Gay Games : Paris ville Olympique…

La réminiscence néo-païenne du baron de Coubertin, restaurant en 1896 les jeux olympiques a tout de même donné un certain prestige aux jeux modernes.

Et Paris, qui a accueilli pour la dernière fois les jeux en 1924, est enfin désignée de nouveau. Mais cette fois-ci, le sort a affublé Paris d’un produit dérivé : les « Gay Games » 2018. Nous avons, cette fois-ci, devancé la candidature londonienne.

Nul besoin de traduire. Il s’agit de jeux sportifs centrés autour de l’ouverture à l’autre, à la non-discrimination, à la tolérance et à la promotion de l’homosexualité.

Petit florilège des personnalités qui se sont félicitées sur les réseaux sociaux de cette glorieuse victoire :

- Valérie Fourneyron, ministre des sports, venue à Cleveland pour soutenir la candidature parisienne.

- Jean-Paul Huchon, président de la région Île-de-France.

- Anne Hidalgo, candidate socialiste à la mairie de Paris.

Bien sûr Pierre Bergé, qu’on ne présente plus.

Mais aussi… Nathalie Kosciuzko-Morizet. On savait qu’elle était entourée de personnes favorables au mariage gay, on sait désormais qu’elle y est totalement ralliée. Au passage, une pensée pour les pauvres parisiens qui devront choisir…

Et si des sportifs hétérosexuels souhaitent organiser des Normaux Games, où l’ouverture à l’hétérosexualité et la tolérance de la famille traditionnelle seraient à l’honneur ? Pas sûr que le président de la république n’approuve cette normalitude là.

Julien Ferréol

Sans commentaires...

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 28 mars 2018
« Blocage de Montpellier »

Aucun événement