Noël ! Noël !

Chers amis, 

Noël ! C'était le cri de joie des siècles passés. A l'entrée du roi dans une de ses bonnes nouvelles, on lançait l'acclamation au nom de la fête de l'Incarnation! Cette incarnation est la plus grande joie du monde, c'est son espérance. Alors nous aussi, crions : Noël ! à pleine voix ! Disons-le avec d'autant plus de force que nos temps sont difficiles.

Alors que l'année civile s'achève, je me retourne avec vous vers les événements écoulés de 2013. Que vois-je ? Une intervention militaire française a commencé l'année au Mali, une autre la termine au Centrafrique, mais entre les deux, on a détricoté un peu plus nos armées, qui ne sont plus que l'ombre de leur squelette. Pourtant, avec leur constance et leur dévouement, les militaires ont mené à bien toutes leurs missions. Dans ces temps de trahison, de félonie, de manquement à la parole donnée, la fidélité de l'armée envers ses chefs, même mauvais, est une leçon d'amour de la France qui suscite en moi l'espérance.

Que vois-je encore ? Pendant un an, des millions de Français se sont battus contre la loi dénaturant l'union sacrée entre un homme et une femme. Ils ont martelé le pavé des villes de France, ils ont tenté, par tous les moyens, de réveiller l'autre moitié du pays, endormie dans l'indifférence et l'abandon. Ils n'ont pas été écoutés. Au mépris des lois instituées par lui, l'Etat les a maltraités, trahis, bafoués. Mais là encore, je crois que l'heure est belle. Ces millions de Français se sont retrouvés pour un combat commun dont l'ambition est le respect de la dignité humaine. C'est la plus noble des batailles. Ils ne l'ont perdue qu'en apparence. Le mouvement lancé ne s'arrête pas. Il continue, en souterrain, et il forme les consciences, agit dans les écoles, dans les familles, dans les associations. C'est le renouvellement de l'intelligence de la société qui est en marche. Mon espérance est grande.

Qu'y a-t-il eu de plus ? Cet hiver, des travailleurs de tout le pays se sont levés, pour la première fois depuis longtemps, contre l'impôt injuste, confiscatoire, ennemi de la liberté. Les bonnets rouges en Bretagne, les chauffeurs routiers dans toute la France, les professionnels du cheval, les artisans, disent non à ces impôts qui tuent l'emploi, écrasent la libre entreprise et découragent l'investissement, le travail et l'effort. Ces gens ne se résignent pas à "l'à quoi bon ?" Au fond du cœur ils ont la flamme de la liberté. Nous la pensions éteinte. Elle brûle. Une fois encore, le gouvernement ne les a pas écoutés. Il a voulu diviser pour mieux régner, il les a méprisés. Mais ils ont montré que l'on pouvait envisager la révolte. A nous de la rendre constructive. C'est mon espérance !

Il y aurait bien des choses à dire encore, sur la famille, le travail dominical, l'école. Les nuages s'amoncellent et partout percent les rayons du soleil. Mais je ne voudrais pas vous ennuyer après vous avoir intéressés. Je sais combien votre temps est précieux. Je vous en dirai plus avec l'année nouvelle.

Alors je m'arrête en vous disant simplement, en guise d'envoi, que ma certitude est que notre résistance ne fait que commencer, mais que la victoire est inéluctable. L'œuvre est entre nos mains. Conservons l'espérance, et agissons avec détermination, pour rétablir le bon sens dans notre belle France. Noël !

Charles 

Le Prince Charles-Emmanuel de Bourbon-Parme

Président du groupe de réflexion :

Nouveau Dialogue

Est heureux de vous faire part de notre prochaine réunion :

Dans les salons du restaurant Lapérouse , 51 Quai des Grands Augustin 75006 Paris (Voiturier)

Le Mardi 17 Décembre 2013 à 19h30

(Un cocktail dînatoire sera proposé après les débats moyennant une participation au frais)

Après « Les Faux Prophètes » et « L’Oligarchie au Pouvoir » d’Yvan Blot, « Dépasser la Démocratie » de Damien Thellier, voilà :

« Vendée, du Génocide au Mémoricide » Avec Reynald SECHER

Historien, Ecrivain, Scénariste, Docteur en sciences Humaines, Politique et Historique

« Ensemble, nous pouvons faire la différence »

Commentaires  

#5 stiegler 05-01-2014 14:12
Désolé, vous vous trompez de roi, la descendance de Louis XVII restera cachée jusqu'à l'effondrement de la république, puis ce sera un essai navrant pour le duc d'Anjou désavoué par le Vatican qui connait le véritable Dauphin. Qui vivra verra...
Citer
#4 Pellier Dominique 18-12-2013 09:09
Je ne dis pas que la royauté serait la panacée dans le malheur où vit actuellement notre beau pays. Je dis que deux cents ans de république ont fait leurs misérables preuves et mon espérance en un bon roi, aimant son pays et ses sujets, veillant à leur bonheur, et je prie Dieu pour cela. Un roi comme un présidnet peut être héls bon comme mauvais, espérons le bon de notre roi Louis le vingtième que Dieu bénisse et garde
Citer
#3 Pierre Ardent 16-12-2013 15:52
Merci Monseigneur, un texte à partager en ces temps moroses !
Citer
#2 LAUGIER Sylvie 15-12-2013 19:55
Monseigneur,
Je serai présente à la réunion.

Avec tous mon respect.
Citer
#1 LAUGIER Sylvie 12-12-2013 22:18
Merci Monseigneur pour votre soutien, vous êtes un Prince digne de respect.

Il est temps que l'on change de régime et que notre Roi monte sur le trône. Le gouvernement effectivement méprise le peuple et se fiche complètement de la souffrance des français et celà n'est pas d'aujourd'hui. Nous continuerons à résister contre lui, contre leur mépris et leur injustice.

Vive le Roi !
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 16 juin 2017
« La République en marche ! »

17/07 | Université Saint-Louis 2017, Camp Chouan