Encouragez l'avortement et surtout ne l'entravez pas sinon c'est la prison

Inutile de se voiler la face, ou de se donner bonne conscience, le lobby LGBT a malheureusement encore de beaux jours devant lui si nous ne faisons pas la révolution. Contrairement aux idées malsaines de ce funeste pouvoir, il faut à tout prix aider les femmes à vivre leur grossesse afin qu'elles accouchent sereinement et fondent une famille.

Il faut le redire, sans la femme il n'y a pas de famille, sans l'homme il n'y a pas de chef de famille. Et le droit à naître est sûrement le plus beau miracle et leur plus grand destin.
Alors pourquoi abuser d'un couple qui croit à la VIE ?
Pourquoi l'inciter à imaginer le néant, car l'avortement est bien un poison dans une vie de couple, et celles qui ont au moins une fois avorté ne diront pas le contraire ; " un acte inutile " pour certaines, "une grande culpabilité" voire un "crime" pour la majorité de ces femmes en très grande détresse.

Ce que nie Najat Belkacem, c'est qu'un avortement laisse des traces, blesse profondément et détruit la vie. En pensant résoudre une situation, faire un bon choix, on avorte. On trompe le couple et on oublie l'essentiel, à savoir qu'une naissance n'a pas de prix, que l'enfant à naître n'est là que pour bouleverser admirablement et à jamais l'unité de la famille. Pour elle c'est une totale renaissance.
Avorter c'est également oublier les conséquences physiques et psychologiques, et peut mener à une grande détresse parfois irréversible. Mais c'est bien le projet de cet état assassin.

L'avortement laisse comme une absence, "il nous a fallu beaucoup de temps pour oser en parler en couple, puis avec nos enfants", une inquiétude partagée par de nombreuses femmes. 
Mais malgré cette grande souffrance générale, l'Etat despote fait encore mieux. Il encourage officiellement cette pratique d'un siècle révolu en clamant : "il n'y a pas assez d'avortements en France". Vous avez bien lu, c'est un véritable scandale qu'il faut dénoncer haut et fort. Ce génocide orchestré par l'Etat ne restera pas impuni. Il faut réagir bien vite contre ce lobby LGBT qui est le principal auteur de ce massacre. Le mot n'est pas trop fort, car comment définir cette horreur ? 

L'Etat, sous la pression du lobby de l'avortement, a déjà approuvé en première lecture et s'apprête à faire passer en dernière lecture un amendement au projet de loi sur l'égalité entre les femmes qui fait de l'avortement un droit, et pas seulement une exception tragique en cas de "situation de détresse", et inclut une extension du soi-disant "délit d'entrave à l'avortement", explique Georges Martin de l'Association Droit de Naître. 

Dangereux et très grave poursuit ce dernier. "En effet, si le Parlement finit par approuver cet amendement, une simple information qui, donnée à une femme enceinte, n'évoquerait pas la possibilité de pouvoir avorter, constituerait un "délit d'entrave à l'avortement" puni de 2 ans de prison."

Et on s'en doute, les sites internet de défense de la vie seraient contraints de faire la promotion de l'avortement.

A choisir, je préfère de loin la prison, et faire vivre un enfant, je sais que lui n'oubliera pas mon geste. Et vous ?

Eric Muth

Commentaires  

#7 Pellier Dominique 26-03-2014 10:23
oui mONSIEUR CAMBON, nous n'avons encore rien vu et prions surtout que cela ne soit pas !!!!!!!
Citer
#6 Benoît LEGENDRE 13-03-2014 23:25
Le grand public ignore je pense le nombre d'enfants immolés tous les ans au nom du droit et de la liberté pour quelques uns... C'est un chiffre qui dépasse 200 000 morts par an, au bout de presque quarante ans faites le compte... J'attends le (ou la) responsable politique qui proposera de changer le terme de "droit à" en "autorisation exceptionnelle" , compte tenu de la gravité de l'acte ! J'ajoute que je ne veux en rien juger les malheureuses qui ont dû subir une telle épreuve, Notre Seigneur sait lire dans leurs cœurs...
Citer
#5 Benoît LEGENDRE 13-03-2014 22:36
Ce qui me rend songeur, et même, ce qui m'inquiète, c'est que la démocratie telle qu'elle existe en France permet ces choses-là ; et qu'il devient impossible de s'y opposer et de combattre cette destruction programmée de notre nation... Faudra t-il donc une dictature pour se redresser ? En fait, je pense plutôt qu'il s'agit bien d'une dictature déguisée en démocratie, la dictature des lobbies contre l'intérêt général...
Citer
#4 Pascal Cambon 12-03-2014 19:58
Citation en provenance du commentaire précédent de Pellier Dominique :
eugénisme, parce que l'on veut éliminer les tares comme la trisomie ou autre et en plus, l'enfant aura le droit de choisir son sexe, nouvelle théorie, crime enfin par l'avortement.

Et encore, vous n'avez rien vu, le "meilleur" reste à venir : http://koltchak91120.wordpress.com/2014/03/12/ce-merveilleux-avenir-fait-daltruisme-quon-cherche-a-nous-vendre/
Citer
#3 Pellier Dominique 12-03-2014 10:31
Dictature où l'on n'a plus le droit de s'exprimer sur tout ce que l'on veut, eugénisme, parce que l'on veut éliminer les tares comme la trisomie ou autre et en plus, l'enfant aura le droit de choisuir son sexe, nouvelle théorie, crime enfin par l'avortement. La ripoublique, la ripoublique, mais qu'elle est belle!!!
Mon Dieu, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font et donne à la France le roi qu'elle espère et attend ardemment !!!!!
Citer
#2 MUTH ERIC 10-03-2014 21:08
Pour vous répondre, au sujet des LGBT et l'avortement,c' est que le combat des féministes sont ceux des personnes LGBT. Le mouvement de libération des LGBT s'est inscrit dans le sillon du mouvement de libération des Femmes l'APGL, soutient la lutte pour l'avortement, leur combat : la liberté de disposer de son corps, de faire famille ou non, et d'accéder aux procréations médicalement assistées.
Citer
#1 de Lomme 10-03-2014 19:07
Je suis tout a fait contre l'avortement, mais il y a tout de même dans cet article une information que j' n'arrive pas à saisir...

Quelle est le liens entre les LGTB et l'avortement?
Je vois le liens entre PMA et LGTB, mais pas entre avortement et LGTB.
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 13 septembre 2017
« C'est pas moi, c'est lui, m'sieur ! »

Aucun événement