Monsieur Hollande est dans son cabinet

…Non pas à son bureau, sur lequel s’entassent tant de dossiers à traiter, mais dans un grand fauteuil et pour y réfléchir calmement, loin de la fournaise des priorités, qui le sont au moment où on les pose devant lui, mais qui le lendemain, appartiennent déjà au passé. La communication, elle va, elle vient, mais jamais ne s’installe très longtemps. On peut lui faire confiance, une info en chasse une autre et souvent la contredit. Quant aux sondages, on leur fait dire ce que l’on veut : on sonde seulement là où il faut pour obtenir les   pourcentages voulus. Quand l’administration de Louis XV a réalisé en 1745 ce qui est considéré comme la première forme des grandes enquêtes d’opinion, n’y avait-il que la vérité ?  Etait-elle plus objective que celle de nos jours ? Apprenez à être comme (Saint) Thomas, même si le Christ n’est plus là physiquement : ne croyez que ce que vous vivez (toute interview en direct mérite une attention, mais aucun compte rendu n’est à prendre pour du pain béni). Contrôlez encore et toujours l’information, sans jamais perdre de vue une réalité, une seule : on veut très souvent vous faire prendre des vessies pour des lanternes.

Revenons au cabinet de Monsieur HOLLANDE et à ses pensées. La semaine a certes été un peu plus agitée que les autres avec ce soutien de la France au Mali, qui lui a donné une stature de chef des armées. Ce conflit durera un certain temps. Pouvait-il résister à l’appel au secours du gouvernement malien ? Certainement pas… mais avec l’aval de Washington. Si le gouvernement français a déclenché l’opération « Serval » afin de stopper l’avancée des groupes islamistes Mujao (Mouvement pour l’Unicité et le Djihad en Afrique de l’Ouest), AQMI (Al-Qaida au Maghreb Islamique) et Ansar Eddine, nul ne peut à ce jour en imaginer les conséquences et c’est préférable.

Pas d’inquiétude cependant, 95 % des médias sont à sa botte (oh quelle vilaine formule) et ne donnent que les chiffres qu’il autorise. Si tous les Français avaient vu le film « Les « nouveaux » chiens de garde », ils sauraient que le pouvoir est divisé en trois : médias, CAC 40 et politiques, qui s’accordent le droit d’écrire ensemble l’histoire de France au quotidien.  Le petit peuple de France croit tout ce que l’on dit à la télévision, tout ce que l’on écrit dans la presse, sans trop se poser de questions. Il CROIT ! Ah la belle affaire, s’il savait. La période des vœux est terminée : oublions ce que ces cérémonies nous ont coûté pour éviter brûlures d’estomac.  Le déficit de l'Assurance-chômage devrait s'élever à 2,7 milliards d'euros pour 2012 et cinq milliards pour 2013 : il faut absolument que les chefs d’entreprise et les Français croient en lui. Ce dossier l’interpelle vraiment. L’affaire DEPARDIEU ? Oui, il aurait pu l’éviter, d’autant plus que les investisseurs étrangers hésitent de plus en plus à venir en France.  Mauvaise nouvelle pour les épargnants : La Banque de France a recommandé d'abaisser le taux du Livret A à 1,75% à partir du 1er février, contre 2,25% actuellement. Voilà qui va déplaire. En avalant sa salive, Monsieur HOLLANDE pense qu’une victoire de guerre devrait faire remonter son baromètre de (triste) popularité. Il veut oublier quelques minutes son projet de loi pour casser les repères de la famille traditionnelle.

Mais oui, les racines chrétiennes de la France sont plus que menacées avec ce projet complètement irresponsable du « Mariage pour tous ». Un million de personnes (et pas que des blancs, des cathos, des familles traditionnelles !) a défilé à Paris avec joie et conviction, sans aucun dérapage. Monsieur HOLLANDE a donné ses ordres. Il ne sera jamais question d’une manifestation parfaitement orchestrée et réussie. Il ne recevra pas personnellement les organisateurs.

Attendez-vous à la nomination d’un grand nombre d’experts dans les mois à venir, tant de dossiers délicats à traiter ! Ne croyez rien de tout ce qui est dit, écrit dans vos boites mail, Smartphones, newsletter, animation vidéo, SMS, évènement interne, face book, twitter... ne vous fiez à aucune information, si ce n’est celle que vous pouvez toucher du doigt.

Le temps de la pause est passé. Monsieur HOLLANDE, un homme normal, s’accorde enfin le droit de penser aux vrais sentiments, ceux qui ne meurent jamais et qui éclairent la mémoire. Il y a bien droit, comme tous les petits Français, ceux qui ont cru en lui et ceux qui n’avaient pas d’illusion.

Et n’oublions jamais que : « La parole a été donnée à l’homme pour déguiser sa pensée » (dixit TALLEYRAND, une parodie d’une réplique du Mariage forcé de Molière). A vous de bien choisir vos paroles…

 

                                                                                                             

Solange Strimon

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 13 septembre 2017
« C'est pas moi, c'est lui, m'sieur ! »

Aucun événement