Marseille résiste à la construction d’une grande mosquée

Le chantier aurait dû se terminer en septembre 2016. Pays donateurs, bail de cinquante ans pour un grand terrain de 8000 m dans les quartiers nord (un quartier qui regroupe une communauté très importante de musulmans) avec une première pierre posée en 2010 : le projet de grande mosquée de Marseille était sur les rails depuis près de dix ans.

Ce projet ne se concrétisera jamais. La ville a décidé de résilier le bail du terrain. En cause : des problèmes financiers et l'absence d'avancement des travaux. L'association  « La Mosquée de Marseille » l'affirme : elle n'a plus d'argent. Son président, Abderrahmane Ghoul, rejette en partie l'échec du projet sur la mairie. "La municipalité n'encourage pas les gens à s'engager dans ce projet. Tout ce qu'on a récolté, c'est parti dans les frais d'avocat et de tribunaux, affirme-t-il, faisant référence aux multiples recours en justice contre le projet. Cela fait quatre ans que j'écris au maire pour envisager d'autres solutions. Il n'y a pas de retour". Et c’est vrai que la majorité des marseillais chrétiens n’en veulent pas.

Autre discours du côté de la mairie de Marseille, qui affirme, elle, tenter depuis des années de contacter l'association... en vain. "L'association ne répond pas à nos courriers d'injonction, explique Laure-Agnès Caradec, l'adjointe à l'urbanisme. Les loyers sont impayés depuis 2013 et la dette cumulée s'élève à 62 000 euros. Le permis de construire n'a pas été mis en œuvre. Les bâtiments qui existent sur le site sont dégradés, certains ont été vandalisés et incendiés. Le trésorier-payeur général nous enjoint de recouvrir les loyers impayés. Nous ne savons même pas si les bâtiments actuels sont assurés."

Ce projet de grande mosquée de Marseille était le cinquième en 90 ans. Cinq projets, cinq échecs... et des marseillais plus divisés que jamais quant à l’utilité de construire une mosquée avec la certitude qu’elle ne donnera pas lieu à des débordements en tous genres. Marseille est une ville pauvre et ne peut certainement pas construire avec ce lieu de culte un bâtiment de culture, comme cela existe dans d’autres villes françaises. Il est trop tard pour construire un tel édifice alors que l’économie va on ne peut plus mal.

Jean-Claude Gaudin ne veut certainement pas non plus faire entrer dans son prochain mandat une construction qui soulève tant d’interrogations et de rejets. C’était en 1962-1965 qu’il aurait fallu la proposer. Maintenant, avec tous les problèmes que soulèvent – bien malgré eux – les autochtones musulmans, il ne peut être question de créer une grande mosquée, sans risquer une révolution. C’est trop tard ! Restons avec  nos édifices religieux catholiques qui font la fierté des marseillais par leur beauté ! Que Notre Dame de la Garde veille sur Marseille, la catholique…

Solange Strimon

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 4 novembre 2017
« La république des privilégiés »

Aucun événement