on nous crache ouvertement dessus, si nous voulons que cela cesse, il faudra se montrer ferme et décidé... Le jour où le ménage aura été fait dans les médias, la justice et l'éducation dite nationale (nos écuries d'Augias), les choses iront beaucoup mieux.
Vivent les chrétiens, vive le roi !
Citer
#8 AudeLys 20-02-2015 16:00
Je suis bien sûr Catholique et attaché à ma religion. De fait, je ne sais pas si Dieu me pardonnera mais personnellement , non seulement je ne veux pas tendre la joue gauche mais je ne veux pas non plus que l'on me frappe la joue droite. Nous n'avons pas à nous laisser faire. Je dirais plutôt : "Un oeil les deux yeux, une dent toute la gueule" (pardon pour ce gros mot).
Qu'on le veuille ou non, les musulmans et les juifs ne se laissent pas faire. Et ça marche. Par contre, les Chrétiens ne disent jamais rien et subissent la cathophobie de leurs gouvernements qui se font un plaisir de déchristianiser notre pays.
Je pense que nous devrions agir comme les muzz et le juifs et monter au créneau à chaque alerte. Ne rien laisser passer. Notre pape devrait réagir pour les faits les plus graves, soit directement, soit par par l'intermédiaire de la Nonciature (après tout elle est là pour cela) et de notre clergé (communiqués, directives, actions).
Je sais, ce n'est pas très chrétien. Mais il faut savoir ce que l'on veut.
Ne nous laissons pas faire !
Citer
#7 Dominique 20-02-2015 12:53
Arrêtez de vous battre la coulpe, royalistes ! Depuis que nous avons un parti politique qui légitime notre discours dans le paysage politique français, qui nous forme : Alliance royale, c’est-à-dire depuis 2001, parti relayé par de multiples sites et forums royalistes dont « Vexilla Galliae » et par de très nombreux particuliers sur les réseaux sociaux et dans les commentaires des sites de réinformation, ce sourire condescendant n’existe plus ! Moi, je peux vous dire que formée comme je le suis, personne ne méprise le royalisme parce que j’y crois, tout simplement que je n’ai peur de personne, et que s’il y a une chose que je ne fais jamais, c’est me battre la coulpe, car j’ai une haute idée de l’égalité des droits et de la liberté d’opinion. Je suis en train de lire « À la rencontre des Français », de Jean Lassalle, député-maire MoDem de la Vallée d’Aspe que j’apprécie beaucoup, même dans la haute fonction publique, on sait que la désagrégation de la France et que la colère des Français devant la mort de l’industrie, la mort de l’artisanat, la mort de la paysannerie, la mort de l’entreprise, parfaitement décrites dans son livre « À la rencontre des Français » aboutira à une contre révolution (p. 199). Résumé, son livre est le constat suivant : la république, c’est la mort : « Quand la France coupa la tête à son Roi, elle commit un suicide. » (Ernest Renan) Le charme de Louis XX et de sa femme opère partout, et notre petit couple royal fait rêver tout le monde ! « La république est morte » (Michel Houellebecq) Vive le Roi et la Reine de France
Citer
#6 PELLIER Dominique 20-02-2015 08:04
Et pourtant; je suis protestant, évangélique de surcroit !!!! Mais j'aime DIEU et la FRANCE, la terre de mes pères, ah !
Citer
#5 Solange 19-02-2015 19:33
Citation en provenance du commentaire précédent de Chantal de Thoury :
Je me rappelle aussi d'une petite histoire que j'avais lue.
Si le Christ me dit que si on me frappe la joue droite je dois tendre la joue gauche, Il n'a pas dit de tendre la joue droite si après m'avoir frappé cette joue, on me frappe la joue gauche.......montrer une volonté pacifique n'implique pas d'être idiot.

C'est un peu plus subtil : il ne faut jamais se mettre en situation d'être frappé à droite et risquer la joue gauche. Nous n'avons pas vocation à être toujours victimes parce que nous sommes chrétiens, mais user de diplomatie, est plus payant. Non, jamais, ô grand jamais, nous ne devons accepter l'humiliation.
Citer
#4 PELLIER Dominique 19-02-2015 08:01
Nous n'avons pas à avoir peur de dire que nous sommes chrétiens et de le vivre, ce serait renier notre foi. Si nous croyons, nous nous engageons de fait à être martyr de notre foi. Mais chrétien ne veut pas dire crétin, nuance. Il s'agit non seulement de dire notre foi, de l'affirmer en tant que courant spirituel "historique" de la Nation française, de le revendiquer. Je l'ai toujours dit, les autres courants, que nous admettons sur notre sol ont devoir de se plier aux lois françaises ET DE LA FERMER! Et M... aux républicains que notre royalisme fait rire ou dérange. Il faut avoir le "saint" courage de ses opinions, ou ne pas en avoir et suivre bêtement le troupeau. VIVE LA FRANCE
Citer
#3 Chantal de Thoury 18-02-2015 22:37
Je me rappelle aussi d'une petite histoire que j'avais lue.
Si le Christ me dit que si on me frappe la joue droite je dois tendre la joue gauche, Il n'a pas dit de tendre la joue droite si après m'avoir frappé cette joue, on me frappe la joue gauche.......mo ntrer une volonté pacifique n'implique pas d'être idiot.
Citer
#2 Chantal de Thoury 18-02-2015 22:26
Toujours se souvenir intérieurement que : Royaliste catholique je suis une étoile fixe comme l'est l'étoile polaire. Oui les Royalistes catholiques sont des étoiles fixes qui indiquent la route à nos compatriotes de bonne volonté, notre fonction est double car en tant que catholiques notre devoir est de témoigner du Christ-Roi et en tant que Royalistes notre devoir est d'être portes lumière pour éclairer nos compatriotes vers Son lieutenant: le Roi de France.
Savoir que je suis une étoile fixe me fait garder ma sérénité de façon permanente dans mon combat participatif pour le retour du Roi.
Citer
#1 Solange 18-02-2015 19:24
Se dire catholique pratiquant et de surcroit royaliste, c'est s'exposer effectivement à passer pour un (ou une) demeuré (e), pas gentil, non, demeuré, appartenant à un autre temps et complétement démodé, simple d'esprit. Il existe pourtant un moyen de clore le bec aux "effrontés" qui se permettent de nous railler, c'est de donner avec assurance les raisons de ce choix archaïque. Quand on explique avec ferveur qui on est et pourquoi, le regard change. Pas question de tendre la joue gauche, non, il faut savoir imposer son choix de vie et ne pas se laisser marcher sur les pieds. Se faire respecter, simplement, parce que nous avons la certitude d'être dans la bonne direction sur terre et... plus tard, si Dieu veut ! Cette attitude peut aussi influencer l'autre, qui a le droit de ne pas comprendre mais que l'on peut essayer d'amener dans notre camp. Rien ne s'obtient par la force, mais rien ne justifie que l'on se laisse dicter notre conduite. Nous sommes fiers et heureux d'être ce que nous sommes. Point final. Tout le monde ne peut en dire autant. En 2015, nous pouvons nous exprimer librement et communiquer nos valeurs. Ne jamais tendre la joue gauche, ne pas laisser l'autre imaginer qu'il pourrait le faire. Certainement pas, nous avons la force de Dieu et celle du Roi, que demander de plus ?
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 16 juin 2017
« La République en marche ! »

Aucun événement