Il est urgent de prendre des mesures appropriées pour aider les femmes à éviter l'avortement !

Il faut arrêter de légitimer le crime, Laurence Rossignol, ministre des Droits des Femmes, souhaite créer un " délit d'entrave numérique " sous forme d'amendement au projet de loi égalité et citoyenneté, afin de pouvoir notamment sanctionner les actions qui visent à empêcher l'accès à l'information sur l'IVG et les établissements qui le pratiquent.

Ce projet funeste va même à l'encontre de la Loi Veil, Simone Veil, devant l'Assemblée nationale, disait que sa loi : " que si elle n'interdit plus, elle ne crée aucun droit à l'avortement. ". C'est seulement un mal toléré et rien n'enlèvera les souffrances que causera toujours l'avortement. Alors, pourquoi le gouvernement français s'obstine-t-il à légaliser l'avortement en ayant même en projet de vouloir célébrer chaque 28 septembre une " Journée mondiale pour le droit à l'avortement ", comme si la légalisation de l'avortement était l'un des grands progrès de l'humanité ?

" L'avortement est toujours un drame et restera toujours un drame qu'il faut éviter à tout prix " Simone Veil ne peut pas être plus claire, et ce que fait la ministre Laurence Rossignol, c'est un détournement de la loi au profit d'une idéologie mortifère. Comment pouvons-nous encore accepter 8 millions d'avortements pratiqués en France depuis 1975, et l'avortement continue d'augmenter en France. " Alors qu'il diminuent dans de nombreux pays ?

Le recours à l'avortement n'est pas une fatalité, il dépend de choix politiques, pourquoi de nombreux pays européens sont parvenus à le réduire en faisant le choix politique ? D'après Grégor Puppinck, docteur en droit et directeur du Centre européen pour le droit et la justice : " L'avortement ne pourra jamais être un droit fondamental, ni une liberté." (1). L'action du gouvernement n'est donc qu'idéologique et l'avortement est plutôt un problème social et de santé public. Et les souffrances que cause l'avortement chez la majorité des Femmes qui ont le malheur d'y recourir suffisent à démontrer que c'est un mal qu'il faut prévenir."

" Il est irresponsable de promouvoir l'avortement comme s'il s'agissait d'une forme de liberté. La société devrait davantage aider les Femmes à éviter le recours à l'IVG. L'augmentation en France du recours à l'avortement est préoccupant, en particulier chez les jeunes. La dernière enquête de la SMEREP (Sécu étudiante) révèle qu'1 lycéenne sur 10 a déjà avorté! Pourtant les Femmes ayant avorté avant l'âge de 25 ans sont exposées à un risque élevé de troubles psychologiques ( dépression, anxiété, envies de suicides. 50% des jeunes filles mineures ayant avorté ont des idées suicidaires." précise Grégor Puppinck.

L'avortement est donc un mal, qu'il faut prévenir. Et puis, les Femmes ont aussi le droit de ne pas avorter. Sur le site du ministère des Droit des Femmes, ce ne sont que des informations partiales, ni le site internet, ni la brochure d'information données aux Femmes qui envisagent d'avorter, ne disent un mot sur la possibilité de garder son enfant, ni sur les aides existantes.

Pour ceux qui ne peuvent pas avoir d'enfant. Donnez-leur, Seigneur, la joie d'être parents.

Eric Muth

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 4 novembre 2017
« La république des privilégiés »

Aucun événement