Pour un Royalisme du XXIeme siècle

Bien souvent la sphère monarchiste n'est qu'un monde sclérosé dont les fantasmes sont aussi irréalistes que néfastes. Bien souvent les royalistes forment une population de nostalgiques, à son corps défendant, tout en la laissant paraître au grand jour. Non pas que le passé soit mauvais, il ne l'est pas et c'est dans l'Histoire que s'enracine le présent, c'est dans le passé que se trouve le terreau de notre avenir.

Toutefois, si monarchie il y a à espérer, faut-il souhaiter qu'elle soit une restauration stricte de l'Ancien Régime? On me répondra sans doute un franc et unanime « non ! », réponse qui prélude, bien souvent, l'évocation larmoyante des privilèges de jadis.

N'en déplaise à certains, si nous retournions à la monarchie de jadis, selon les règles de jadis, quelle famille noble pourrait se prévaloir de n'avoir jamais dérogé ? Faut-il aussi rappeler qu'en France, nombreuses sont les familles qui, grâce à la complicité de faussaires, se firent fabriquer des actes attestant de la participation d'un ancêtre à la Croisade [1]? La tendance de « musée » qui sévit actuellement dans le monarchisme, et notamment dans certains courants légitimistes, est une idée d'immobilisme et de défaite.

Nous sommes tous passionnés d'Histoire, au point d'en faire, comme c'est le cas de votre serviteur, un métier. Toutefois, si nous sommes Royalistes, alors il nous faut considérer que le royalisme n'est pas l'Histoire, n'est pas le passé, mais est le présent, c'est-à-dire notre avenir !

Certes, il y aura un mérite énorme, une satisfaction personnelle qui rejaillit sur toute une famille d'être resté fidèle, tel Chateaubriand, à nos Rois qui firent la France. Cependant que dirons-nous à nos petits enfants ? Que nous griffonnions, au fil des ans, des articles sur les antiquités monarchiques européennes qui passaient l'arme à gauche, ou que nous écrivions, avec force, à la plume d'acier, l'avenir du Royalisme ?

Malheur à nous ! Où est le Charles Maurras de notre temps ? Où sont les d’Estiennes d'Orves, les Henri de Chambord du XXIeme siècle ?! N'existe-t-il plus d'intelligence dans ce royalisme français pour débattre, construire et convaincre ? Sommes-nous réduits à agiter des fidélités de boudoirs et des noms poussiéreux pour ne pas dépasser les douves virtuelles d'un site internet ignoré ?

 
Se contenter d'un entre-soi malsain quand notre pays souffre de ne pas avoir de Roi ?

Nous avons pourtant un projet : le Roi.

Nous avons des principes : le sens du Devoir, le Respect de l'Homme.

Nous avons des attachements politiques, par exemple le respect des corps intermédiaires, seuls garants des Droits des peuples de France, le respect des droits de l'homme libre, le consentement de ce même homme à l'impôt, l'inaliénabilité des biens de la couronne, le fait que le Roi soit le protecteur du peuple auprès des puissants tout en n’étant pas le laquais de ce peuple.

Chez Vexilla Galliae nous souhaitons défendre un monarchisme du XXIeme siècle, apte à s'interroger sur le monde avec curiosité, non sans critique ; Estimant aussi que notre fidélité inconditionnelle à Monseigneur Louis, Duc d'Anjou, doit s'employer à convaincre autour de nous de ce que pourrait être la Monarchie, et non pas de ce qu'elle fut. Que cette fidélité doit s'employer à faire comprendre qu'être royaliste ne signifie pas être déconnecté de la réalité, de l'actualité.

Il est temps d'abaisser le pont levis, de remiser la perruque poudrée et de concevoir que les Royalistes ne mesurent plus leur engagement ni au nombre de quartiers de noblesse, puisque nous sommes bien nombreux à en être dépourvus, ni à leur détachement des choses de ce monde.

J'ai honte d'être obligé de redire tant d'évidences, je ris d'avance des réponses outrées de ceux qui sentiront offensés leurs précieuses lignées, trop heureux de se cacher derrière le souvenir pour ne rien construire.

Mais si j'ai bien un devoir au sein de notre mouvance royaliste, c'est de donner un salubre coup de pied dans les lambris vermoulus. Si nous n'annonçons pas le Roi, qui viendra le chercher ? Si nous ne l'incitons pas à venir nous protéger, pourquoi sortirait-il de sa réserve ?

Nous n'allons pas céder, nous n'allons pas abandonner le débat politique et la grande bataille de l'information au prétexte que ceux-ci seraient souillés par l'ignominie républicaine et feraient de ceux qui l'approchent de piètres royalistes. C'est faux et c'est l'argument pathétique de ceux qui ont refusé tout espoir pour se réfugier dans leur tour d'ivoire, compulsant les armoriaux défraîchis de la noblesse d'autrefois alors qu'une aristocratie nouvelle se lance à l'assaut du monde.

A nous de nous joindre à ce mouvement, ou de périr.

Roman Ungern

Afin de ne pas laisser le lecteur sur une faim, et de donner des arguments et des formations pour se convaincre et convaincre on recommandera le site Vive le Roy[2] ainsi que notre site. Toutefois il est aussi important que chacun apporte son lot à la réflexion, dans ses sphères de compétences. On ne peut demander à un plâtrier de parler d'Aristote comme le ferait un professeur de Philosophie, mais le plâtrier parlera infiniment mieux de l'entreprise et de la condition de l'artisan que ne le fera jamais le philosophe.

 

[1]    http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/crai_0065-0536_1956_num_100_3_10648

[2]    http://www.viveleroy.fr/

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 4 novembre 2017
« La république des privilégiés »

Aucun événement