Vers le procès du jeu vidéo ?

A Moernach, commune du Haut-Rhin, un adolescent de 15 ans a assassiné sa sœur de 11 ans. Son frère de 8 ans est entre la vie et la mort. A l'heure où j'écris, le suspect a avoué les faits et son petit frère lutte contre la mort.

Ce fait divers illustre l'ultra violence d'une société qui encourage les jeunes à passer des milliers d'heures devant des horreurs. En effet, les jeux vidéos ne semblent pas être innocents dans ce drame...
 
Le procureur de la république semble douter de la « santé mentale » du jeune fratricide. Et si la cause de ces gestes se trouvaient dans les jeux vidéos ? L'intéressé semble souffrir, comme tant de nos jeunes français, d'addiction au jeu.
 
La dépendance aux jeux vidéos est le terrible symptôme d'une jeunesse qui ne croit ni en elle-même ni en son avenir. Elle se réfugie dans un monde virtuel qui semble immatériel, rassurant. Elle s'évade dans la violence et la pornographie qui détruisent la santé mentale des jeunes. De quoi anesthésier des millions de jeunes...
 
Outre la violence des jeux vidéos, les écrans touchent eux presque toute la population active. Les français sont dressés dès leur plus jeune âge à devenir les esclaves des écrans et de leurs passions.
 
Ce drame sera-t-il l'étincelle qui allumera le débat sur le rapport de nos jeunes aux écrans et à la violence ?

Julien Ferréol

Commentaires  

#5 Fred 08-09-2014 11:27
Bonjour,

Je trouve que cet article est assez navrant sur plusieurs points.

Je ne considère pas les jeux vidéos en soit comme un danger, l'usage qu'une personne en fait par contre peut l'être oui. Les jeux vidéos sont souvent blâmer par les médias lors d'évènement tragique comme celui qui s'est passé dans le Haut-Rhin ( ce n'est pas le premier et ne sera pas le dernier ) et c'est un raccourci très ( trop! ) facile. Avant de remettre en cause les JV, je voudais bien connaître l'environnement familial dans lequel cet enfant vit ! Peut être une violence quotidienne l'a poussé dans des jeux violents ou la négligence des parents en ce qui concerne ses occupations ? S'il est accro aux jeux, pourquoi ne pas remettre en cause son addiction et non le jeu ! Être accro aux livres n'est pas forcément bon, ne manger que de la salade à cause d'une addiction non plus.

On cherche toujours des boucs-émissaire s lors de drames comme celui-ci, avant les jeux s'étaient les films ou le jazz ou le rock. Malheureusement , de tels drames se sont produits bien avant l'existence des jeux.

Maintenant, oui on peut être accro aux jeux ( ainsi qu'au tabac, à la vitesse, aux livres,...Etc ) et ce n'est pas bon. Il y a aussi des jeux adaptés à certains âges et d'autres non. C'est pourquoi il existe une indication pour l'âge sur les boites. Le problème reste qu'il faudrait que les parents et commerçants soit plus sévères sur l'âge pour certains produits.

Enfin, moi même joueur, je ne peux que défendre le jeu vidéo. C'est un instrument éducatif et ludique puissant dans bien des cas, malheureusement ce sont pas les jeux les plus vendus mais il existe une tonne de jeux historiques ( Crusader Kings 2 ou Europa Universalis ) ou parfait pour en apprendre plus sur la nature et la faune ( la vieille série des Zoo Tycoon ou Wild Park, qui par ailleurs sont responsables de mes études scolaires, et oui! Gérer des ours et crocodiles dans un park animalier, avec des tonnes d'explications encyclopédiques , ça peut être aussi intéressant q'un livre et très sympa pour les jeunes )!

Seulement oui on trouve des jeux débiles, de l'inoffensif mais abrutissant Candy Crush à Manhunt qui présente une violence gratuite, débile et sans aucun ( ou alors très bien caché!) fond! Au même titre on trouve dans le cinéma Louis de Funès et Eric et Ramzy.
Citer
#4 Pascal Cambon 06-09-2014 09:23
Citation en provenance du commentaire précédent de Lou Husson :
Julien Ferréol, les vieux faut les tuer à la naissance. Coluche

Il est dommage que vous gâchiez votre propos par la forme de votre commentaire, car je ne suis pas loin de penser comme vous. Vous gagneriez d'une part à prendre le temps de vous relire calmement, ensuite de soigner syntaxe et orthographe. Car votre prose fait mal aux yeux et navre les amoureux de notre belle langue. Quant à votre dernière phrase, elle est tout simplement stupide.
Cela posé, soyons sérieux un instant. S'agissant de jeux vidéos, parler de biens culturels me paraît un tantinet exagéré pour ne pas dire ridicule. Le problème, c'est que depuis au moins 1981 on a l'habitude à parler de culture pour tout et surtout pour n'importe quoi. D'autant que la culture s'est très nettement dégradée pour devenir du culturel, c'est à dire du business et du festif, car se cultiver ça n'a jamais consisté à s'entasser par milliers pour aller voir une expo où on passe 2 minutes devant une toile avant de passer à la suivante.
C'est comme l'art, il y a des arts mineurs, comme le cinéma par exemple. Ce qui ne veut pas dire que le mode d'expression est négligeable, mais tout simplement que comparé à d'autres modes comme la peinture, la sculpture, la musique (là je ne parle pas des Stones et autres), il est moins noble. Que vous le vouliez ou pas, il y a des degrés, à moins bien sûr de considérer que Bach et David Guetta se valent.
Ensuite, je ne pense pas que l'ami Julien, qui au passage est un perdreau de l'année comparé à moi qui frise les 52 ans, visait les créateurs d'entreprise mais bel et bien les légions de jeunes gens qui achètent les jeux. Là encore, un peu de retenue et de discernement aurait été bien vu. La jeunesse dont vous parlez est loin, très loin de représenter l'ensemble de ce qu'on appelle la jeunesse, sans préciser de tranche d'âge; eu égard au fait que dans la presse écrite, arrivé à 30 ans on semble encore faire partie de ce groupe, alors que dans mon adolescence on quittait le monde des jeunes arrivé vers les 23/25 ans, ce qui était déjà tardif comparé à l'époque de mes parents.
Enfin, sur le fond, je ne pense pas que le fait de passer des heures à tuer du zombi, et autres joyeusetés du même ordre, suffise à motiver un passage à l'acte. Il faut avant tout un terreau psychologique propice, une déficience d'ordre psychiatrique non décelée. Il peut arriver que les jeux fassent partie des éléments déclencheurs, mais s'ils n'existaient pas ce serait un autre facteur qui déclencherait le passage à l'acte. Car pour tuer de manière aussi violente, ce qui au passage prend du temps, une simple addiction, quelle qu'elle soit, ne suffit pas. Il faut être sérieusement dérangé pour ne pas s'arrêter au premier coup porté, il y a les cris, les corps qui se débattent, le sang qui coule, son odeur, les sensations physiques telle que la lame qui rippe sur les os, les spasmes du corps ressentis par la main qui tient la lame, etc.
Ceci dit, il n'en reste pas moins vrai que les écrans, de télévision, d'ordinateurs, de smartphones, des consoles, tiennent trop de place dans notre vie. Enfin dans celles de ceux qui ne sont pas suffisamment vigilants pour y mettre bon ordre et se fixer des limites.
Citer
#3 Lou Husson 05-09-2014 18:34
Bonjour,
J'ai rarement lu des propos aussi affligeant, la barrière générationnel rend les gens si bête que ça ?

Vous rendez vous comptes des inépties que vous écrivez ?

Avez vous fait de réel recherche sur le sujet dont vous parlez ?

Les cas comme celui décris dans l'introduction de votre "article" sont à 100% lié à des troubles psychologique en aucun cas les jeux vidéos y sont pour quelquees choses (il y a des vraies etudes sur ça ..)

Les jeux vidéos sont le 1er bien culturelle Français.
Une addiction est une maladie, il existe des addictions pour des millions de choses et je pense que l'addiction au jeu vidéo est l'une des moins nocive pour l'être humain.

La jeunesse croit bien en elle, actuellement les plus grosses entreprises international sont dirigé par cette jeunesse, elle créer votre avenir.

Nous nous réfugions pas dans un univers virtuel, nous explorons, analysons, découvrons des espaces vidéo ludique comme un randonneur le ferait avec une montagne.

La violence des jeux vidéos ? C'est vrai que Candy Crush est d'une violence sans nom. Vos propos sont bien plus violent que tout ce que les jeux vidéos proposent, croyez moi, j'aurai plus peur que mes enfants lisent ce que vous ecrivez, à la limite des propos sectaire.

Julien Ferréol, les vieux faut les tuer à la naissance. Coluche
Citer
#2 PELLIER Dominique 05-09-2014 08:23
Ben oui, la violence, la pornographie, les principes stupides de la loi du plus fort, comme dans un feuilleton que beaucoup reconnaîtront: il ne faut jamais s'excuser. Ah bah !!!!! et nos endfants de broyer du noir autant que sont leurs habits, aucun idéal, aucun goût à la vie, idées morbides, aux choses simples qui procurent le bien être comme le sport, une culture où sans être bébête, niaise, où l'on nous fait voir de belles vertus. Tiens, et Dieu dans tout çà ????
D'ailleurs, pour ce qui concerne le petit écran, la publicité semble être la seule chose intéressante à voir, tout compte fait, non ?
Citer
#1 Benoît LEGENDRE 04-09-2014 22:55
J'ai bien peur que le (ou la) responsable politique qui aura le courage de dénoncer l'existence de cette lamentable addiction ne soit pas encore né... Trop d'intérêts financiers sont en jeu, et avec eux, cette détestable idéologie du "droit à", ressassée par tous les irresponsables de service et les maniaques patentés de ces jeux débiles et déshumanisants. Les cinglés du joystick ont hélas encore de beaux jours devant eux...
Que l'on m'entende bien : ce n'est pas la vidéo qui est mauvaise, mais un usage particulier permettant à certains de juteux bénéfices... Car j'ai pu voir des jeux de simulation (avions ou trains) extraordinaires , et aussi des jeux de stratégie militaire enthousiasmants : ah ! ce plaisir de battre les anglais à Waterloo, ou bien de repousser les panzers en 1940 ! Sans oublier les visites interactives des châteaux de nos rois, une splendeur !
Et par conséquent, vive le roi !
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 13 septembre 2017
« C'est pas moi, c'est lui, m'sieur ! »

Aucun événement