« Marseille, tais-toi Marseille…

… tu cries trop fort… ».

Tout le monde ici espère que cette ville va prendre un nouveau virage grâce à son statut de Capitale européenne de la culture et que les taux de chômage, de criminalité et de délinquance en tous genres baisseront.  Mais l’histoire de Marseille, vieille de 2 600 ans, reste pourtant à écrire et à lui donner un sens. Ce serait faire trop d’honneur aux voyous qui ont récemment attaqué le TGV à Marseille de les comparer à John Wayne et autres vedettes du Far West. Leur culture cinématographique ne brille que par une totale absence.

Ces délinquants ne méritent rien d’autre que de faire de la prison et/ou des T.I.G. (il paraît que les travaux d’intérêt général sont trop difficiles à mettre en place et les voyous trop compliqués à encadrer… passons sur ces misérables considérations qui expliquent en partie le manque d’application des peines). Pour mémoire : un décret d'application de la loi du 12 mai 2009 de simplification et de clarification du droit et d'allégement des procédures précise les conditions de l'habilitation des personnes morales de droit privé chargées d'une mission de service public ainsi que les associations pour mettre en œuvre les peines de T.I.G. Si ce n’est pas aussi simple que mettre une personne en détention, ce système a l’avantage de mettre les irresponsables en situation concrète de  réalité et de saine fatigue physique.

Ces délinquants, qui ne sortent pas des quartiers Nord, mais Est de la ville (sans histoire à ce jour), disposent de superbes équipements sportifs. Ils peuvent s’entraîner à la boxe, par exemple, et recevoir par leurs éducateurs sportifs un minimum de discipline, d’éducation, ce que les parents et les enseignants n’ont pas réussi à leur inculquer. S’il n’est donc pas question de trouver la plus petite excuse à ces voyous, qui soit dit en passant voulaient seulement réaliser un clip pour un rap, il faut s’attaquer aux racines du mal. Qui exige d’eux discipline, respect, considération, résultats scolaires et autres ? QUI ? Certainement pas une certaine madame Taubira, une femme dangereuse, qui ne sait rien de nos racines chrétiennes et royales. Elle a d’ailleurs la volonté évidente de tuer la société française traditionnelle avec l’application de nombreuses réformes dans son concept de la justice « réparatrice ».

Jean-Claude GAUDIN, 73 ans, né dans le quartier de Mazargues où il vit toujours, maire de cette ville où le taux de chômage reste nettement plus élevé que celui de la moyenne nationale, et les problèmes d’insécurité grandissants, ne pourrait-il, avec sa très longue expérience politique - 35 ans de Parlement et 17 ans aux commandes de la ville – demander un miracle pour cette ville meurtrie, écartelée, défigurée, crucifiée ?…

                                                                                          Solange STRIMON 

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 16 juin 2017
« La République en marche ! »

Aucun événement