Chez les socialistes, l'enfant n'a plus sa place

Sous François Hollande, le droit des enfants, on ne connaît pas : « Corrompue cette idéologie socialiste qui amène l'être humain vers un processus d'aliénation », s'indigne Jean-Yves Metayer-Robbes, directeur général de France libre Infos.

En effet, suite aux propos incohérents de Dominique Bertinotti, ministre déléguée à la Famille, nombre de Français de toutes origines sont scandalisés d'assister à l'effondrement de la France, de ses valeurs, de son histoire, de ses coutumes, de ses églises, etc... mais personne ne les écoute. On préfère écouter les inepties de Pierre Bergé, et les mensonges de Christiane Taubira, ministre de la Justice et Garde des Sceaux, souligne Éric Martin dans le J'accuse : « Votre projet est en fait essentiellement une chasse aux mots ' père'  et ' mère', aux mots ' homme'  et  ' femme ',  ' mari '  et ' femme'  qu'il s'agit de faire disparaître dans tout le droit français. Et même les mots  ' beau-père '  et ' belle-mère '. Et les mots ' paternel '  et '  maternel '. Un comble. »

L'homme moderne se rend-il compte : « Qu'il est en train de perdre le Mythe de l'Homme ? Mythe protecteur et conservateur de la vie avec le projet du mariage pour tous. »

« La civilisation qui le porte a besoin de lui pour se renouveler », poursuit le journaliste.

Ce projet de loi du gouvernement autorisant le mariage entre personnes de même sexe risque de provoquer des désordres durables dans la vie de notre nation.

C'est l'avis de Mgr Philippe Barbarin, archevêque de Lyon : « La ministre de la Justice a dit elle-même qu'il s'agissait d'un changement de civilisation. C'est effectivement un changement majeur, dans une institution majeure ».

Ce projet, bien évidemment, ne constitue pas une avancée pour l'égalité entre tous les citoyens, non seulement c'est une véritable régression, mais en plus il bafoue le droit des enfants à venir à avoir un père et une mère. C'est cela l'essentiel. Tout le reste n'est que poudre aux yeux.

Gardons confiance, et comme dirait Chateaubriand : « Le péril s'évanouit quand on ose le regarder ».

 

                                           Éric MUTH

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 22 avril 2017
« Présidentielle : l'impossible choix »

02/05 | [Conférence à Paris] "Il y a quelque chose de pourri au royaume de France"
04/05 | [Conférence à Paris] "Les grands dîners qui ont fait l'Histoire de France"
26/05 | Pèlerinage pour le Roi et la France au Puy-en-Velay
10/06 | Journée hommage à Jean-Nicolas Stofflet en Lorraine
17/07 | Université Saint-Louis 2017, Camp Chouan