La résistible ascension d'un grand guignol

Depuis l'été, nous avons tous pu observer un phénomène médiatique et politique fascinant, l'irrésistible ascension de M. Valls, en dépit de son absence de résultats concrets. Tout a débuté en juillet, lorsqu'il fut annoncé favori pour Matignon en cas de remaniement. Personnalité préférée des Français, parmi les membres du gouvernement, sa popularité reste au beau fixe malgré les outrances qu'il se permet sur les Roms ou les "barbus."

Mais justement, n'est-ce pas calculé ? En cognant dur contre les Manifs pour tous, il s'est donné la réputation d'un homme à poigne pour peu de frais. Avec ses rodomontades il rassure les citoyens apeurés par la montée de la criminalité. Mais dans le fond, il ne prend aucun risque, du moins aucun de ces risques qui, en cas de bavures, pourraient lui coûter son poste. Cela fonctionne. Plus il en fait, et plus il monte.

C'est une immense escroquerie, où chacun tient son rôle. En effet, il n'est pas sûr non plus que M. Valls fasse cavalier seul en route vers 2017. Dans le gouvernement, on voit même apparaître comme une sorte de partage des rôles avec un temporisateur mou du genou en la personne du Premier Ministre, des seconds rôles oscillant d'un groupe à l'autre, et en vis-à-vis pour se donner la réplique, un bon flic, alias Taubira, et un mauvais flic, alias Valls. Ainsi, tout le monde dans l'opinion peut trouver de quoi le contenter au sein du gouvernement.

Ce n'est plus de la politique, c'est une technique marketing bien rodée, entre des rivaux de façade qui derrière la scène s'entendent à merveille pour ratisser large dans un électorat consommateur d'images. Pour élargir le spectre il ne faut pas proposer un seul parfum, mais plusieurs, dans le cadre autorisé des parts de marché socialistes. Le spectre va donc de l'hyper laxisme carcéral et pénal de Mme Taubira, épaulée par le thuriféraire de la fumette, M. Peillon, jusqu'à l'hyper rigueur du premier flic de France, digne descendant de Clemenceau, M. Valls, épaulé par l'insipide va-t-en guerre M. Fabius. Dans les deux cas, l'absence de résultats concrets ou de mesures courageuses prouve l'inanité de cette triste comédie.

Chers amis, je sais que parmi vous bien peu sont dupes. Mais dites-le. Dénoncez cette formidable entreprise de mensonge qui se réalise sur notre dos. M. Valls a 2017 et l'Elysée en ligne de mire. La fusée est sur la rampe de lancement, mais elle pourrait bien s'écraser au départ. Proposer une cité française plus juste commence déjà par combattre le mensonge. C'est ce à quoi je vous invite. Faisons tomber la fusée Valls pour contrecarrer un des nombreux Pinocchio de notre classe politique.

Charles

Le prince Charles-Emmanuel de Bourbon-Parme,

président de l’association "Nouveau Dialogue"

 Est heureux de vous faire part de la prochaine réunion :

Dans les salons du restaurant « Lapérouse »

51 Quai des Grands Augustin 75006 Paris

(Voiturier)

Le Mercredi 13 Novembre 2013 à 19h30

(Un cocktail dinatoire sera proposé après les débats moyennant 30€  de participation au frais)

Après « les Faux Prophètes » et « L’Oligarchie au Pouvoir » d’Yvan Blot, voilà :

« Dépasser la Démocratie »

Avec Damien Thellier

Les membres du bureau de « Nouveau Dialogue » seront heureux de vous accueillir, venez nombreux…

Chacun de nous a le pouvoir de faire la différence

Commentaires  

#4 Saint-Georges 31-10-2013 09:41
Très populaire, Manuel Valls? à qui pose-t-on la question? en tout cas pas aux millions de manifestants contre le mariage homo.
Il peut jouer Starsky & Hutch, et se faire une popularité à bon compte, à l'approche d'élections, il n'est qu'un fusible dont on peut se débarrasser dès que les scrutins sont oubliés, et que la politique laxiste reprend le dessus.
Démocratie=déma gogie, quand tu nous tiens!
Citer
#3 Anne-Belle de Coust 24-10-2013 15:42
Monseigneur, je serai aussi présente avec joie.
Citer
#2 Pellier Dominique 23-10-2013 10:55
Il ressort, comme disent certains médias ou personnages politiques, que ce gourvernement, cette dirigeance Hollande est molle, insipide, et maladroite.
Je ne m'y connais pas concernant Mme Taubira, mais l'autre pantin de Valls me fait plutôt horreur. Un ministre ne dit pas "je veux", mais il ordonne. Sécurité, mon oeil !!!! N'y aurait-il pas dans notre pauvre France actuellement de meurtres, et pas plus qu'à Marseille ? Et les bijouteries çà et là, les buralisters braqués, et l'autre "je veux"!!!
Citer
#1 LAUGIER Sylvie 22-10-2013 22:05
Monseigneur,

Je serai présente.
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 16 juin 2017
« La République en marche ! »

17/07 | Université Saint-Louis 2017, Camp Chouan