[Réponse à Julien Sanchez] : Les étudiants et leurs organisations

Ce texte est une réponse à l’article que Julien Sanchez a fait paraître le 3 avril dernier, intitulé « Organisations étudiantes, jeunesse révoltée et royalisme ».

Personnellement, ayant quitté le monde étudiant depuis plusieurs décennies, je ne me permettrai pas de porter le moindre jugement sur telle ou telle organisation. Par contre, ma longue expérience politique, et notamment des questions de stratégie de prise du pouvoir, me permettent d’émettre, à ce titre, un avis.

Je comprends, et j’approuve, l’objectif de Julien Sanchez qui déclare : « s’imposer dans le milieu étudiant est donc une étape essentielle pour le retour dans la lumière de la vision monarchique ».

Julien Sanchez explique également dans son article le rôle des organisations étudiantes : « Les représentants étudiants interviennent absolument partout où il est question du milieu étudiant : dans chaque filière de chaque université, dans les conseils centraux des universités, dans les commissions pédagogiques nationales, dans les conseils d’administration de tous les CROUS, chaque université et chaque CROUS élit un représentant des étudiants dans leur gouvernance (vice-président étudiant) ».

En fait – et ceci est également vrai dans le monde du travail – il faut concilier deux objectifs qui apparaissent contradictoires : 1) faire adhérer un maximum d’étudiants à une organisation d’étudiants, par exemple la FAGE, laquelle doit apparaître comme neutre politiquement ; 2) diffuser les messages royalistes.

C’est une erreur profonde de vouloir poursuivre ces deux objectifs dans une même organisation. Tout simplement parce que, du fait de son marquage politique, elle fera fuir la grande majorité des étudiants.

Les royalistes doivent donc différencier leurs interventions : d’une part jouer sincèrement le jeu en intégrant l’organisation étudiante choisie. Si la FAGE a le vent en poupe – sans doute en partie au moins parce qu’elle ne doit pas être marquée politiquement comme l’UNEF – alors il faut intégrer la FAGE, sans brandir le drapeau royaliste, et chercher à orienter les actions de cette organisation vers ce qui semble le meilleur pour les étudiants. Ainsi, il viendra un jour où les étudiants découvriront qu’un tel est royaliste mais, ce qui leur importe le plus, « il nous défend bien ».

En complément, les royalistes doivent s’organiser en cellules au sein desquelles 1) ils se forment ; 2) ils débattent des actions à entreprendre. En toute logique, ceux qui apparaissent publiquement ne sont pas les mêmes que ceux qui militent dans l’organisation étudiante. A moins que cela ne pose pas de problème. De toutes façons, les royalistes qui militent au sein de l’organisation étudiante ne doivent jamais donner l’impression qu’ils veulent faire assumer à l’organisation telle ou telle position politique.

En langage technique, cette répartition des tâches porte un nom : si, comme cela doit être, les interventions royalistes expliquent clairement ce qu’est le projet de société royaliste (et non pas tenir un discours que pourraient tenir des républicains), cela s’appelle la propagande. Tandis que lorsque les royalistes agissent au sein de l’organisation étudiante pour mobiliser un maximum d’étudiants sur tel ou tel objectif, cela s’appelle l’agitation.

Georges TARTARET

Commentaires  

#5 Georges TARTARET 14-05-2017 18:52
Bonjour,
Je vous avais déjà envoyé une réponse mais, apparemment, elle s'est perdue. Donc je recommence.
Vous cherchez l'organisation qui pourrait répondre à 2 objectifs différents :
- "parler au plus grand nombre pour les convertir" = propagande ;
- "démontrer la compétence des royalistes sur les sujets précis que sont la jeunesse et l'ESR" = défense des étudiants.
Je vous ai déjà dit qu'il fallait deux organisations différentes pour cela.
En fait les deux actions se complètent : 1) d'une part vous avez à faire de la propagande sur des thèmes royalistes, par exemple sous forme de tracts signés par une organisation royaliste ;
2) d'autre part, vous devez créer une organisation de défense des étudiants sur les problèmes qui les concernent. A ce propos, je disais dans ma précédente réponse que les entreprises perdent de la productivité du fait du nombre astronomique de diplômés de l'enseignement supérieur qui ne maîtrisent pas l'orthographe. Pourquoi ne pas monter des cours d'orthographe ? C'est une manière de vous faire connaître.
Amitiés royalistes. Georges
Citer
#4 Georges TARTARET 05-05-2017 18:02
Bonjour,
Je n'ai pas bien compris quels sont les "deux points de divergence majeurs".
1) je comprends votre souci de vous adresser à un public très large. C'est ce que j'appelle la propagande. Mais, même si les étudiants sont par nature des intellectuels (ou censés l'être), il n'est pas certain que vous pourrez être lus ou écoutés par un grand nombre.
2) c'est pourquoi, il faut compléter la propagande par un discours "au ras du sol", en parlant de ce qui préoccupe les étudiants. Je n'ai pas d'exemple à fournir, car je suis trop loin de cet environnement. Une chose qui me vient à l'esprit en vous lisant (permettez-moi cette remarque), c'est que la présence d'ingénieurs ou cadres dans les entreprises ne maîtrisant pas l'orthographe est une vraie catastrophe qui entraîne une baisse de productivité notoire. Il est sûr qu'à compétences égales, on embauchera prioritairement un diplômé qui maîtrise d'orthographe. Pourquoi n'organiseriez- vous pas des cours d'orthographe ? Je n'en parlerai pas si c'était un phénomène marginal.
Citer
#3 PELLIER Dominique 18-04-2017 08:12
L'avenir appartient à tous ces jeunes qui, heureusement dirait-on, ont le souci de la FRANCE et de leurs semblables. Demain est à eux, plus que tout et il est bon de les voir s'en soucier. Tant mieux s'ils voient un roi à leur tête et Dieu fait que ce roi nous vienne!!!
Citer
#2 Janvresse 15-04-2017 16:48
La représentativit é des syndicats étudiants est illusoire.
En effet très peu d'étudiants sont syndiqués en particulier par manque de temps.
Mais aussi par le fait que les syndicats penchent souvent à gauche.
Il est traditionnel que les étudiants de droite s'abstiennent de voter et de se syndiquer.
Ces structures sont donc moribondes et d'un intérêt mineur.
Citer
#1 Julien Sanchez 14-04-2017 15:12
Bonjour, je vous rejoint sur pas mal de points dans votre réponse, cependant j'ai relevé deux points de divergences majeurs, j'expliquait dans mon article précédent que justement au vue de la très faible mobilisation des étudiants pour ces scrutins, que si tous les étudiants Royalistes se mobilisaient, il y aurait certainement la place pour prendre quelques sièges et donc gagner des tribunes supplémentaires , tribune qu'aucune organisation nous laisserai en son sein.

Le but n'étant pas de créer des cercles de discussion entre royalistes, mais de parler au plus grand nombre pour convertir et ouvrir les yeux aux autres étudiants.


je pense aussi que les royalistes ne doivent plus se cacher derrière des associations déjà existantes (FAGE par exemple dans le milieu étudiant) mais de créer ses propres mouvements afin de démontrer leurs compétences sur les sujets précis que sont la jeunesse et l'ESR. je reste à votre disposition pour toutes discussions.

amitiés Royalistes

Julien Sanchez
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 13 septembre 2017
« C'est pas moi, c'est lui, m'sieur ! »

Aucun événement