Dominique a été expulsée le 14 octobre dernier, victime d'un AVC, elle dort dans la rue...

Alors que les préfets font tout ce qu'ils peuvent pour accueillir dignement les réfugiés, une femme d'une quarantaine d'années a été expulsée le 14 octobre dernier de son logement. Elle dort désormais dans la rue avec son handicap : " 17 personnes se sont présentées à mon domicile le 18/10/2016 pour me mettre dehors, moi et mes trois chats. Parmi eux : 6 gendarmes, 5 policiers, un huissier, un clerc d'huissier, 4 déménageurs. Il me fut impossible de prendre ce que je voulais et quand je le pouvais, c'était après beaucoup de difficultés."

Depuis le 18 octobre, Dominique dort dehors avec ses animaux, car, pas question de les abandonner. Elle ne les voit que le soir, pour les nourrir en tentant de leur laisser des croquettes à des endroits qu'ils connaissent, mais les chats des alentours en profitent. Des visites pour rassurer ses propres chats, leur montrer qu'elle est là, qu'elle fait tout pour améliorer sa propre situation en espérant qu'elle ne dure pas indéfiniment, car son corps n'en peut plus. : " Je suis handicapée depuis un accident cérébral en 2010, souffre d'une neuropathie qui m'ôte toute force, m'oblige à m'allonger souvent pour soulager la douleur."

Mais cette jeune femme tenait une vie à peu près normal, du moins, de l'extérieur, parce qu'il y a toujours pire. Cependant l'expulsion s'est passée avec violence, on l'a jeté à terre lorsqu'elle a voulu récupérer des affaires dans sa voiture, se tordant le bras jusqu'à l'entorse en plus de multiples ecchymoses. Le verdict du certificat médical est sans appel : 5 jours d'ITT.

" Le fin mot de l'histoire : j'ai été expulsée d'un logement inhabitable et insalubre, constaté par PV d'huissier + certificats médicaux, reconnu comme tel par la commission DALO (dépendante de la préfecture) alors que l'ARS n'a jamais rien voulu savoir (contactée dès 2012) et tandis que je suis prioritaire DALO. Le seul logement proposé était inadapté et indécent. Depuis, plus rien."

Cette ancienne scientifique menait une vie normale jusqu'à son AVC. Aujourd'hui elle appelle à l'aide ! Être considérée comme un citoyen, pas un chien qu'on rejette du pied. Elle a besoin de 900 euros minimum pour rapatrier ses affaires et un peu plus pour récupérer son véhicule. : " Avec ça, je serai moins en difficulté, je voudrais passer de la survie à la vie..." Alors Dominique a créé une cagnotte sur internet, sur le site lepotcommun.fr , qu'elle a intitulée : URGENCE EXPULSION - PAS DE TRÊVE HIVERNALE. Elle demande 2100 euros pour s'en sortir. En urgence, elle a également besoin d'un téléphone pour être contactée et continuer ses démarches."

Le pire dans l'histoire, c'est qu'elle pourrait vivre, certes de manière spartiate, mais à l'abri dans son van aménagé. On immobilise son véhicule alors que c'est également un domicile. La gendarmerie le sait, un recommandé peut en attester. "Merci pour votre compréhension, merci pour votre aide."

Eric Muth

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 28 mars 2018
« Blocage de Montpellier »

Aucun événement