Les morts pour la France, acteurs de notre présent

Chers amis,

Ce mois de novembre, je pense, comme tout le monde, aux morts de la première guerre mondiale. Ils ont eu leur petite place d'honneur dans le discours présidentiel du 11, encadrés par les résistants de la seconde guerre mondiale et les déportés. En somme, même au jour qui leur est consacré, les soldats sont mis au rencart.

Alors c'est aux soldats que je pense d'abord. Je pense à eux parce que la mémoire de cette guerre est toujours vive en nous, matérialisée par les monuments aux morts de nos communes, par les photos des disparus dans les albums familiaux, par les terribles découvertes que l'on fait encore sur les champs de batailles, de restes humains, français, anglais, américains ou allemands. Ces hommes, oubliés sur le terrain, toujours là, ont enduré toutes les privations pour l'honneur de leur camp. On peut avoir des conceptions différentes, mais il faut respecter ce sacrifice et laisser la première place à ces morts glorieux, le jour qui leur est dédié, au lieu de la minorer par l'évocation d'autres causes, comme la reconnaissance des coloniaux, des fusillés ou l'imminence du combat économique.

Le 11 novembre est le jour des soldats tombés pour la France, non pas seulement en 14-18, mais durant toutes ses guerres. Mon regard se tourne ainsi vers le passé de la patrie, et je songe à ceux qui, humbles ou grands, ont versé le sang, à Vouillé, à Roncevaux, à Poitiers, à Azincourt, à Marignan, à Rocroi, à Denain, à Fontenoy, à Valmy, à Austerlitz, à Waterloo, à Magenta, à Sedan, sur la Marne, à Verdun, à Dunkerque, en Indochine, en Algérie, au Liban et en Afghanistan. Je pense à ceux que la mort a laissé de côté et que les Français ont oublié, les grands invalides de guerre, qui mériteraient bien, eux aussi, sur leur tombe, la mention "mort pour la France". Je pense à ceux qui ont lié leur destin à ces soldats, leurs épouses et leurs enfants, mais aussi les parents qui donnèrent leurs fils, les simples Français qui donnèrent leur or, ces femmes courageuses qui se firent infirmières dans les hôpitaux de campagne.

Mon coeur et mon intelligence se tournent vers eux et leurs descendants.

Je suis dans la peine et l'énervement lorsque j'entends le Président de la République et les membres de son gouvernement nous parler de ces morts glorieux, nous parler de patriotisme, et notamment ces dernières années de patriotisme économique, alors qu'ils n'ont jamais cessé de minorer le courage des combattants, de dévaloriser les notions de patrie et de nation, de ridiculiser ceux qui les défendaient, de traîner dans la boue les hommes de courage et de passer sous silence l'histoire de la France non plus seulement avant 1789, mais avant 1945. Je refuse à de tels personnages le droit de me parler de la patrie et encore plus de m'appeler au patriotisme, alors qu'ils en sont eux-mêmes les fossoyeurs.

Ils invoquent la nation quand elle leur est utile, après l'avoir déchirée. Ils se trouvent bien sots devant l'inutilité de leur appel. Alors je pense à Bossuet, qui écrivait : "Dieu se rit des hommes qui se lamentent des maux dont ils sont la cause".

Mais laissons ces tristes sires de côté et retrouvons-nous ensemble pour penser à ceux qui donnèrent tout pour que nous vivions dans la paix et la prospérité. Notre douceur de vivre est le témoignage de l'utilité et de l'efficacité toujours actuelle de leur sacrifice.

A eux je dis : merci ! A nous je dis : soyons dignes !

Charles

Commentaires  

#10 CC Fr. Romain, CJA 13-12-2013 09:32
Je tiens à préciser que sur la plaque commémorative présente dans notre Ambassade près l'Etat italien à Rome, se trouve curieusement un Bourbon, mort pour la France au cours de la première Guerre mondiale...
Citer
#9 Marc Duquesne 21-11-2013 08:52
Monseigneur,
A quand le jour où le peuple Français ouvrira les yeux sur ces vérités si criantes ? Quand seront démasqués tous ces arrivistes seulement soucieux de leurs petits intérêts et qui se servent de Notre France, qui l'exploite et la ruine intellectuellem ent ? Retrouvons la grandeur passée, celle d'un Roi rassembleur et paternel.
Merci Monseigneur pour cet édito.
Citer
#8 Pellier Dominique 20-11-2013 16:22
Oui, nos père, frères, oncles, cousins qui sont morts pour la PATRIE , qui n'en avaient peut-être pas beaucoup plus envie mais qui ont péri pour Elle. Et la mention: MORT POUR LA FRANCE !!! Elle est seule à valoir qu'on périsse, de toute façon.
Qu'ils soient à jamais honorés dans nos coeurs, vive la France
Citer
#7 LAURANCEAU 18-11-2013 13:32
Monseigneur, bien que n'étant pas royaliste, je ne puis m'empêcher de constater que , seuls, les Royalistes Légitimistes savent encore défendre la Démocratie. Merci pour cet éditorial qui vous honore et qui remet à leur vraie place les fossoyeurs de la République que sont les Socialistes.
Honorer les morts exécutés pour trahison au même titre que les combattants soldats c'est oublier que Georges Clémenceau,Prés ident du Conseil a dit :
A l'intérieur je fais la guerre, à l'extérieur je fais la guerre, je fais la guerre et je fusille les traîtres.
Citer
#6 Bouzigues 18-11-2013 09:55
Merci Monseigneur,
De penser aux soldats de France , qui ont combattu , non pour un système , mais pour une terre, un peuple , le nom de la France et peut être inconsciemment pour la Monarchie . Merci , vous méritez , de par votre éloge pour nos Anciens , de tout notre respect pour votre Personne.

Mon Dieu, la France a besoin de Vous ! Nous Vous attendons et prions pour Votre venue pour restaurer la grandeur de notre pays.

Pascal Bouzigues , royaliste et respectueux de mon Roi !
Citer
#5 Alexandru AMOQ 18-11-2013 07:48
Interessant.
Citer
#4 Yvan Le Page 17-11-2013 20:03
Aujourd'hui les morts se sont les victimes du système, regardons le présent, c'est consternant de commémorer les morts alors qu'aujourd'hui nous vivons dans in individualisme invétéré.

Vivre le prince Louis
Citer
#3 Philippe Castaing 17-11-2013 19:02
Merci Monseigneur pour cette prise de parole digne et émouvante qui devrait être celle du chef des français qui représente actuellement la France. en tant qu'officier et même si cet avis peut sembler opposer les français je pense aussi aux grands héros et aux héros méconnus de la grande Armée Catholique et Royale et à tous les humbles combattants des différentes chouanneries françaises qui se battirent également pour la France en donnant leur vie et pour sauver l'honneur de notre beau pays face aux abominations de la révolution et des ancêtres politique du président actuel les aficionados de la terreur sanglante.

Respectueusement.

Philippe royaliste légitimiste de tout temps.
Citer
#2 LAUGIER Sylvie 17-11-2013 16:43
Bravo, Monseigneur, au moins vous savez dire les mots justes.
Bien des soldats sont morts pour la France et leur nom n'est pas mentionné. Hollande ose parler de patriotisme, mais lui et sa bande sont des hypocrites et des menteurs. Et je dis merci à ces soldats qui se sont battut pour la France et pour notre liberté, ils méritent toutes les honneurs. Recevez Monseigneur, mes profonds respects, Sylvie. Vive le Roy !
Citer
#1 Serge AVICE 17-11-2013 12:56
Merci, Monseigneur, pour cette mise au point émouvante.
Puis-je ajouter que j'ai une pensée particulière pour les morts anonymes, les humbles qui n'auront jamais eu la reconnaissance de la Légion d'Honneur, maintenant réservée à des chanteurs sans voix ou à des hommes d'affaires sans conscience...
Serge, royaliste et respectueusemen t vôtre.
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 16 juin 2017
« La République en marche ! »

17/07 | Université Saint-Louis 2017, Camp Chouan