Élection(s) et conscience

Mardi 22 janvier, au soir, a été adopté le texte de loi sur l'avortement supprimant la notion de " détresse"  avec une large majorité de députés: tous les partis de gauche, mais aussi une forte majorité de centristes et d'UMP.

Pour les premiers, c'est logique, mais pour les seconds, j'ai du mal à comprendre, lorsque ces derniers, manifestaient il y a encore un an contre le "mariage pour tous". Y aurait-il "deux poids, deux mesures" ? Pour moi, c'est identique. On ne peut se battre contre le prétendu mariage pour les paires de même sexe et soutenir l'avortement ou même le divorce.

La destruction de la famille a commencé par là. Adopté sous la révolution, supprimé sous la Restauration et de nouveau, autorisé en 1884.

Qu'on ne s'y m'éprenne pas, je suis comme tout le monde, ni pire, ni meilleur que les autres, mais je suis catholique et en tant que tel, j'essaie, avec la grâce de Dieu, de correspondre à ce qu'Il m'enseigne par son Eglise.

Catholique, oui, mais également citoyen (bien que je n'aime guère ce terme), aimant mon pays et voulant le meilleur pour lui. C'est là que le bas blesse, lorsque l'on confronte sa conscience et la volonté de servir sa patrie. Comment le faire, puisque tous les partis sont d'accord peu ou prou dans le domaine de l'économie et sur les sujets de société.

A titre personnel, je ne crois guère au  régime des partis et à celui de la représentation dite nationale. C'est de l'enfumage pour français moyen. Ce dernier croit, parce qu'il vote, qu'il est souverain alors qu'il confie son destin à des oligarques avides et corrompus.

Les municipales arrivent bientôt et c'est encore l'une des élections qui reste ancrée au niveau local. Dans les petites communes, les gens se connaissent tous ou presque et l'idéologie n'y a pas sa place (pas encore du moins). Ce n'est déjà plus le cas dans les villes moyennes comme la mienne (23.000 habitants), où la coloration politique l'emporte sur le réel.

Comme beaucoup de français, mon vote est plutôt contre quelqu'un et son programme, que pour, quand je ne m’abstiens pas tout bonnement.

Ce n'est malheureusement pas en voyant le niveau de ceux qui nous gouvernent que cela va changer...Bien au contraire. Nos institutions sont malades d'elles-mêmes. Ce n'est pas des ajustements ponctuels qui arriveront à les guérir. La Ve république est morte à force d'amendements, en tout cas, celle qu'a voulu le Général. Certains rêvent d'une VIe qui ressemblerait fort à la IVe. Ce n'est pas ce qu'il faut à la France. Il faut une véritable autorité à la tête de l'Etat, indépendant des coteries et lobbies de toutes sortes. Autorité, qui représente tous les français, quelles que soient leur classe sociale, leur origine, leur religion, leurs opinions politiques; qui soit un trait d'union entre le passé et l'avenir, qui défende les plus faibles d'entre-nous... Quand on regarde ce qui se passe sous nos yeux, on est loin du compte. C'est peu de le dire.

Que faire alors, lorsqu'on est catholique et soucieux du Bien-Commun de son pays ? Je n'ai pas la prétention de parler au nom de tous mes coreligionnaires. Chacun a une vue différente de la mienne, mais je ne vois pas comment on peut accorder sa voix à une formation politique qui a été (il fut un temps) contre le "mariage pour tous" et qui aujourd'hui, célèbre de telles parodies ou s'associe à la gauche pour voter un texte, aggravant encore le drame de l'avortement et critique également la position du gouvernement espagnol, en la matière.

Alors à titre personnel, je ne voterai pas pour un parti qui un jour, fustige les positions sociétales de l'actuel gouvernement et qui le lendemain fait cause commune avec lui. Ah ! clientélisme, quand tu nous tiens !

Jean-François Martot

Commentaires  

#5 AudeLys 05-02-2014 18:49
Citation en provenance du commentaire précédent de Jean-François Martot :
@Audelys. Disons qu'en parlant d'étonnement, je me plaçais dans l'optique d'un français moyen qui se classe plutôt à "droite".
Pour le reste, je suis bien d'accord avec vous. En ce qui concerne l'Alliance Royale, cela pose le problème de savoir si les royalistes doivent se regrouper dans un parti royaliste,mais qui malgré tout n'existe pas pour la majorité de nos concitoyens, ou faire de l'entrisme dans des partis, afin de faire connaître nos idées. J'avoue ne pas savoir.
Je crois davantage dans l'investissement associatif, au plus près des gens. C'est peut-être comme cela, qu'on ensemencera tout doucement nos idées.


Je suis également d'accord. Il faut faire feu de tous bois.
Citer
#4 Jean-François Martot 04-02-2014 18:12
@Audelys. Disons qu'en parlant d'étonnement, je me plaçais dans l'optique d'un français moyen qui se classe plutôt à "droite".

Pour le reste, je suis bien d'accord avec vous. En ce qui concerne l'Alliance Royale, cela pose le problème de savoir si les royalistes doivent se regrouper dans un parti royaliste,mais qui malgré tout n'existe pas pour la majorité de nos concitoyens, ou faire de l'entrisme dans des partis, afin de faire connaître nos idées. J'avoue ne pas savoir.

Je crois davantage dans l'investissemen t associatif, au plus près des gens. C'est peut-être comme cela, qu'on ensemencera tout doucement nos idées.
Citer
#3 Jean-François Martot 04-02-2014 18:05
Citation en provenance du commentaire précédent de Charles :
La lecture de l'article qui suit (cf lien) de la Revue Kephas (où le cardinal Ratzinger a écrit), permet de comprendre qu'il est possible de s'abstenir de voter. Il n'y a pas forcément à choisir entre deux maux: http://www.revue-kephas.org/03/4/Perrenx133-139.html


Bien sûr qu'il est possible de s'abstenir mais d'un autre côté beaucoup de catholiques dits "classiques",in sistent sur le fait que voter est un devoir. Alors, après on peut effectivement voter blanc ou nul.
Citer
#2 AudeLys 03-02-2014 16:05
Comme tout cela est bien vrai ! Mais "je m'étonne que vous vous étonniez" que l'UMP vote comme le PS. Or, ça n'est pas d'aujourd'hui que ces deux partis sont identiques. Qu'ils se disputent sur le perron pour nous cacher qu'ils se partagent la maison. Ils ont des vues identiques sur tous les sujets et ce n'est pas pour rien qu'à Bruxelles ils votent ensemble 85% des textes. L'expression "UMPS" utilisée par Marine Le Pen, et avant elle par PH. de Villiers, n'est en rien usurpée. Ce n'est pas un hasard si l'UMP et le PS on travaillé de concert pour abattre "le Vendéen" de la manière la plus lâche et dégueulasse qui soit : en s'attaquant à sa famille car ils n'avaient rien d'autre à se mettre sous la dent. PdeV n'ayant jamais mis les doigts dans le pot de confiture.
Mais revenons à nos moutons. Nous savons depuis longtemps où est le mal : l'UMPS. Alors ARRETONS de les remettre en place à chaque élection ! Que les gens arrêtent de les écouter et surtout de les croire !
Pour nous royalistes, notre seul but, notre seul espoir est de voir notre Prince reprendre sa place. Mais cela ne se fera pas par la force et la violence (je n'y crois pas beaucoup). Alors comment me direz-vous ? Eh bien ce qu'il faut tout d'abord, c'est s'unir dans un même parti qui pronerait ouvertement ses valeurs chrétiennes, nationales, de la famille, de l'enfant etc etc. Que ce parti annonce haut, fort et clair qu'il est un parti dont le but est de remettre à sa place notre ROI. Ce n'est pas que j'y ai des "actions" ou que j'ai à le défendre par interêt personnel, mais il n'existe en France qu'un seul parti royaliste : L'Alliance Royale.
Alors pourquoi ne pas essayer. Il faut d'abord montrer aux Français qu'il existe autre chose que la ripouxblique. Il faut les convaincre.
Ceci étant dit, personnellement je n'ai jamais eu à m'abstenir de voter. S'abstenir, c'est laisser la place à l'UMPS. A défaut de voter pour un candidat de l'Alliance Royale (les candidats sont pour le moins rarissimes), pourquoi ne pas voter pour un candidat clairement affiché souverainiste (il y en a (au FN et ailleurs). Ca limiterait les dégâts. Et lorsqu'il n'y a ni candidat royaliste, ni souverainiste, et bien je vote nul - j'ai tout prêt dans mon ordinateur un bulletin "Louis Alphonse de Bourbon" - car ce qu'il faut savoir c'est que les bulletins nuls sont épluchés par feu les RG. C'est donc moins nul qu'il n'y parait et dans tous les cas mieux que l'abstention ou le vote blanc.
Et vive Louis XX !
Citer
#1 Charles 02-02-2014 13:46
La lecture de l'article qui suit (cf lien) de la Revue Kephas (où le cardinal Ratzinger a écrit), permet de comprendre qu'il est possible de s'abstenir de voter. Il n'y a pas forcément à choisir entre deux maux: http://www.revue-kephas.org/03/4/Perrenx133-139.html
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 4 novembre 2017
« La république des privilégiés »

Aucun événement