La morale « démoralisée », et l’éthique qui fait « toc »

Les derniers évènements que nous venons de vivre avec le « Mariage pour Tous », et la déliquescence phénoménale du débat actuel chez nos hommes politiques est symptomatique d’un mensonge de fond qui, depuis la Révolution Française, n’en finit pas de produire ses fruits vénéneux exécrables sur le plan moral et éthique.

Ce mensonge de fond, quel est-il ? Pour faire court depuis le début de l’Humanité, les sociétés se sont régulées autour de 3 sources du « droit » ou 3 sources « légales », à savoir la Loi Naturelle, le Droit Positif et une Loi Divine ou révélée d’origine transcendantale.

Sous l’Ancien Régine en France, ces 3 sources légales étaient étroitement imbriquées. Le Roi avec l’Eglise n’avait aucun mal à reconnaître la Loi Naturelle, à savoir qu’une famille est composée d’un père et d’une mère avec des enfants par exemple, ou que le fait de tuer quelqu’un était intrinsèquement mauvais.

Avec la Révélation de l’Ancien Testament et celle du Nouveau Testament, La loi Naturelle en France coexistait avec la Loi de l’Evangile puisque notre pays tout en étant civilisé par le droit romain se revendiquait chrétien, aussi bien dans le Peuple qu’au niveau de ses gouvernants.

La Révolution Française en rejetant la Révélation du Dieu Trinitaire n’a gardé que la Loi Naturelle, et le droit positif, lequel droit positif n’étant basé que sur une autorité politique purement humaine sans aucun Dieu.

Depuis 200 ans, les hommes et les femmes se mariaient en reconnaissant implicitement la loi naturelle, laquelle loi naturelle était adoubée par un droit positif humain républicain encore « sain ».

Seulement voilà … ce qui devait arriver arriva, à savoir que le droit positif n’étant à aucun endroit explicitement lié, régulé et fondé sur l’autorité d’une Loi Naturelle ou d’une Loi transcendantale, l’homme décida « positivement seul » … qu’il devenait possible de marier 2 hommes et 2 femmes, puisqu’il n’était plus démontré légalement que cela était naturellement mauvais, ou spirituellement pas très lumineux.

Voila de façon très sommairement et grossièrement résumée pourquoi notre morale est maintenant « démoralisée » et que notre éthique fait « toc ». Notre société laïque telle l’Enfant prodigue s’est viscéralement coupée d’un Père céleste, ou d’un père de la patrie susceptible d’avoir un droit positif correctement éclairé pour ses enfants …

 Désormais, nous errons telle une âme perdue vers l’inconnu avec comme seule mesure, non pas Dame Nature, ou un père des cieux ou un père d’une patrie, mais les ténébreuses passions de nos nombrils individuellement perdus. Voilà pourquoi la morale laïque de monsieur Peillon désormais vidée de toute substance, et de toute base solide est condamnée à s’auto détruire, et à se perdre inévitablement tel notre pauvre Narcisse grec …

« L’Enfer est précisément le lieu ou Dieu n’a plus sa place » (Benoît XVI), mais même Dame Nature n’a plus sa place avec Monsieur Peillon.

Heureux les enfants possédant encore un papa ou une maman, et plus encore heureux les Peuples gouvernés par un Roi Catholique ! Le Royaume des Cieux est à eux !

Jean-Nicolas d’Avignon

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 16 juin 2017
« La République en marche ! »

Aucun événement